Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

Bouchra Maurice 

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Google +, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

Facebook suivi

Refuge Protestant Google +
Refuge Protestant sur Google +
Google plus Refuge Protestant

 

Twitter Refuge Protestant
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 10:12
Thomas et  la Résurrection de Jésus-Christ (Dernière  partie)

« Or, Thomas, appelé Didyme, qui était l'un des douze, n'était point avec eux quand Jésus vint. Et les autres disciples lui dirent : nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit : si je ne vois les marques des clous en ses mains, et si je ne mets mon doigt où étaient les clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne le croirai point. Et huit jours après, les disciples étant encore dans la maison et Thomas avec eux, Jésus vint, les portes étant fermées, et il fut là au milieu d'eux et il leur dit : Que la paix soit avec vous ! Puis il dit à Thomas : Mets ton doigt ici et regarde mes mains ; avance aussi ta main et la mets dans mon côté, et ne sois point incrédule, mais croyant. Et Thomas répondit et lui dit : Mon Seigneur et Mon Dieu ! Jésus lui dit : Parce que tu m'as vu, Thomas, tu as cru : bienheureux sont ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru ! » (Jean 20.24-29)


(Suite 1ère partie)


 

(…) Mais si pour quelqu’un il y a insistance peut être à dire :

 

Nous reconnaissons que les preuves antérieures devaient suffire à Thomas ; néanmoins Jésus-Christ lui accorde celle qu'il demandait. Il a répondu à son vœu, exigeant peut-être, mais sincère. Il s'est montré à lui, glorieusement ressuscité, Il lui a dit : « Avance ici ta main et la mets dans Mon Côté, et ne sois plus incrédule mais crois. » Et c'est alors que Thomas, vaincu cette fois par une irrésistible évidence, s'est écrié : Mon Seigneur et Mon Dieu !

 

Il est vrai ; Jésus a accordé à Thomas ce qu'il réclamait.

 

Il avait Ses Raisons pour cela.

 

Entr'autres motifs, Il voulait le convaincre personnellement comme apôtre et avec une clarté surabondante, de ce grand fait, dont il devait ainsi que tous ses compagnons témoigner au monde.

 

Mais que direz-vous, si vous pensez cela si nous vous montrons que Jésus a pour vous la même Condescendance, et qu'en un sens, en une certaine mesure, Il vous accorde à vous-mêmes cette preuve de la vue que demandait Thomas ?...

 

Oui, nous prétendons que Jésus-Christ mort et Ressuscité, que Jésus-Christ avec les stigmates de Sa croix mais avec Sa Vie Impérissable passe et repasse sous votre regard, et que si vous avez des yeux pour voir, vous Le verrez, vous Le voyez devant vous ! (J'emprunte l'idée de ce développement à un article de M. le Pasteur Durand, de Vevey, intitulé : Miracles permanents (Vie chrétienne, année 1856.)


Transportez-vous à près de vingt siècles en arrière.


Jésus vient de mourir sur la croix.

 

Ce n'est pas seulement l'Evangile qui l'atteste, ce sont les écrivains profanes : c'est le railleur Lucien, c'est l'historien Tacite qui mentionnent son supplice ignominieux.

 

Retraversez maintenant les siècles, que voyez-vous ?

 

Ce Crucifié, Le voici dans Son Eglise, née au pied de Sa croix, et qui, animée de Son souffle, vivant de Sa Vie, est selon l'expression de l'Apôtre, Son Corps, visible ici-bas.

 

Le voici dans la société qu'il a transformée, dans la famille Chrétienne qu'Il a purifiée et assise sur des bases nouvelles et impérissables.

 

Le voici dans la législation qu'Il inspire, dans les mœurs qu'Il pénètre de son influence et qui cherche par tous les moyens depuis tout temps à s’en extraire.

 

Le voici dans l'idéal des arts, dans l'essor fécond des sciences ; Le voici dans toute notre civilisation dont Il est l'âme cachée et le moteur irrécusable ; Le voici dans l'histoire dont Il est le Pivot Divin ; Le voici dans chacun de Ses Disciples qui dans la mesure où il vit de la vie Véritable s'écrie avec saint Paul :

 

« Ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi. »


Le voici enfin Présent dans Son Eglise sur toute la surface de la terre convoquant les peuples, remplissant les temples Lui appartenant, et, en ce moment même, reparaissant devant de nombreuses vies au milieu de nous !....

 

Hélas ce n'est pas seulement à Jérusalem, il y a près de vingt siècles, qu'on a voulu l'immoler et sceller sa tombe.

 

Il a été encore flagellé, déchiré, mis à mort, dans Son Corps qui est l'Église.

 

Le monde a voulu l'étouffer, cette Eglise, dans des flots de sang ; mais du sein de cette tombe sanglante Il a reparu, tandis que le paganisme qui le poursuivait avec le fer et le feu a dit en expirant : « Tu as vaincu, ô Galiléen ! »

 

On a voulu, au sein même de la chrétienté, le persécuter dans la personne de Ses Témoins Fidèles.

 

Nouvelles flagellations, nouveaux opprobres, nouvelles croix.

 

Et Il a reparu, toujours couvert de blessures, mais toujours Vivant au sein de mille morts !

 

La sagesse humaine a dirigé contre Lui ses dards enflammés par la haine ; elle a voulu enfoncer encore des clous dans Sa Chair, le dix-huitième siècle même célébrait ses funérailles... (Nota Refuge Protestant : combien plus encore aujourd’hui !)

 

Il a reparu vivant, paré d'une Jeunesse Eternelle.

 

D'autres attaques sont aujourd'hui dirigées toujours contre Lui ; d'autres condamnations, d'autres flétrissures, d'autres crucifixions Lui sont et Lui seront infligées...

 

Mais sachez-le, sachons le, Il vivra et Il vaincra, Il ressuscitera, plein de force, du fond du sépulcre, tandis qu'Il y verra descendre toute erreur, toute institution, toute puissance qui s'oppose à Sa Gloire...

 

Et c'est du sein de cette Vie Impérissable, sans cesse victorieuse du trépas, qu'Il vient à nous tous, dans tout Temple, Eglise, Maison où nous sommes et où Il est Lui-même, nous disant comme à Son Apôtre :

 

Avance ici ta main et la mets dans Mon Côté, et ne sois plus incrédule mais Croyant !...

 

C'est ici le miracle de Thomas !

 

C'est ce miracle transformé sans doute, s'accomplissant d'une manière différente : mais qui pourra dire qu'en se transformant il a perdu en réalité, en grandeur, en éclat, en démonstration saisissante !

 

Et quel est celle ou celui d'entre vous qui douteriez encore, à cette vue (car c'est ici une sorte de vue qui vous est accordée comme à l'apôtre) ne se sent pressé dans son cœur de s'écrier avec Thomas :

 

Mon Seigneur et Mon Dieu !...

 

Noble apôtre ! Nature droite et généreuse ! Ame sans feinte, sans détour, sans réserve intéressée !

 

Capable de douter, mais aussi capable de croire, lorsque la Lumière se fait dans son âme loyale !

 

Avance ici ta main, Lui dit Jésus, et lui-même avait dit :

 

si je ne mets la main dans son côté...

 

Mais il ne la met pas, il s'arrête plein de respect, il contemple les cicatrices profondes qu'ont laissées sur le corps de Son Maître les meurtrissures de la Croix...

Cela lui suffit, ses genoux fléchissent, son cœur déborde, et ses lèvres laissent échapper ce cri d'adoration :

Mon Seigneur et Mon Dieu !


 

Et le dernier à croire à la Résurrection du Sauveur, il est le premier à confesser de la manière la plus éclatante Son Absolue Divinité.

 

Toutes les paroles de Jésus s'éclairent à ses yeux de la lumière intense de cette heure féconde, il saisit le mystère de piété dans toute sa force, et il s'écrie de toute son âme, confondue et ravie :

 

Mon Seigneur et mon Dieu !

 

C'est en vain, en effet, qu'une exégèse sans profondeur (pour dire le moins) a voulu voir ici une sorte d'exclamation sans portée et sans signification précise.

 

Cette outrageante interprétation tombe devant les termes même du texte qui ne souffrent aucun équivoque :

 

Thomas répondit et Lui dit : (Vous l'entendez, Lui dit, dit à Jésus) Mon Seigneur et Mon Dieu !


C'est en vain encore, que la même exégèse cherche à éluder la portée de ce cri d'adoration en disant que Thomas, dans son trouble, n'est pas maître de choisir les expressions et dépasse dans un élan irréfléchi, sa propre pensée.

 

Mais si Thomas était hors de lui-même, Jésus ne l'était pas sans doute, et Jésus accepte pleinement, sans restriction aucune, cette appellation divine qui, si le Fils n'était pas Un avec le Père de substance et de nature, ne serait qu'un blasphème :

 

Mon Seigneur et Mon Dieu !

 

Heureux et béni quiconque sur la terre peut se joindre au cri d'adoration de l'apôtre, non seulement des lèvres, non seulement de l'intelligence, mais du cœur, de la conscience et de l'âme toute entière !

 

Heureux et béni quiconque sous l'attrait du Père, et sous l'onction de l'Esprit se prosterne aux pieds de Celui qui a été mort, mais qui est vivant aux siècles des siècles, en s'écriant avec l'Église de la terre et l'Église du ciel :

 

Mon Seigneur et mon Dieu !

Toutefois, là ne s'arrête pas la scène de notre texte, et nous ne devons pas nous arrêter non plus sans recueillir le dernier mot de l'entretien :

 

« Parce que tu as vu, Thomas, tu as cru. Bienheureux sont ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru ! »

 

Sachons-le bien !

 

Si Jésus dans Sa Condescendance, a bien voulu donner à Thomas les témoignages palpables qu'il lui demandait, s'Il consent à nous les donner en un sens et sous une autre forme à nous-mêmes, Il veut nous rappeler que la foi consiste au fond à se passer de ce genre de preuves ou plutôt à les dépasser, pour croire par des raisons d'un ordre supérieur, pour croire sur le Témoignage de la Parole de Dieu et sur les données de notre conscience, à Christ et aux réalités éternelles.

 

Si la foi trouve, par un côté, un appui jusque dans le monde visible et sur la scène de l'histoire, ses racines et ses vrais témoignages appartiennent essentiellement à l'ordre spirituel et moral.

Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru !


Disons tout d'abord, que croire sans avoir vu, d'une vue personnelle et immédiate, est la condition inévitable de la foi dans un monde assujetti à la loi de l'espace et du temps.

 

C'est la condition de la foi dans le domaine historique, dans le domaine scientifique, tout aussi bien que dans le domaine religieux.

 

Si pour croire légitimement en Jésus-Christ, il faut l'avoir vu des yeux de sa chair, à quelle imperceptible minorité ne restreignerions nous pas le privilège de la foi chrétienne ?

 

Ce serait le restreindre à une seule génération vivant au temps de Jésus-Christ dans ce coin de terre qu'on appelait la Judée.

(Nota Refuge Protestant : Judée et non « palestine », nom donné plus tard pour signifier une région dont l’entité revendiquée de « peuple » aujourd’hui n’a pris son envol que vers les années 60 jusqu’à sous-entendre éhontément que Jésus était …palestinien… , « revendication identitaire» qui ne fut jamais réclamée sous la tutelle ottomane notamment, et encore moins lorsque Gaza faisait partie durant un temps à l’Egypte. De même pour Bethléem, qui historiquement, devrait faire partie intégralement d’Israël tout comme Hébron. Tout ceci n’empêche nullement l’Amour de Christ envers le peuple Arabe dans tout son ensemble, où Son Affection est et demeure tout autant que pour le peuple Juif, et la terre entière.)

 

 

Si pour croire légitimement en Jésus-Christ, il faut l'avoir vu des yeux de sa chair, à quelle imperceptible minorité ne restreignerions nous pas le privilège de la foi chrétienne ?

 

Et tous ceux qui avant les jours du Fils de l'homme ont contemplé de loin sa venue, ces Abraham, ces Moïse, ces Jacob, ces Daniel, qui du sein des siècles obscurs voyaient luire Son Jour et en avaient de la joie, tous ces Croyants de la première partie de la Bible, que nous considérons comme des héros, n'étaient que des insensés, ils n'avaient pas le droit, n'ayant pas vu le Christ, de croire et d'espérer en Lui !?!

 

Si pour croire légitimement en Jésus-Christ, il faut l'avoir vu des yeux de sa chair, à quelle imperceptible minorité ne restreignerions nous pas le privilège de la foi chrétienne ?

 

Et toutes celles et ceux de par le monde qui après Jésus-Christ se sont déclarés Ses Disciples et le seront jusqu'au dernier jour de la race humaine, ils n'ont pas non plus le droit de l'être parce qu'ils n'ont pas connu Christ selon la chair et n'ont pas assisté à Sa vie, à Sa mort et à sa résurrection !...

 

Qui pourrait soutenir un instant cette assertion absurde ?


Qui n'entend cette félicitation de saint Pierre aux Juifs de la dispersion :

 

« Vous croyez en Lui, quoique ne l'ayant point vu, vous L'aimez quoique ne Le voyant point encore, et en croyant vous vous réjouissez d'une joie ineffable et glorieuse. »

 

Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru !

 

Il y a plus ; croire sans avoir vu est non seulement la condition de la Foi au point de vue du temps et de l'espace qui sont les conditions de la Vie, mais c'est encore l'Essence même de la Foi, c'est le fond même de sa nature.

 

Qu'est-ce que la foi si ce n'est une incessante victoire de l'invisible sur le visible, de l'esprit sur la chair, de l'éternité sur l'heure présente, de la Pensée de Dieu sur nos vaines pensées, et des réalités du ciel sur les réalités de la terre ?

 

Cet homme qui prie, que voit-il ?

 

Il ne voit ni le Dieu vers lequel monte sa prière, ni l'invisible chemin par lequel elle arrive à l'oreille du Tout-Puissant après avoir prié.

 

Il ne voit que la nuit, n'entend que le silence.

 

Il ne découvre le plus souvent dans les hommes et dans les choses aucune trace de la Réponse de Dieu à ses prières, parfois même il n'aperçoit dans le cours dés événements qu'une sorte d'ironie aux soupirs de son cœur.

 

Et pourtant il croit !

 

Il croit qu'aucun des cris de son âme ne se perd à travers l'espace, mais que tous parviennent au Trône de Dieu ; il croit que Son Dieu, Maître de l’histoire et des cœurs agit sur ces événements et sur ces cœurs en tenant compte de sa prière.

 

Il croit que du fond de sa chambre solitaire il peut « mouvoir la Main qui fait mouvoir le monde, » et il attend en paix l'exaucement du Père Céleste, sachant « que celui qui demande reçoit, que celui qui cherche trouve et qu'on ouvre à celui qui frappe. »

 

Bienheureux sont ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru !

 

Ce(tte) Chrétien(ne) qui après de longues angoisses a trouvé en Jésus-Christ la Paix et s'est senti renaître à une Vie Nouvelle sous le souffle de l'Esprit, que voit-il et que voit-elle ?

 

A-t-il pu, a-t-elle pu, comme la pécheresse dans la maison de Simon, se jeter aux pieds de Jésus-Christ, embrasser Ses Genoux Sacrés, lire Sa Grâce dans Ses Regards, entendre Sa Douce Voix lui dire :

 

Tes péchés te sont par-donnés ?...

 

Non.

 

Dans son cabinet de prière, sa chambre, son bureau, son champ, son atelier, que sais-je encore, aucune vision, aucune voix céleste, aucune présence visible de Christ !...

 

Et cependant il(elle) a senti son fardeau tomber au pied de la Croix, et à travers cette Bible qu'il(elle) presse sur son cœur, à travers les voiles de la chair et la distance de près de vingt, il(elle) a reçu de Son Sauveur invisible et Présent le Pardon et la Paix !

 

Jésus est devenu l'Hôte de son foyer, l'Ami de Son âme, et l'Esprit-Saint, invisible aussi, accomplit de jour en jour Sa Force dans son infirmité.

 

Bienheureux sont ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru !

 

Ce serviteur de Dieu qui défend au milieu d'une atmosphère remplie d'erreur la cause de la vérité, ce sera un Luther faisant retentir sa voix de tonnerre dans le ciel de l'Église, ce sera un pauvre missionnaire portant la Croix en pays reculé, ce sera un humble pasteur, un plus humble laïque prêchant fidèlement l'Évangile de Christ au sein d'une époque infidèle, que voit-il autour de lui ?

 

Des difficultés sans nombre, d'insurmontables obstacles, les puissances terrestres armées contre lui, le siècle qui le persécute ou qui le méprise.

 

Mais il a pour lui la Parole de Dieu qui ne passera point, il peut dire avec le géant de Worms :


« Mon Dieu ! Ma cause est Ta Cause »

 

Et il est invincible comme le furent des Calvin, Jean Hus et bien des hommes de Dieu !

 

Cet homme auquel Christ a mis au cœur une étincelle de Son Amour, ce sera un Vincent de Paul ramassant dans la neige de pauvres enfants-trouvés, ce sera un Wilberforce rêvant à quinze ans l'affranchissement des noirs, ce sera un Hermann Francke commençant avec quelques florins l'établissement d'une maison d'orphelins, ce sera quelque chrétien obscur voulant à tout prix se donner « à Christ dans les pauvres, » que voit-il autour de lui ?

 

Des sujets de découragement et de crainte, la ligue des égoïsmes, les impossibilités constatées par la prudence humaine.

 

Mais la charité de Christ le presse, il marche, il marche toujours à travers l'éloge ou le blâme, il brave tous les obstacles, il affronte toutes les résistances et des milliers d'enfants abandonnés trouvent des mères, et le plus honteux des trafics sera aboli après quatorze ans de lutte, et toutes sortes de misères matérielles et morales, seront abritées ou secourues, en attendant que le dernier jour révèle toute l'étendue d'une œuvre que la foi avait raison de poursuivre, car elle était l'Oeuvre de Dieu même.

 

Bienheureux sont ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru !


Ce chrétien qui veille avec angoisse au chevet de son bien-aimé, que voit-il ?

 

Des forces qui déclinent, la puissance de la mort qui se joue de tous nos soins, de tous nos efforts, de tous nos vœux, et qui semble remporter non seulement sur ce pauvre corps, mais sur l'âme elle-même son fatal triomphe ; un être chéri qui s'en va, qui s'en va peut-être au midi de la vie, et que le néant semble ravir à l'activité la plus nécessaire, à la tâche la plus sacrée...

 

Et pourtant, ô mon frère, ô ma sœur, qui entourez ce lit de mort, vous croyez et vous espérez !

 

Dans cette nuit de la dernière heure, vous avez entrevu une lumière, l'Amour d'un Dieu Sauveur ; dans ce silence vous avez entendu des harmonies célestes et vous savez qu'à travers le tragique mystère de la mort le Père s'est penché vers Son Enfant, le Rédempteur vers son Racheté pour lui dire :

 

Entre dans la joie de Ton Seigneur !

 

Quelques heures se passent, sombres et désolées entre toutes les heures, et vous allez déposer votre mort au champ du repos.

 

Là que voyez-vous ?

 

De lugubres cyprès, des monuments funèbres, tous les emblèmes de la mort et de la destruction ; à vos pieds une fosse étroite où ce que vous avez tant aimé va descendre, disparaître sous quelques pieds de terre...

 

« Et en voilà pour jamais ! »

 

O douleur, ô désespoir, ô victoire du sépulcre, qui semble sans retour !...

 

Mais non ! Vous croyez encore !

 

A travers les allées du champ du repos, vous vous rappelez la voix de l'ange qui disait dans le jardin d'Arimathée :

 

Ne le cherchez pas parmi les morts, mais parmi les vivants !

 

Vous avez entendu la voix du Divin Ressuscité Lui-même  :

 

Je suis la résurrection et la vie...et au delà des siècles vous contemplez un œil qui se rouvre, un visage aimé qui reparaît au sein d'une transfiguration glorieuse, une bouche qui chante le Nom Bien Aimé et Glorieux du Seigneur, mais qui prononce aussi le vôtre, une main qui presse votre main et que la mort ne glacera plus.

 

« O mort, où est ton aiguillon ! O sépulcre, où est ta victoire ? Grâces à Dieu, qui nous a donné la victoire par Notre Seigneur Jésus-Christ ! »

 

Ah ! nous pouvons le redire maintenant, avec une conviction reconnaissante :

 

Bienheureux sont ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru !

 

Oui, bienheureux, car cette Foi c'est notre lumière, c'est notre consolation, c'est notre espérance, et l'on peut bien dire avec Vinet, que sans elle « il faudrait mourir, mourir de douleur d'avoir été condamné à vivre. »

 

Oui, bienheureux, car cette Foi c'est notre inspiration, c'est notre titre de grandeur, c'est l'aile sublime qui nous soulève au-dessus de la poudre !


 

Oui bienheureux, car cette Foi par ses aspirations ardentes, par ses douloureux mais nobles efforts, par cette faim et cette soif qu'elle excite en nous, est la préparation la plus efficace à la vie et à la vue du ciel !

 

Ah ! Qui dira, après tant de luttes contre les bornes étroites du monde visible, après ce regard intense à travers le verre obscur, après ces longs soupirs, après cette rude ascension vers Dieu et vers la Lumière, qui dira le rassasiement de notre âme transportée tout à coup dans cette Lumière elle-même, et contemplant, sous le rayonnement des célestes clartés, toutes les Voies de Dieu justifiées, toutes les contradictions levées, tous les problèmes résolus, toute erreur confondue, toute Vérité Triomphante, toute vaine gloire évanouie comme une fumée et Dieu Seul Glorifié, toute œuvre entreprise hors de Christ ou contre Lui mise à néant, tout ce qui a été fait en Lui et pour Lui, Eternel, Impérissable, et couronné d'une magnifique récompense !

 

Qui dira notre indicible félicité, lorsque nous Te verrons Toi-même, Ô Notre Sauveur, Toi qui T'es approché de nous dans le silence de notre cabinet, notre chambre, notre champs, dans la majesté de Tes Temples, dans le mystère de la Cène, Toi aux pieds duquel nous avons prié, pleuré et espéré ; Toi dont la Main nous a soutenus dans nos tentations et dans nos douleurs et dont le Sein nous recueillera à l'heure suprême.

 

Oh ! Qui dira la plénitude de notre bonheur, lorsque nous Te contemplerons enfin face à Face, et que Te voyant tel que Tu es, nous Te serons semblables !

 

Mes frères et mes soeurs, mes bien-aimés frères et soeurs, comprenons le prix de notre très sainte foi !

 

Allons la retremper autant que nous le pouvons dans la communion de Christ mort et Ressuscité !

 

Marchons à son obscure mais précieuse clarté à travers les ténèbres de ce monde, et que, selon la parole de Lobstein « la joie de croire nous suffise en attendant la joie de voir. »


 

Amen,

 

 

 

 

Ernest Dhombres,

Pasteur Protestant Réformé


 


 



 

.

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Refuge Protestant Refuge Protestant, - dans Au Pays du Soleil
commenter cet article

commentaires

Album Refuge Protestant

Alors que nous étions encore sans Force,
Jésus au temps marqué par Dieu,
est mort pour nous
sauver et délivrer
 (La Bible)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch