Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

Jean Calvin

"Puisque Dieu, par conséquent, nous justifie par la Médiation du Christ, Il nous Acquitte, non pas par l'aveu de notre innocence personnelle, mais par une imputation de la justice ; de sorte que nous, qui sommes injustes en nous-mêmes, sommes considérés comme Justes en Jésus Christ."

 Nombres visites
depuis sa création
 
186 791

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

BM

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Pinterest, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

 

Facebook suivi

Refuge Protestant Pinterest
Twitter Refuge Protestant
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 18:32
Le Ciel et l’enfer par Charles Spurgeon (6ème Partie)

Je vous dis que plusieurs viendront d'Orient et d'Occident et seront assis à table au royaume des cieux, avec Abraham, lsaac et Jacob ; et les enfants du royaume seront jetés dans les ténèbres de dehors ; il y aura là des pleurs et des grincements de dents (Mathieu 8 :11,12)

 

(...) Prêtez-moi quelques instants votre attention, car je dois entreprendre la lamentable tâche de vous décrire le sort affreux réservé à ceux qui vivent et meurent loin de Dieu après avoir parlé du Ciel.

 

Jésus-Christ nous dit qu'ils seront jetés dans les ténèbres du dehors ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents.

 

Remarquez, en premier lieu, qu'il n'est pas dit :

 

Ils iront,

 

Mais :

 

Ils seront jetés.

 

Je me représente un enfant du royaume, un hypocrite, un formaliste, arrivant à la porte du ciel.

 

La Souveraine Justice, le reconnaissant à l'instant, ordonne à un ange de le saisir et de l'envoyer en son lieu.

 

Aussitôt l'ange obéit, il le lie pieds et mains, et le tient suspendu au-dessus de l'abîme.

 

Le malheureux frémit, son coeur défaille, ses os se fondent comme de la cire.

 

Il cherche à mesurer du regard le gouffre béant, le gouffre sans fond qui va l'engloutir.

 

Il entend des soupirs, des gémissements, des cris de désespoir qui s'échappent de ce gouffre...

 

Où est maintenant ta force tant vantée, ô pécheur ?

 

Où est ton audace, ton orgueilleuse assurance ?

 

Tu trembles, tu pleures, tu demandes grâce, mais il est trop tard !

 

L'ange ouvre sa main, et tu tombes, tu tombes, tu tomberas éternellement, de profondeur en profondeur, d'abîme en abîme, sans jamais trouver un lieu où tu puisses asseoir la plante de ton pied !

 

Tu seras jeté dans les ténèbres du dehors...

 

Et que signifie cette expression : les ténèbres du dehors ?

 

Dans le langage scripturaire, le mot lumière doit se prendre, en général, dans le sens d'espérance ; d'où il s'ensuit naturellement que par ténèbres du dehors, nous devons entendre un lieu d'où l'espoir est à jamais banni.

 

Y a-t-il un homme vivant qui ait cessé d'espérer ?

 

Je ne le pense pas.

 

Peut-être l'un de vous a-t-il contracté des dettes ; ses créanciers le menacent de saisir tous ses biens ; mais n'importe !

 

Il dit :

 

« Je, suis dans un mauvais pas, c'est vrai ; cependant je puis en sortir, tout n'est pas perdu ; j'espère. »

 

Un autre est à la veille de voir son commerce ruiné.

 

« J'en suis profondément affligé, dit-il ; mais après tout, j'ai de bons bras, je travaillerai, la fortune peut encore me sourire ; j'espère. »

 

Un troisième dit à son tour :

 

« De pénibles soucis m'assiègent en ce moment, mais j'espère que Dieu me viendra en aide. »

 

« Quant à moi, reprend un quatrième, j'ai un ami gravement malade ; à vues humaines, son état

est désespéré ; toutefois, j'espère qu'une crise favorable se déclarera enfin. »

 

C'est ainsi que dans ce monde, chacun espère.

 

Mais en enfer, on n'espère plus.

 

Les damnés n'ont pas même l'espérance de mourir, l'espérance d'être anéantis.

 

Ils sont irrévocablement, éternellement perdus.

 

Sur chaque chaîne de l'enfer sont gravés ces mots :

 

POUR TOUJOURS !

 

Le feu de l'enfer inscrit de toutes parts en caractères flamboyants, ces mêmes mots :

 

POUR TOUJOURS !

 

Les yeux des damnés sont comme brûlés par la vue de ce fatal arrêt qui renouvelle incessamment leur désespoir :

 

POUR TOUJOURS !

 

Oh ! Si je pouvais vous annoncer aujourd'hui que l'enfer serait un jour détruit, que ceux qui y sont détenus seraient finalement sauvés, il me semble que les régions infernales tout entières tressailleraient d'allégresse !

 

Mais non !

 

Je ne le puis pas…

 

Je: dois vous dire, au contraire, que les enfants du royaume seront jetés pour toujours dans les ténèbres du dehors.

 

Mais j'ai hâte d'en finir, car quel est l'homme qui aurait le courage d'entretenir longtemps ses semblables sur de tels sujets ?...

 

Cependant, il faut que je poursuive ma tâche jusqu'au bout.

 

Que fait-on en enfer ?

 

Mon texte nous l'apprend : Il y a des pleurs et des grincements de dents.

 

On ne grince les dents, vous le savez, que lorsqu'on est en proie à une vive souffrance, ou sous l'impression d'une grande colère.

 

Eh bien ! En enfer, il y a des grincements de dents perpétuels.

 

Savez-vous pourquoi ?

 

Un damné grince des dents contre un autre damné, et murmure :

 

« C'est toi, misérable, qui m'as conduit ici ! C'est toi qui m'entraînas dans la voie du vice ! »

 

Et l'autre lui répond, en grinçant des dents à son tour :

 

« Qu'as-tu à me reprocher ? N'est-ce pas ton exemple qui par la suite m'incita à m'enfoncer toujours plus dans l'iniquité ? »

 

Une fille grince des dents contre sa mère, en lui disant :

 

« Tu m'as perdue corps et âme ! »

 

Et la mère, grinçant des dents contre sa fille; répond :

 

« Je n'ai point de pitié pour toi, car tu m'as surpassée en débauche. »

 

Des pères grincent des dents contre leurs fils, et des fils contre leurs pères.

 

Et s'il y a des damnés qui grincent des dents avec plus d'amertume que tous les autres, il me semble que ce doit être les lâches séducteurs qui entendent la voix de celles qu'ils détournèrent jadis du sentier de la vertu, leur criant sans cesse avec une horrible ironie :

 

« Ah combien nous sommes heureuses de vous voir souffrir autant que nous !... »

 

Mais en voilà assez.

 

Détournons nos yeux de cet épouvantable spectacle.

 

Qui voudrait le contempler plus longtemps ?...

 

Je vous ai avertis solennellement.

 

Je vous ai parlé de la Colère à venir. (...)

 

 

Le Ciel et l’enfer par Charles Spurgeon (Suite & fin  7ème Partie)

Bible

Croix Huguenote

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Charles Spurgeon

" J'avoue que je donnerais à peine un penny pour tout salut que je pourrais perdre. La vie éternelle est la chose dont nous avons besoin, la Vie de Dieu, qui ne peut jamais changer ou être enlevée de nous, et c'est ce qui est donné à toutes celles et ceux qui croient en Jésus Christ."

Car, lorsque que nous étions
encore sans force,
Christ, au temps marqué,
est mort pour des impies
 (Romains 5-6)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite ?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch