Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

Jean Calvin

"Puisque Dieu, par conséquent, nous justifie par la Médiation du Christ, Il nous Acquitte, non pas par l'aveu de notre innocence personnelle, mais par une imputation de la justice ; de sorte que nous, qui sommes injustes en nous-mêmes, sommes considérés comme Justes en Jésus Christ."

 Nombres visites
depuis sa création
 
178 012

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

B. M.

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Pinterest, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

 

Facebook suivi

Refuge Protestant Pinterest
Twitter Refuge Protestant
28 décembre 2017 4 28 /12 /décembre /2017 10:49

Refuge Protestant 1

 

La Silésie est une région qui s’étend sur trois États.

 

La majeure partie est située au sud-ouest de la Pologne, une partie se trouve au-delà de la frontière avec la République tchèque et une petite partie en Allemagne.

 

C’est en 990 que Mieszko Ier de Pologne achète cette région à Boleslav II de Bohême.

 

Appartenant à la Pologne, la Silésie fut rattachée en 1335 à la couronne de Bohême, ensuite à l’Autriche qui domina la Bohême dès 1526, puis à la Prusse en 1742 par le traité de Hubertusburg qui mit fin aux guerres de Silésie.

 

Le 19ème siècle a vu de profondes transformations s’opérer dans la région lorsque le charbon y a été exploité en grandes quantités, avec la naissance des grandes villes de Silésie autour de la métallurgie.

 

Après 1871, elle fit partie de l’Allemagne unifiée.

 

Au traité de Versailles (1919, traité de paix entre l’Allemagne et les Alliés de la Première Guerre mondiale), la Silésie d’Opole (ville du sud de la Pologne), partie de la Silésie peuplée de polonophones (surtout dans les campagnes, les villes étant davantage germanisées) fut soumise à un plébiscite, qui entraîna de nombreux conflits…

 

Le vote populaire du 22 mars 1922 aboutit au rattachement d’une partie de la haute Silésie à l’Allemagne.

 

Des troupes de Polonais se ruèrent alors à travers le pays et causèrent de graves désordres.

 

A Miechowitz, dans la nuit du 2 au 3 mai, vers 2 heures du matin, le château fut assiégé.

 

Une garnison d’environ 30 soldats allemands tint en échec jusqu’à six heures un millier de Polonais.

 

Mais alors, une meute de ces sauvages réussit à s’introduire dans la cuisine du directeur.

 

Le maître de la maison qui, avec les siens, s’était réfugié dans la cave, essaie vainement de les contenir.

 

Un coup de feu l’étend à terre.

 

Alors les vainqueurs parcourent le château, pillant et saccageant tout, mais sans faire d’autres victimes.

 

Miechowitz est entre les mains des insurgés, qui poursuivent leur route jusqu’à Opole.

 

L’avant-garde des troupes de volontaires polonais, sous les ordres de Faska « dit le Sauvage », se trouve bientôt dans le voisinage du château.

 

Ce chef méritait bien son nom et s’établit en maître au château sans aucun égard pour le Comte et la Comtesse R. qui n’eurent plus qu’à se soumettre aux caprices des envahisseurs.

 

Un jour, le commandant entre dans la salle à manger et donne l’ordre de préparer le café dans l’après-midi pour lui et ses officiers.

 

« Je fournirai moi-même l’eau de vie » ajoute-t-il.

 

Puis, regardant le piano :

 

« Qui est-ce qui joue là ? »

 

« J’y accompagne mes chants » répond la Comtesse.

 

« Eh bien, nous aurons ainsi de la musique de table » dit Faska d’un ton autoritaire.

 

« Je ne chante que des cantiques » objecta la Comtesse.

 

« Peu importe ! »  répond-il rudement.

 

A l’heure fixée, le café était servi sur la table du Comte.

 

Les soi-disant officiers se réunissent, vêtus d’uniformes étranges : ce sont pour la plupart les anciennes livrées des valets et des cochers des châteaux pillés.

 

Faska entre, une bouteille d’eau-de-vie sous le bras.

 

« Et maintenant, chantez ! » ordonne-t-il.

 

Pas de refus possible.

 

La Comtesse s’assied au piano, le Comte est debout près d’elle pour la protéger.

 

De sa voix sonore et harmonieuse, elle entonne le vieil hymne national polonais auquel elle adapte les paroles suivantes [2] :

 
Agneau de Dieu, par tes langueurs,
Tu pris sur Toi notre misère,
Et Tu nous fit pour Dieu,
Ton Père Et rois et sacrificateurs.
Ensemble aussi nous Te rendons
Honneur, gloire et magnificence
Force, pouvoir, obéissance,
Et dans nos cœurs nous T’adorons,
Amen ! Seigneur ! Amen !
 

L’effet est imprévu et puissant, l’Esprit de Dieu pénétrant musique et paroles a fondu ces cœurs durs et fermés.

 

Faska dit « le Sauvage » est là méconnaissable ; les yeux gonflés de larmes, il écoute, retenant son souffle comme si le chant lui avait percé l’âme, et ses guerriers écoutent comme lui.

 

Quand la voix se tait, il s’avance vers l’instrument :

 

« C’est beau ! » dit-il, « nous allons maintenant chanter ensemble ! »

 

Il saisit le recueil de cantiques et indique l’un après l’autre plusieurs chants émouvants, que la Comtesse accompagne en chantant avec lui et un autre de ses rudes guerriers.

 

On oublie le café, on oublie l’eau de vie.

 

Au dehors, c’est la fusillade ; ici, personne ne l’entend.

 

Puis, très ému, il demande un entretien et dévoile à ses hôtes le fond d’un cœur agité, tourmenté, une vie malheureuse, sans paix et sans joie.

 

Destiné à devenir prêtre, il a abandonné cette voie pour se joindre dans différents pays aux troupes révolutionnaires jusqu’à ce que la libération de la Pologne le rappelle dans sa patrie.

 

Cet entretien porte des fruits pour l’éternité.

 

Dès ce jour, Faska dit « le Sauvage » est transformé.

 

Lui qui jusqu’alors a humilié et tourmenté de toutes façons les propriétaires du château, devient leur ami et leur protecteur.

 

Ce n’est pas chose facile avec la troupe indisciplinée qu’il commande et qui n’attend que le moment du pillage.

 

Un jour même l’excitation des révoltés devient telle qu’ils réclament le Comte pour le fusiller.

 

« Vous ne toucherez à sa personne qu’après avoir passé sur mon propre corps ! » leur déclare Faska.

 

Quelques jours plus tard, il confie à ses hôtes qu’il ne se sent plus maître de sa troupe, qu’il ne lui reste plus qu’à se rendre en hâte, à cheval, au quartier général polonais, pour demander qu’elle soit rappelée et remplacée par d’autres mieux disciplinées.

 

Son plan aboutit.

 

Faska quitte le château avec ses hommes pour combattre les volontaires allemands qui tiennent tête aux Polonais et attaquent les hauteurs de l’Annaberg.

 

Peu de jours après, il succombe dans un combat.

 

Par le moyen d’un cantique chanté en prière, l’enfant prodigue a retrouvé le chemin de la maison paternelle et du cœur de son Père…

 

 

Bible

Croix Huguenote

 

Notes

 [2] Cantique de César Malan que l’on peut retrouver en France dans le recueil des « Ailes de la Foi »  au n° 101  pour ne citer que ces deux exemples que chacun(e) complètera en fonction de son lieu d’origine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Theonoptie

Partager cet article
Repost0

commentaires

Charles Spurgeon

" J'avoue que je donnerais à peine un penny pour tout salut que je pourrais perdre. La vie éternelle est la chose dont nous avons besoin, la Vie de Dieu, qui ne peut jamais changer ou être enlevée de nous, et c'est ce qui est donné à toutes celles et ceux qui croient en Jésus Christ."

Car, lorsque que nous étions
encore sans force,
Christ, au temps marqué,
est mort pour des impies
 (Romains 5-6)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite ?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch