Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

Bouchra Maurice 

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur Facebook, Google +

en cliquant sur l'un des deux liens 

ci dessous

Facebook suivi

 

  Google + 

 

10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 19:20

refuge protestant23

 

Oui ou non, aimons-nous Christ ?

 

Telle est la seule question.

 

Notre objectif n'est pas de garder la loi pour être capables de suivre Christ, mais de refléter Christ qui magnifia ici-bas la loi de Dieu.


Il fut un temps où parmi nous la question de la loi et de ses exigences préoccupait beaucoup plus les âmes qu'aujourd'hui, et on a beaucoup écrit alors sur la délivrance de la loi.

 

C'est que les âmes en question sortaient de milieux où l'on faisait dépendre la vie chrétienne de l'observation de la loi.

 

Il en existe encore beaucoup de tels, partout en somme où les âmes ne sont pas mises directement en rapport avec Christ.

 

Il est nécessaire d'insister dans ce cas sur le fait que crucifiés avec Christ nous sommes "morts à la loi afin que nous vivions à Dieu", et que notre acceptation ne dépend pas de notre conduite, mais de Christ en qui, par grâce, nous croyons.

 

Mais aujourd'hui, nombreux sont ceux qui ayant été élevés sous l'enseignement de la grâce et habitués à des formules doctrinales correctes quant au salut par la foi, risquent de méconnaître la vraie portée de la loi, et par là même la vraie portée de la grâce.

 

Cela provient, au fond, de ce qu'ils n'ont pas connu véritablement Romains 7, où nous trouvons une âme régénérée amenée aux confins du désespoir, parce qu'elle voudrait observer la loi et trouve que sa chair ne le peut pas.

 

Elle ne voit dans la loi que l'instrument de condamnation tourné contre elle ; et il en est ainsi jusqu'à ce qu'elle ait trouvé son repos en Christ le libérateur, et cru qu'il n'y a maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont dans le christ Jésus".

 

La loi n'a pas perdu pour autant son caractère de sainteté et de justice mais cette âme a compris que la vieille nature ne parviendra pas plus à l'accomplir demain qu'aujourd'hui ni hier, et que Dieu ne voit plus le croyant dans la chair, mais en Christ.

 

Ceux qui n'ont pas connu ce nécessaire mais douloureux stage, n'ont pas éprouvé en réalité ce qu'est le péché.

 

"Par la loi est la connaissance du péché" (Romains 3:20), -- non point la délivrance du péché.

 

Ils rabaissent le commandement saint, juste et bon.

 

Ils n'ont pas compris que, si excellente que puisse être une loi divine, et précisément parce qu'elle est telle, elle est "faible", non en elle-même, mais "par la chair" incapable de lui obéir (8:3).

 

Ils n'ont pas saisi que "Dieu a condamné le péché dans la chair, afin que la juste exigence de la loi fût accomplie en nous, qui ne marchons pas selon la chair, mais selon l'Esprit" (8:3-4).

 

Nous ne nous arrêterons jamais trop sur ces passages qui embrassent à la fois l'étendue de notre délivrance, la perfection de la position du croyant en Christ, et le niveau de la marche qui est demandée à ceux qui ont été "affranchis de la loi du péché et de la mort".


Ainsi, le premier malentendu dont il est question au début de ces pages n'est vraisemblablement pas le danger qui menace la plupart de ceux auxquels elles s'adressent.

 

Mais le second risque de ruiner leur vie chrétienne en changeant, sans qu'ils s'en doutent, la grâce en dissolution. L'attention des jeunes croyants est appelée sur ce point avec insistance, en toute affection.

Il serait tout aussi funeste de vouloir réagir contre cette tendance par un légalisme formaliste, tout en injonctions et en défenses: "Ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas" (Col. 2:21).

 

Ce serait chercher à "achever par la chair", et se placer sous "un joug de servitude" (Gal. 3:3; 5:1).

 

Pour un tel état d'esprit, ce n'est plus seulement la loi de Moïse, ce sont toutes les précieuses invitations et instructions du Seigneur dans la seconde partie de la Bible qui prennent ce caractère d'obligation contraignante, directement opposé à la vie chrétienne.

 

L'âme n'est alors jamais vraiment heureuse, jamais en repos, à moins qu'elle ne s'enveloppe, comme le pharisien, dans l'orgueilleuse prétention de faire ce que les autres ne font pas.

 

"Je suis resté, moi seul", dira-t-elle volontiers.

 

Car cet esprit légal se reconnaît souvent, d'autre part, à la tendance fâcheuse à tout juger chez les autres.

 

Nous sommes vite portés à manier la loi pour relever, sans charité ni grâce, ce qui nous paraît manquer chez nos frères, -- à en user comme d'une jauge pour la vie d'autrui.

 

La Parole doit s'imposer à mon coeur; il ne m'appartient pas d'exiger des autres, que je puis mal juger (1 Cor. 4:5), ce qui m'est demandé à moi.

 

Le lavage des pieds représente une attitude toute différente, celle du serviteur qui s'abaisse à l'exemple de son Seigneur.

 

Méditons beaucoup Galates 5:13 et 6:6, après Matthieu 7:1-5.


Le meilleur moyen d'éviter le légalisme et ses dangers est de "regarder de près dans la loi parfaite, celle de la liberté" (Jacques 1:25).  

 

"Christ nous a placés dans la liberté en nous affranchissant".

 

Et ensuite :  

 

"Accomplissez la loi du Christ" (Galates 5:1; 6:2).

 

La liberté du Christ, la loi du Christ : tel est, circonscrit par l'Esprit de Dieu, le domaine où le chrétien est appelé à se mouvoir.

 

N'est-ce pas ce que Jésus Lui-même disait dans les paroles incomparables :  

 

"Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi je vous donnerai du repos... Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi..." ?

 

Que sa voix ne perde jamais, pour aucun de nous, ni sa douceur, ni son autorité.

 

Amen,

 

 

A.G.,

Bible (116)

Croix Huguenote


Partager cet article

Repost 0
Published by Refuge Protestant Refuge du Chrétien - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

Album Refuge Protestant

Alors que nous étions encore sans Force,
Jésus au temps marqué par Dieu,
est mort pour nous
sauver et délivrer
 (La Bible)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch