Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

Bouchra Maurice 

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur Facebook, Google +

en cliquant sur l'un des deux liens 

ci dessous

Facebook suivi

 

  Google + 

 

27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 21:08

Refuge Protestant

 

Moïse est  l'exemple d'un serviteur qui est resté, d'une manière remarquable, toute sa vie à l'école de Dieu.

 

Il a vécu cent vingt ans (Deut. 34 : 7) ; sa vie se partage en trois étapes distinctes :

 

  • quarante ans à la cour du Pharaon (Act. 7 : 23),

 

  • quarante ans derrière le désert à paître des troupeaux (v. 30),

 

  • quarante ans de traversée du désert pour arriver aux frontières de Canaan (v. 36).

 

Trois étapes, trois classes différentes à l'école de Dieu.

 

Considérons les leçons reçues par Moïse dans chacune de ces classes.

 
 
A la cour du Pharaon, Moïse a dû apprendre ce que valait l'Egypte, c'est-à-dire le monde.
 
Non seulement le monde sous son caractère d'opposition à Dieu et à son peuple (avec ses exacteurs, Ex. 2 : 11), mais le monde sous son jour le plus favorable, avec sa science et ses devins, ses arts, ses richesses et les délices du péché (Héb. 11 : 25-26) ; et avec la fille du Pharaon, au coeur si généreux, dont il aurait pu être appelé le fils (Ex. 2 : 8-10).
 
Que vaut ce monde ?  
 
Rien pour le coeur de Moïse.
 
Il ne mérite que le jugement.
 
Aussi Moïse se lève-t-il pour tuer l'Egyptien.
 
Mais, telle n'était pas, alors, la pensée de Dieu.
 
Nous n'avons pas, nous non plus, à livrer combat contre « le sang et la chair», mais à nous séparer du monde.  
 
Moïse choisit d'être « dans l'affliction avec le peuple de Dieu » ; « l'opprobre de Christ » était pour lui « un plus grand trésor que les richesses de l'Egypte » (Héb. 11 : 25-27).
 
Quarante ans peuvent paraître bien longs pour apprendre une telle leçon !
 
Mais, réfléchissons, l'avons-nous bien apprise nous-mêmes ?
 
Et nous, qui sommes plus âgés que Moïse à ce moment-là, l'avons-nous bien retenue ?
 
« Ne sais-tu pas encore que l'Egypte est ruinée ? » (Ex. 10 : 7).
 
Moïse, bon élève, peut entrer dans une autre classe.
 
Ne pensons pas que les exercices y seront plus faciles.
 
L'école se tient « derrière le désert » ; l'occupation y est bien humble pour un tel homme : garder des troupeaux qui ne sont pas à lui !
 
L'épreuve est longue, quarante années.
 
Mais quelles leçons Dieu va donner à son serviteur !
 
Il a appris ce que vaut le monde ; il faut maintenant qu'il sache ce que lui-même et le peuple valent ; il doit apprendre à connaître Dieu.
 
A la fin de ce temps d'exercices, dans une grande vision, il se verra, lui et le peuple auquel il appartient : un « buisson à épines », bon seulement pour le feu.
 
« Le meilleur, dira le prophète Michée, est comme une ronce, le plus droit pire qu'une haie d'épines » (Mich. 7 : 4).
 
Ce n'est pas une chose agréable à apprendre.  
 
Nous méritions la mort.
 
Mais voici la grande vision :
 
« Le buisson était tout ardent de feu et le buisson n'était pas consumé » (Ex. 3 : 2).
 
Moïse se détourne :
 
« Pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? ».
 
Dieu lui parle :
 
« N'approche pas d'ici ; ôte tes sandales de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte ».
 
 Sans doute Moïse n'a-t-il pas compris pleinement toute la leçon que Dieu veut lui donner.
 
Nous sommes nous « détournés» de notre chemin pour voir cette grande vision ?
 
Dieu avait un autre moyen pour ôter le péché du monde : Il pouvait l'anéantir par un jugement.
 
La flamme pouvait le dévorer. Elle ne l'a pas fait.
 
Moïse, bien des siècles plus tard, sur une autre montagne, comprendra ce qu'il ne comprit pas alors :
 
pour sauvegarder la Sainteté de Dieu et satisfaire Son Amour, le jugement divin en a frappé un Autre.
 
« D'en haut il a envoyé dans mes os un feu qui les a maîtrisés » (Lam. 1 : 13).
 
Sur la sainte montagne, Dieu permet à son serviteur de contempler la Victime, de parler « avec Lui » de sa mort qu'Il allait accomplir (Luc 9 : 30-31).
 
Quelle glorieuse récompense Dieu donne à la fidélité de Moïse !
 
Telles étaient quelques-unes des leçons enseignées par Dieu à son serviteur :
 
ce que nous étions et ce que Dieu est, ce que nous méritions et ce que Dieu a fait.
 
Moïse a quatre-vingts ans.
 
C'est un vieillard.
 
Il a atteint la limite d'âge qu'il fixe lui-même aux vigoureux (Ps. 90 : 10).
 
Aspire-t-il à une retraite bien gagnée ?
 
Non. Il a appris ce qu'est le monde, le moi et Dieu.
 
Voici maintenant, si l'on peut dire, la classe d'application.
 
Sans doute n'a-t-il pas tout appris.
 
La connaissance de Dieu est infinie.
 
Il a été « enfant», puis « jeune homme» ; il est maintenant un « père » (1 Jean 2 : 12-14).
 
Il connaîtra mieux « Celui qui est dès le commencement » ; jusqu'à la fin de sa vie, il apprendra de Lui.
 
Paul désirait aussi « le connaître, Lui » (Phil. 3 : 10).
 
Puissions-nous, jeunes ou plus âgés, rester toute notre vie à l'école de notre Dieu, actifs pour croître « dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ » (2 Pier. 3 : 18), appréciant toujours davantage « l'excellence de la connaissance du Christ Jésus (notre) Seigneur » (Phil. 3 : 8).
 
Imitons Moïse qui, à la fin de sa course, âgé de cent vingt ans, contemple le pays lointain avec un « oeil qui n'était pas affaibli » et une vigueur qui « ne s'en était pas allée» (Deut. 34 : 7).

Par ton Esprit, Seigneur, enseigne moi à vivre à ton honneur où que je sois.
 
Jusqu'au bout du chemin, par Ton Pouvoir Divin, que je reste en Ta Main, O Mon Sauveur !
 
Amen,
 
Bible (129)
Croix Huguenote

Partager cet article

Repost 0
Published by Refuge Protestant Refuge Protestant - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

Album Refuge Protestant

Alors que nous étions encore sans Force,
Jésus au temps marqué par Dieu,
est mort pour nous
sauver et délivrer
 (La Bible)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch