Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

Jean Calvin

"Puisque Dieu, par conséquent, nous justifie par la Médiation du Christ, Il nous Acquitte, non pas par l'aveu de notre innocence personnelle, mais par une imputation de la justice ; de sorte que nous, qui sommes injustes en nous-mêmes, sommes considérés comme Justes en Jésus Christ."

 Nombres visites
depuis sa création
 
178 012

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

B. M.

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Pinterest, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

 

Facebook suivi

Refuge Protestant Pinterest
Twitter Refuge Protestant
2 avril 2018 1 02 /04 /avril /2018 19:06
Quelques livres édifiants (5)

Ouvrages que propose et conseille

Refuge Protestant
Croix Huguenote

 

Nouveauté :  Rebekah Sheats   Pierre Viret, L’Ange de la Réformation   BULLETIN DE COMMANDE A RENVOYER    À L’ASSOCIATION PIERRE VIRET

Nouveauté : Rebekah Sheats Pierre Viret, L’Ange de la Réformation BULLETIN DE COMMANDE A RENVOYER À L’ASSOCIATION PIERRE VIRET

Le 500e anniversaire de la Réforme ne pouvait pas être fêté sans Viret ! Voici la parution d’une biographie du Réformateur vaudois.

L’auteur en est Rebekah Sheats, qui s’est pris de passion pour notre Réformateur et qui a prêté sa plume pour nous partager avec beaucoup de relief la vie de Pierre Viret. La traduction a été assurée par Laurence Benoit, qui a su garder l’esprit et le rythme de son auteur.

Alors que nous en étions encore qu’au projet de traduction en français de ce livre, le regretté Alain Dufour, éminent spécialiste de la Réformation a eu l’occasion de le consulter, d’en lire des passages, « d’admirer l’illustration si abondante et si bien choisie, vraiment suggestive ! À la fin un drôle de grand poème rétrospectif, qui invite à la méditation religieuse. Tout cela est magnifique, emporté dans un élan d’enthousiasme communicatif ! Et en même temps la documentation sur laquelle est établie cette nouvelle vie de Pierre Viret est vraiment solide et complète ! »

Cela nous a encouragé à aller de l’avant et le résultat est là. Plus de 300 pages dont une soixantaine en couleur. Sa lecture est accessible à tous.

Ceux souhaitant adhérer à l’Association Pierre Viret, la cotisation est de 30 francs CHF par année. 

 

 

L’Ange de la Réformation (Fr.30.-)       

   ……… x    Fr. 30.-        € 26

 

 Total        Fr.……           €……

Nom : …………………………… 

Prénom : …………………………

Rue : ………………………………………

No postal et localité : ………………………

Pays : ……………………………

Adresse e-mail : …………………………………

Date : ………………….……… 

Signature : …………………………

 Je désire recevoir le/les exemplaires par courrier (frais de port en supplément, paiement de la facture à  réception).

Je désire prendre livraison du/des exemplaires sur rendez-vous à Lausanne

(votre téléphone : ……………………………).

A retourner à l’adresse de l’Association :
Association Pierre Viret

Case Postale 5286     CH-1002 Lausanne

 

Ou par email : info@pierreviret.com 

 

Frais de port :
  • Pour la Suisse : Un exemplaire = 7 CHF, dès 2 exemplaires = port gratuit. 
• Pour la France : Un exemplaire = 6 €, dès 2 exemplaires = 0,01 €. 
• Pour les autres pays : Frais d’envoi coûtant.
Lierre
 
 

 

"L'Association pour la publication et la diffusion

des ouvrages de Jean-Marc Berthoud"

vous présente la parution de :

 

L'histoire alliancielle

de l'Eglise dans le monde

(Tome Premier)

Quelques livres édifiants (5)
Quelques livres édifiants (5)

Comme vous le savez, certes mieux que moi, les traditions réformée, évangélique et catholique romaine sont, pour parler comme le faisait le mentor de saint Augustin, Tyconius, toutes divisées : toute tradition chrétienne est donc nécessairement bipartite, comme le sont chacune des sept Églises d’Apocalypse 2 et 3. C’est-à-dire qu’elles contiennent toutes, à des degrés divers, du meilleur comme du pire, même si certaines en sont venues à se considérer comme innerrantes ou infaillibles, cela par l’effet cumulé de leurs erreurs.


Il en va de même de l’ivraie des orientations libérales (la liberté de l’homme divinisé qui imagine déterminer lui-même sa propre nature !) ou modernistes (la modernité, la dernière nouveauté, comme norme absolue du vrai) qui envahissent aujourd’hui tout le paysage chrétien, toutes dénominations confondues : elles s’opposent au bon grain de la proclamation immuable de la Loi et de l’Évangile : l’esprit de la prophétie qui est le témoignage de Jésus (Apocalypse 19 : 10).


L’Orthodoxie est elle-même affectée par un pareil fléau hérétique (grec, « haieresis » : le choix, partiel et partial, dans le donné complet de la Foi) erreur inévitable – et toujours à corriger – au cœur humain dans sa perversité.


Les œuvres des grandes figures chrétiennes éditées par L’Âge d’Homme sont comme autant de phares divins dans l’épais brouillard des erreurs humaines. Parmi elles se trouvent deux pères orthodoxes modernes : Justin Popovich (serbe), pour une part, et Georges Florovsky (russe) de l’autre. Ici il faut ajouter le nom du prêtre orthodoxe français, Wladimir Guettée.


Les Paul Florensky, Sergueï Boulgakov, etc., sont certes de brillantes figures, mais malheureusement trop souvent teintées de gnose ; puis, il y a des pélagiens plutôt rationalistes qui s’affirment comme autant de réformateurs, tels le théologien grec, Jean Romanides et son disciple français, Patric Ranson, grands adversaires intransigeants, et par trop massifs, de saint Augustin.


Mais Florovsky et Popovich sont bien, eux, dans la plénitude de la véritable tradition orthodoxe et catholique chrétienne des Pères ainsi que dans celle de ceux qui s’attachent avant tout à la Bible. L’Âge d’Homme les a fait connaître pour le plus grand bien du monde chrétien francophone. C’est aussi le cas pour de grandes figures réformées comme Jeremias Gotthelf, Pierre Courthial, Pierre Marcel et Aaron et Eric Kayayan et des catholiques romains aussi éminents qu’Eugenio Corti et Florent Gaboriau.


Partout il nous faut chercher à séparer le bon grain de l’ivraie, notre pierre de touche étant toujours l’Écriture sainte inspirée et infaillible de Dieu, la Bible canonique, lettre historique et doctrinale divine, lue dans la lumière de l’Esprit saint, lecture conduite avec l’assistance de l’héritage de l’enseignement sanctifié de l’Église véritablement évangélique et réformée, orthodoxe et catholique, du Dieu vivant.


Cet héritage ne peut donc être que celui de l’Église à la fois catholique (selon le tout de la révélation écrite) et orthodoxe (à la louange droite de Dieu), celle de tous les âges et de tous lieux.


C’est ce que je m’efforce de commencer un peu à tirer au clair – avec l’aide des grandes figures chrétiennes de toutes les époques – dans les cinq volumes (à présent rédigés) de mon Histoire alliancielle de l’Église dans le monde, dont vous pouvez vous procurer le premier ici chez Lulu.com.

Avec mes salutations chrétiennes bien cordiales,


Jean-Marc Berthoud,

Disponible
 
(Voir les 11 premières pages en cliquant sur l'Aperçu en bas du livre)
 
Prix : 34.20 Euros (HT)
 
sur Amazon : (dans 6 à 8 semaines)
 
 
Cliquer ici pour commander
sur www.Lulu.com/fr

 

 

Jean Marc Berthoud

 

 
 

Extrait de l'Introduction
 
Douglas F. Kelly
Professeur émérite de Théologie systématique,
Reformed Theological Seminary,
Charlotte, Caroline du Nord.

 
Ce livre, Le Temps des Pères et l'Âge de la Foi – le premier des cinq volumes d'une Histoire alliancielle de l'Église dans le monde –, est d'une matière tout à la fois vaste et profonde. Il aborde aussi de nombreux thèmes. Il évoque pour moi l'image d'une belle tapisserie tissée de fils de couleurs variées, certaines plus brillantes, d'autres plus sombres, comme l'est aussi le monde dans lequel nous vivons. Il est sans doute plus ample que le manteau bigarré du patriarche Joseph, mais pas moins beau ! Jean-Marc Berthoud, penseur aux convictions réformées, vivant à Lausanne et connu pour ses nombreuses publications, a ici fourni aux générations montantes une synthèse réfléchie composée de textes bibliques entrelacés d'une réflexion tirée de la théologie patristique et scolastique. Cet ensemble éclaire notre monde qui demeure profondément déchu, mais qui est constamment aussi l'objet de l'œuvre rédemptrice du Dieu Trinitaire.
J'ai toujours trouvé que l'œil vigilant de Jean-Marc Berthoud ne dirigeait pas son regard uniquement sur l'histoire biblique et alliancielle du peuple de Dieu, mais scrutait avec attention ce monde mouvant dans lequel l'Église sera placée jusqu'à la fin des temps. Il sait poursuivre, jusque dans leurs racines, ces principes païens que Satan cherche à promouvoir à toutes les époques de l'histoire, pour mieux combattre l'œuvre rédemptrice de Dieu, œuvre divine enracinée dans les Écritures et qui s'accomplit ici-bas par l'action de son Église fidèle. Il nous montre à quel point l'Église se retrouve constamment envahie par la pensée païenne ; mais aussi de quelle manière cette Église parvient, frappée par de telles attaques, à progresser – avec l'aide de la vérité biblique et du Saint-Esprit – plus encore qu'elle ne l'aurait fait sans elles. Comme le disait le pasteur William Still d'Aberdeen en Écosse : « Là où Satan agit, Dieu est, Lui, plus actif encore ! » Peu d'ouvrages manifestent cette réalité plus clairement que l'Histoire alliancielle de J.-M. Berthoud.
Pour les étudiants en théologie, pour les pasteurs et pour tout chrétien qui cherche à réfléchir sur sa foi, il leur sera d'un grand secours de voir de quelle façon cette bataille – pour la vérité et pour le salut de millions d'âmes pour la gloire de Dieu – a fait rage tout au long de ces mille ans qui vont du Nouveau Testament au haut Moyen Âge. Cette guerre victorieuse a eu pour fruit le développement de la civilisation chrétienne. Bien qu'un bon nombre de gens – et parmi eux beaucoup de ceux qui ont profité le plus de la civilisation chrétienne de notre Occident – soient des plus violemment critiques de ses richesses, il est judicieux de faire remarquer que, pour la plupart, les habitants de ce monde, s'ils en avaient le choix, préféreraient émigrer en Europe ou en Amérique du Nord plutôt qu'ailleurs. Et bien de ces hommes politiques, si remplis qu'ils soient de haine pour l'Occident, refusent de le quitter !
[...]
Je ne vais pas tenter de faire le tour de ce vaste tableau, mais me limiterai à relever quelques points qui, à mon sens, brillent comme une lumière placée dans un lieu obscur. Le rapport qu'il établit entre Hilaire de Poitiers (au IVe siècle) et le cardinal Pie, lui aussi de Poitiers (au XIXe) montre à quel point peut être déterminante l'influence d'une Christologie saine qui transformera ceux qui l'accueillent. Ce qu'il écrit sur « les rapports entre les divers livres du Nouveau Testament » procure au lecteur un soulagement bienvenu après la lecture de tant de théories défaillantes sur les relations entre elles des Évangiles synoptiques, travaux qui culminent avec ceux de Rudolf Bultmann. Son étude sur Chalcédoine est d'une importance capitale pour redresser le « moralisme » politique qui, depuis les Lumières européennes du XVIIIe siècle, nous a conduits au règne généralisé d'un étatisme de plus en plus omniprésent et tyrannique. Cela nous donne à la fois des réponses à nos questions ainsi que des solutions raisonnables aux impasses que produit la mentalité « politiquement correcte » d'aujourd'hui. Il nous mène ainsi aux racines véritables de la version moderne du paganisme oppresseur. Sans un tel diagnostic, il ne nous est pas possible d'ouvrir une porte à l'espérance.
 
 

Table des matières
 

Avant-Propos
Introduction
 
Chapitre I. Les fondements bibliques de l'histoire de l'Église dans le monde
  1. L'histoirede l'Église – les douleurs de l'enfantement
  2. L'exemple de deux évêques de Poitiers, Hilaire au siècle et le cardinal Pie au XIXe siècle
 
Chapitre II. Les premiers combats de l'Église chrétienne
  1. Apocalypse 12 comme résumé symbolique de l'histoire du combat allianciel de l'Église
  2.  Le livre des Actes des Apôtres comme témoignage des combats, de la fidélité et des victoires de la descendance de la femme, l'Église de Jésus-Christ
  3. Les rapports entre les divers livres du Nouveau Testament
 
Chapitre III. La persécution de l'Église par l'Empire romain
  1. Remarques préliminaires
  2. Introduction
  3. Les persécutions de l'Église chrétienne par l'Empire romain
 
Chapitre IV. Le martyre de la légion thébaine. Saint Maurice et le combat contre le paganisme
 
Chapitre V. Irénée de Lyon et le combat contre la gnose
  1. Introduction : la chaîne ininterrompue du témoignage Chrétien
  2. Le combat d'Irénée contre la gnose au nom menteur
  3. Brève évocation de la vie d'Irénée de Lyon
  4. Réfutation par Irénée de la gnose au nom menteur
Annexe Signification de l'impureté des animaux dans la Bibble
 
Chapitre VI. Nicée, Athanase et l'hérésie arienne
  1. La naissance de l'hérésie arienne
  2. Arius(c. 256 – c. 336) et l'arianisme
  3. Le Concile de Nicée – 20 mai au 19 juin 325
  4. La suite du combat : Constantin le Grand (274-337)
Conclusion. Arius : actuel ?
Annexes Les Symboles de l'Église

Chapitre VII. De Nicée (325) à Chalcédoine (451)
  1. Le concile de Constantinople I (381) : ses causes et ses implications
  2. D'Éphèse (431) à Chalcédoine (451)
  3. Nestorius contre Cyrille
  4. La route vers Chalcédoine
Conclusion : l'importance de Chalcédoine
Annexe Le « Tome à Flavien » Lettre de Léon le Grand, Patriarche de Rome, à Flavien, Archevêque de Constantinople contre l'hérésie d'Eutychès lue lors du Concile de Chalcédoine (451) IVe Concile œcuménique

 
Chapitre VIII. Pélage (v. 360-v. 422), Jérôme (v. 342-420) et Augustin (354-430)
  1. Bref survol de la vie et de l'œuvre d'Augustin d'Hippone (354-430)
  2. La vie et le caractère de Pélage. Son conflit avec Jérôme
  3. L'enseignement biblique de Pélage
  4. La pente de la pensée théologique de Pélage
  5. Le conflit doctrinal et moral d'Augustin avec les erreurs de Pélage
Conclusion : Jean Cassien (c. 360-433)
 
Chapitre IX. Augustin (354-430), Tyconius († 395) et les Donatistes
  1. Tyconius entre donatisme et catholicisme
  2. Les bases des Règlesde Tyconius
  3. Les sept règlesde Tyconius telles qu'il les a formulées
  4. La lecture partiale par Augustin des Règles de Tyconius
  5. Conséquences historiques de cette lecture des Règles de Tyconius, partiellement faussée par Augustin
  6. Conclusion
Annexe Pierre Jay : La conception de l'Écriture chez Jérôme
                                   Jérôme frère de Tyconius

 
Chapitre X. Comment la Bible éclaire l'histoire du premier millénaire du Christianisme
  1. La théologie biblique de l'histoire
  2. Apocalypse17 et l'histoire de l'Église, de l'Empire et des nations
 
Chapitre XI. L'augustinisme politique, source de l'empire pontifical
  1. Les cheminements de l'augustinisme politique
  2. Conclusion. Bernard de Clairvaux (1090-1153) et l'unité de la chrétienté sous l'autorité du vicaire du Christ, l'évêque de Rome
 
Chapitre XII. Le schisme d'Orient : celui de Photius ? Un tournant dans l'histoire du IXe siècle. Le Filioque et la rupture entre l'Église d'Occident et les Églises d'Orient
  1. Origine historique du Filioque
  2. Photius (820-895)
  3. Signification théologique du Filioque. L'interprétation des données bibliques
  4. L'enseignement Trinitaire de saint Augustin
Annexe Positions de Jean Calvin et de Thomas d'Aquin sur Jean 15 : 26
 
Chapitre XIII. Quels sont les origines, le sens et l'influence de la Scolastique ?
  1. Arrière-plan historique à la scolastique
  2. L'esprit de la scolastique
  3. L'organisation des études scolastiques
  4. Entrée de la philosophie d'Aristote dans la scolastique
  5. La synthèse du XIIIe siècle
  6. Le rôle de la dispute dans la scolastique
  7. Caractère universel de la méthode scolastique
  8. Scolastique formaliste stérile
  9. Bible et monde : mariage de la vérité à la réalité
  10. La méthode scolastique chez Thomas d'Aquin.
  11. Une pensée scolastique réformée : l'éthique de Bénédict Pictet
Conclusion
 
Chapitre XIV. Bernard de Clairvaux. Lumière de la chrétienté et obscurcissement de la foi des apôtres au Moyen Âge
 
Chapitre XV. L'âge de la foi et les conséquences de la centralisation pontificale. La place de Thomas d'Aquin dans l'histoire de l'Église
  1. Le double esprit du Moyen Âge
  2. Quelle place donner à Thomas d'Aquin (1225-1274) dans l'histoire de l'Église ?
 
Conclusion

Bibliographie
Index biblique
Index Nominatif
Index Thématique
Lierre

 

 

 
NOUVELLE PARUTION DE LA CONFESSION DE FOI DU CHRÉTIEN DE  Théodore de Bèze    Texte modernisé reproduit avec l'aimable autorisation de la Rédaction de La Revue Réformée.

NOUVELLE PARUTION DE LA CONFESSION DE FOI DU CHRÉTIEN DE Théodore de Bèze Texte modernisé reproduit avec l'aimable autorisation de la Rédaction de La Revue Réformée.

Quelques livres édifiants (5)
Disponible
 
(voir les 11 premières pages en cliquant sur l'Aperçu en bas du livre)
 
Prix : 21,27 Euros (HT)
 
sur Amazon : (dans 6 à 8 semaines)
 
 
Autres articles susceptibles de vous intéresser dans la
Vitrine de Pierre sur www.Lulu.com/fr
 
 
 
Extrait de l'Introduction
de Jean-Marc Berthoud

 
Cette grande figure chrétienne, bien oubliée aujourd'hui, à trop souvent été perçue par les rares spécialistes qui s'en occupaient, à travers les lunettes déformantes d'une modernité résolument hostile à la vision chrétienne que manifeste tous les aspects de son œuvre immense. Selon ces interprètes Bèze aurait été une figure rebutante par son austérité moralisatrice ; un théologien essentiellement abstrait, coupé des réalités pastorales et sociales de ses contemporains ; un poète au style dépourvu de charme, rude et médiocre ; un critique textuel, rendu incapable par ses préventions théologiques, d'utiliser la richesse des manuscrits à sa disposition ; un polémiste intraitable et sans pitié ; le défenseur d'une théologie toute centrée sur la seule prédestination ; en bref, le pire des théologiens scolastiques, aristotélicien rétrograde, ennemi de toute pensée moderne, traître à l'héritage biblique, si lumineusement humaniste, de son mentor Jean Calvin.
Face à une œuvre d'une telle richesse, d'une telle variété, d'une telle ampleur, confronté à une vie si longue et si remplie à la fois de toute l'histoire de son siècle et constamment conduite par la recherche de la gloire de Dieu et du bien de son Église, j'ai bien souvent ressenti, d'une part, mon incapacité à cerner l'essentiel d'une telle vocation et, de l'autre, mon indignité à aborder une manifestation si éclatante de l'action divine dans l'histoire humaine. Mais ce qui m'a souvent réconforté dans ces recherches fut de constater que Théodore de Bèze fut lui-même animé de sentiments semblables. C'est par un extrait de son Testament rédigé en 1595 dix ans avant sa mort, que je voudrais ouvrir notre regard sur la vie et l'œuvre prodigieuse de ce grand pasteur et défenseur de la Foi, Théodore de Bèze.
  • […] il me serait impossible de réciter les grandes assistances que j'ai senties du Seigneur en toutes sortes de charges, non seulement, par trop pesantes, mais aussi par trop périlleuses [ses nombreux voyages en France (réd.)] jusques à ce que étant de retour en ce lieu [Genève] il m'a fait cette grâce jusques à présent de n'avoir été sans édification tant de bouche que par écrit, selon qu'il a plu à Dieu m'y conduire ; mais hélas, faisant comparaison de son devoir avec ce peu d'effet, je baisse la tête devant Dieu lui demandant grâce et miséricorde.
 
 
 
Table des matières
 
Introduction de Jean-Marc Berthoud
Introduction de Michel Réveillaud
Préface de Théodore de Bèze

Partie I. — La Trinité
L'unité de Dieu
La Trinité des personnes distinctes en une unité d'essence
La providence éternelle de Dieu

Partie II. — Dieu le Père
La personne du Père
Comment le Père est créateur et conservateur de toutes choses
La création des anges
Les œuvres de la Trinité sont inséparables

Partie III. — Jésus-Christ, Fils unique de Dieu
La divinité du Fils
Le Fils, seul médiateur entre Dieu et les hommes, établi éternellement
Dieu est parfaitement juste et miséricordieux
Dieu est immuable
La décision de Dieu n'exclut point les causes secondes
L'homme a été créé pour manifester la justice et la miséricorde de Dieu
Pourquoi il a fallu que le premier homme ait été créé pur
Il fallait que l'homme perde sa pureté
Comment Dieu a créé l'homme bon
Comment l'homme, ainsi que toute sa postérité, s'est rendu coupable de la mort première et seconde
Le chemin qui mène à la première mort
La première mort ne peut être éternelle
Le chemin qui mène à la seconde mort
Quel libre arbitre est resté à l'homme après le péché
Sommaire du péché originel
Comment Dieu a fait tourner le péché de l'homme à sa gloire
Jésus-Christ est le seul médiateur choisi et promis par Dieu
La conformité et la différence entre l'Ancien et le Nouveau
Pourquoi a-t-il fallu que Jésus-Christ fût vrai homme naturel,
dans son corps et dans son âme, mais exempt de tout péché
Pourquoi a-t-il fallu que Jésus-Christ fût vrai Dieu
Comment le mystère de notre salut a été accompli en Jésus-Christ
Les deux natures, celle de Dieu et celle de l'homme, ont été unies en une personne dès le moment de la conception de la chair de Christ
La Vierge Marie est mère de Jésus-Christ, Dieu et homme
Sommaire de l'accomplissement de notre salut en Jésus-Christ
Comment Jésus-Christ, étant retiré au ciel, est néanmoins ici-bas avec les siens
Il ne peut y avoir aucune autre vraie religion

Partie IV. — Le Saint-Esprit
La personne du Saint-Esprit
Les œuvres propres du Saint-Esprit
Le Saint-Esprit nous fait participants de Jésus-Christ par la seule foi
Les moyens dont se sert le Saint-Esprit pour créer et conserver la foi en nous
Combien la foi est nécessaire, et ce qu'est la foi
L'objet et la force de la vraie foi
Comment doit se comprendre la parole que nous disons après saint Paul :
« Nous sommes justifiés par la seule foi »
Être assuré de son salut par la foi en Jésus-Christ n'est en aucune manière, de l'arrogance ou de la présomption
La foi trouve en Jésus-Christ tout ce qui est nécessaire au salut
Le remède que la foi trouve en Jésus-Christ, seul contre le premier assaut de la première tentation : la multitude de nos péchés. L'assurance qu'en cet endroit, nous pouvons avoir sur les saints ou sur nous-mêmes
Le remède que la seule foi trouve en Jésus-Christ seul contre le deuxième assaut de la première tentation : nous sommes dépouillés de la justice qu'à bon droit Dieu
exige de nous
Le troisième assaut de la même tentation : la souillure naturelle, ou péché originel, qui est en nos personnes fait que Dieu nous hait encore
Remède contre la deuxième tentation : avons-nous la foi ou non ?
Ceux qui disent que nous blâmons les bonnes œuvres nous calomnient faussement
Le premier différend au sujet des bonnes œuvres : quelles sont les bonnes, et quelles sont les mauvaises
Les œuvres les plus excellentes : les qualités de la véritable prière selon la Parole de Dieu
Le second différend au sujet des bonnes œuvres consiste à savoir d'où elles proviennent
Le troisième différend au sujet des bonnes œuvres con­siste à savoir à quoi elles sont bonnes
À quoi nous servent les bonnes œuvres devant Dieu et devant les hommes
Remède contre la dernière et la plus dangereuse tenta­tion : sommes-nous élus ou non ?
Les instruments dont se sert le Saint-Esprit pour créer la foi au cœur des élus
Ce que nous appelons « Parole de Dieu » ; ses deux par­ties : la Loi et l'Évangile
Ce qui est commun et ce qui est différent entre la Loi et l'Évangile
À quelles fins le Saint-Esprit se sert de la prédication de la Loi
L'autre partie de la Parole de Dieu appelée « Évangile » ; son autorité, pourquoi, comment et à quelle fin elle fut écrite
La manière dont l'Évangile comprend, en substance, les livres de l'Ancien Testament, en quelques-unes de leurs de leurs parties
Comment doit s'entendre ce que nous disons de l'autorité de la Parole écrite ; pourquoi il est nécessaire de la traduire en toute langue
Comment le Saint-Esprit se sert de la prédication exté­rieure de l'Évangile pour créer la foi au cœur des élus, et pour endurcir les réprouvés
L'autre fruit de la prédication de la Loi, lorsque la pré­dication de l'Évangile a produit son efficacité
Le second moyen dont le Saint-Esprit se sert pour nous faire jouir de Jésus-Christ, et pourquoi le Seigneur ne s'est jamais contenté de la simple prédication de sa Parole
Définition du sacrement
Différence entre les sacrements de l'Ancienne Alliance et ceux de la Nouvelle
À quoi l'on reconnaît les faux sacrements des vrais
Ce qui est commun à la prédication de la Parole et aux sacrements
Ce qui est propre et spécial aux sacrements quand on les considère selon la fin pour laquelle ils ont été ordonnés de Dieu
Il n'y a que deux sacrements dans l'Église chrétienne
Les quatre points qu'il faut considérer quand on traite des sacrements
Premier point. Ce que nous entendons par le mot de « signe » au sujet des sacrements, et pourquoi le Seigneur a choisi pour signes les choses les plus simples et les plus communes
Erreur de ceux qui ôtent la substance des signes dans les sacrements
Le changement qui se fait dans les choses dont on use dans les sacrements
D'où procède cette mutation et ce changement des choses dont on use dans les sacrements
Ce changement n'est pas perpétuel
Second point. La réalité signifiée dans les sacrements
Troisième point. Comment la réalité des sacrements,
c'est-à-dire Jésus-Christ, est conjointe au signe
La distinction des signes et de la réalité signifiée
Quatrième point. La manière de communiquer tant aux signes des sacrements qu'à la réalité signifiée
Application de la doctrine précédente aux sacrements du Baptême
Raisons pour lesquelles les petits enfants des fidèles sont baptisés
Pourquoi l'on ne renouvelle point le baptême
Application de la doctrine précédente au sacrement de la Cène
Conclusion au sujet des sacrements
Pourquoi le Saint-Esprit est appelé le Consolateur, et quel est l'usage des afflictions des fidèles

Partie V. — L'Église
Il y a toujours eu, et il y aura toujours, une Église hors de laquelle il n'y a point de salut
Il ne peut y avoir qu'une vraie Église
Pourquoi nous appelons l'Église « catholique »
En quoi consiste la communion des saints
L'Église n'a qu'un chef, savoir Jésus-Christ, auquel il ne faut point de lieutenant, de compagnon ni de successeur
La communion des saints n'empêche point que les char­ges et état de l'Église ne soient divers
Les marques par lesquelles on peut discerner la fausse Église d'avec la vraie
Les vrais membres de l'Église
Les marques de l'Église ne sont pas toujours dans une institution. Comment il faut se gouverner à ce sujet
En quoi consiste, d'une manière générale, le devoir et l'autorité de l'Église
L'autorité des conciles universels ; premièrement, ce qu'est un concile universel
À qui il appartient de convoquer le concile universel
Comment doivent être élus ceux que les Églises envoient aux conciles
Tout homme peut être entendu au concile, pourvu qu'il n'y ait point de confusion
Qui doit présider aux actes des conciles généraux
La déférence qu'on doit aux conciles
Pourquoi ont été ordonnés les conciles, et jusqu'où s'étend leur pouvoir
Le premier point qu'il faut considérer quand, dans l'Église, on dresse des lois disciplinaire
Le second point qu'il faut considérer dans les lois disci­plinaires de l'Église
Le troisième point qu'il faut considérer dans les lois dis­ciplinaires de l'Église
Ce qu'il faut répondre à ceux qui invoquent contre nous l'autorité des conciles
Les conciles particuliers, c'est-à-dire provinciaux ou nationaux
Les ministères dans l'Église
Nombre des divers gouvernements spéciaux et ordinai­res dans l'Église bien ordonnée

 
a) La prédication de la Parole
L'office des apôtres, des évangélistes et des prophètes dans la primitive Église
L'office des pasteurs et des docteurs
La différence qui existe entre les pasteurs et les docteurs
Les pasteurs et les docteurs ne sont que des instruments par lesquels Dieu conduit le ministère de sa Parole
Les marques pour discerner les vrais pasteurs et docteurs d'avec les faux
La hiérarchie qui doit exister entre les ministres de la Parole de Dieu lorsqu'ils sont distingués par compagnies

b) La dispensation des biens de l'Église
Le deuxième rang des charges ecclésiastiques : l'office des diacres et la dispensation des biens de l'Église
Les quatre ordres qu'on appelle « Minores ordines », c'est-à-dire les petits ordres

 
c) La discipline ecclésiastique
Le troisième rang des charges ecclésiastiques : la juridiction
Le but de la juridiction ecclésiastique ; ses parties
L'office des anciens dans l'Église
Les électeurs ecclésiastiques
La qualité de ceux qu'on doit élire
L'ordre et la manière de donner les voix
La confirmation des élections
Le mariage, le divorce et le célibat
Le jeûne
La différence des jours et des mets
La partie de la juridiction ecclésiastique concernant les corrections
L'excommunication, et quel en est le droit usage

 
d) Le magistrat chrétien
L'office du magistrat chrétien
L'obéissance qui est due aux magistrats

Partie VI. — Le jugement dernier
Ce qu'il faut croire et espérer du jugement dernier

Conclusion

Annexes
Bibliographie
Table analytique des matières
Table alphabétique des noms propres et des auteurs
Table des passages bibliques cités
Quelques livres édifiants (5)
Lierre

 

Bonne Lecture ! 

Refuge Protestant
Refuge Protestant

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Charles Spurgeon

" J'avoue que je donnerais à peine un penny pour tout salut que je pourrais perdre. La vie éternelle est la chose dont nous avons besoin, la Vie de Dieu, qui ne peut jamais changer ou être enlevée de nous, et c'est ce qui est donné à toutes celles et ceux qui croient en Jésus Christ."

Car, lorsque que nous étions
encore sans force,
Christ, au temps marqué,
est mort pour des impies
 (Romains 5-6)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite ?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch