Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

Jean Calvin

"Puisque Dieu, par conséquent, nous justifie par la Médiation du Christ, Il nous Acquitte, non pas par l'aveu de notre innocence personnelle, mais par une imputation de la justice ; de sorte que nous, qui sommes injustes en nous-mêmes, sommes considérés comme Justes en Jésus Christ."

 Nombres visites
depuis sa création
 
186 791

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

BM

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Pinterest, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

 

Facebook suivi

Refuge Protestant Pinterest
Twitter Refuge Protestant
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 18:13
Jésus le Berger parfait

L’Eternel est un Berger pour chacun et un Berger pour tous.

 

Ce Berger connaît et pourvoit à tous nos besoins en toutes situations.

 

Tel est le témoignage du roi David dans le Psaume 23.


Le Psaume 23 est une déclaration de foi personnelle destinée à être partagée par chacun dans le culte rendu à Dieu.

 

En lisant le Psaume 23, nous voyons :

 

1° Le Pasteur personnel de chacun.


Cantique de David. L’Eternel est mon berger : je ne manquerai de rien. (Psaumes 23:1 )


Ce Psaume est le chant d’un berger à son Berger.  

 

Livré à lui-même face à tous les dangers naturels, dans la solitude champêtre, David jeune berger a appris à trouver sa sécurité en Dieu.

 

C’est ce qu’il explique au roi Saül le jour où il relève le défi lancé par Goliath.

 

David dit à Saül : Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin ! Ton serviteur ira se battre avec lui. Saül dit à David : Tu ne peux pas aller te battre avec ce Philistin, car tu es un enfant, et il est un homme de guerre dès sa jeunesse. David dit à Saül : Ton serviteur faisait paître les brebis de son père. Et quand un lion ou un ours venait en enlever une du troupeau, je courais après lui, je le frappais, et j’arrachais la brebis de sa gueule. S’il se dressait contre moi, je le saisissais par la gorge, je le frappais, et je le tuais. C’est ainsi que ton serviteur a terrassé le lion et l’ours, et il en sera du Philistin, de cet incirconcis, comme de l’un d’eux, car il a insulté l’armée du Dieu vivant. David dit encore : L’Eternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. Et Saül dit à David : Va, et que l’Eternel soit avec toi ! (1 Samuel 17:32-37 )


Devenu roi, David, seul face aux exigences d’un peuple, va trouver ses ressources en un Berger plus grand que lui.

 

Ses responsabilités ne sont plus les mêmes, mais son principe de vie pour exercer ses responsabilités reste le même.

 

Il trouve la force, la confiance et l’assurance dont il a besoin dans son divin Berger.


Le roi David ne garde pas ce trésor de ressources pour lui-même mais il le partage avec tous.

 

Il a écrit ce Psaume 23 pour inviter chaque membre de son peuple à chanter avec lui, avec la même foi personnelle :

 

L’Eternel est mon berger : je ne manquerai de rien.

 

Ce Psaume a été inspiré par Dieu pour que quiconque puisse faire siennes les paroles qu’il contient.

 

Il est intéressant de noter que dans la seconde partie de la Bible, on constate que l’expression pasteur ou berger au singulier est utilisée uniquement pour le Seigneur Jésus.

 

Jésus se nomme Lui-même « le Seul Berger » :

 

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que Je les amène ; elles entendront Ma Voix, et il y aura un seul troupeau, un Seul Berger. (Jean 10:16 )


L’apôtre Pierre à qui Jésus a dit pais mes brebis (Jean 21:16-17), présente Jésus comme le berger :

 

Car vous étiez comme des brebis errantes. Mais maintenant vous êtes retournés vers Le Berger et Le Gardien de vos âmes. (1 Pierre 2:25 )


Et lorsque le Souverain Berger paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire. (1 Pierre 5:4 )


L’auteur de la lettre aux Hébreux, quant à lui parle de Jésus comme du grand berger :

 

Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le Grand Berger des brebis, par le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, (Hébreux 13:20 )


L’expression berger ou pasteur ou encore conducteurs est utilisée au pluriel quand il s’agit des hommes :

 

Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, (Éphésiens 4:11 )


Les dons et ministères sont utiles mais ils ne sont d’aucune mesure avec le rôle de Berger des brebis qu’est Jésus-Christ.

 

Quelque soit notre rôle dans l’Eglise, nous sommes tous des brebis et nous avons tous besoin du Divin Berger pour nous diriger.

 

Sans Lui nous nous sommes dans un manque vital, avec Lui nous ne manquons de rien, comme le promettent le Psaume 23 et Jean 10:9-10.


Tout au long de la Bible on découvre que Dieu désire que chaque membre de son peuple soit animé d’une foi personnelle.

 

Les ministères ne sont pas destinés à déléguer les responsabilités personnelles de tous à quelques spécialistes, mais au contraire à développer et à promouvoir l’exercice de la foi personnelle de chacun :

 

Ses « dons aux hommes » sont variés.

 

Il nous a donné certains frères comme apôtres, d’autres comme porte-parole de Dieu, d’autres comme évangélistes, d’autres encore comme bergers et enseignants.

 

Tous ces dons ont été accordés pour le perfectionnement des chrétiens afin qu’ils soient tous convenablement équipés pour leur service et que chacun soit rendu capable d’exercer son ministère en vue de la formation du Corps du Christ. (Éphésiens 4:11-12 )


La foi personnelle de chaque membre est importante pour l'Eglise.

 

Un peu comme autrefois, quand le troupeau de Jacob était ralenti par les enfants délicats et le troupeau fragile :

 

Jacob lui répondit : Mon seigneur sait que les enfants sont délicats, et que j’ai des brebis et des vaches qui allaitent ; si l’on forçait leur marche un seul jour, tout le troupeau périrait. (Genèse 33:13)
 

 

Nous voulons être le peuple de Dieu là où Dieu nous a placé, et la foi de chacun est un précieux trésor pour tous.


Voyons maintenant les domaines dans lesquels le Bon Berger veut fortifier notre foi pour que, non seulement notre vie personnelle, mais aussi celle de l’Eglise soient basées sur de solides fondements.

 

2°. Repos et paix.


Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. (Psaumes 23:2 )


Croire c’est se reposer sur Dieu et se laisser conduire vers la source du salut.

 

C’est en venant à Jésus que nous trouvons la source qui apaise.

 

Jésus lui répondit : Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. (Jean 4:13-14 )


Le chrétien ne doit pas vivre dans l’angoisse du manque.

 

Par sa parole et par son Esprit le Seigneur nous donne le repos et nous comble.  

 

Le Seigneur pourvoit aux besoins de toute son Eglise de la même manière qu’il pourvoit à nos besoins personnels.


Nous ne pouvons pas séparer totalement le spirituel du matériel.

 

Nos inquiétudes dans les domaines matériels atteignent d’une manière ou d’une autre notre vie spirituelle.

 

De même nos limites dans le domaine spirituel, rendent difficile la gestion matérielle.


Mais la priorité de nos objectifs dans l’Eglise est que la Parole du Seigneur se répande dans nos cœurs et dans la cité pour qu’elle soit crue et produise son effet.

 

3°. Renouvellement et direction.


Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, À cause de son nom. (Psaumes 23:3)


L’âme comme le corps ont besoin d’être renouvelés continuellement.

 

Les cellules qui constituent notre corps aujourd’hui ne sont pas les mêmes que celles d’il y a quelques années.

 

Le Bon Berger connaît ce besoin de renouvellement.

 

Nous ne pouvons pas présumer de nos forces morales ou physiques de demain, mais nous pouvons croire que le Dieu qui restaure notre âme et nous renouvelle aujourd’hui, le fera demain avec la même fidélité.


Nous sommes tous des êtres qui avons sans cesse besoin d’être restaurés et conduits par le Bon Berger.

 

Il est normal de ne pas ressentir en nous les forces dont nous aurons besoin demain.

 

C’est chaque jour que le Bon Berger soigne son troupeau et le conduit.

 

4°. Sous Sa Protection et Son Autorité.


Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent. (Psaume 23:4 )

 

La houlette et le bâton étaient les principaux outils du berger.

 

Le bâton servait principalement à chasser les prédateurs, tandis que la houlette, avec sa crosse était utilisée pour rapprocher la brebis vers son berger.

 

Mais comme note William Mac Donald :

 

« Chaque fois que c’est nécessaire, le bon berger peut aussi manier le bâton pour nous reprendre et nous corriger. La plupart des brebis ont besoin de cette correction de temps en temps. »

 

L’ombre de la mort, c’est ce lieu où règnent d’épaisses ténèbres.

 

L’ombre de la mort c’est aussi cette incertitude quant au lendemain.

 

Pourrons-nous continuer à vivre ainsi ?

 

Pour combien de temps ?

 

Le Seigneur nous laisse volontairement dans l’ignorance de nombreux éléments de notre futur.  

 

Mais, même lorsque nous pressentons que notre situation ne peut pas durer comme ça, le Bon Berger nous délivre de la crainte.

 

Et comment le fait-il ?

 

Il le fait en manifestant Sa Présence : car Tu es avec moi.


Le Seigneur Jésus a rappelé cette promesse dans le contexte de la croissance de son Eglise :

 

Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. (Matthieu 28:19-20 )

 

5°. Bénédiction dans l’adversité.


Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires ; Tu oins d’huile ma tête, Et ma coupe déborde. (Psaumes 23:5 )


L’adversité fait partie intégrante de la vie du croyant :

 

Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. (2 Timothée 3:12 )


Mais l’adversité n’a pas le pouvoir de nous priver de la bénédiction de Dieu.

 

« Le Bon berger nous prépare une table en face de nos adversaires. Sur cette table, il dispose les bienfaits spirituels qu’il nous a acquis par son précieux sang. La table représente tout ce qui est nôtre en Christ. Bien qu’environné d’adversaires, nous goûtons à ces bienfaits en toute paix et sécurité. » (William Mac Donald).


La seconde partie de la Bible nous enseigne que nous n’avons pas à combattre des adversaires de chair et de sang :

 

Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. (Éphésiens 6:12 )

 

La principale stratégie de l’adversaire est d’essayer de nous isoler du Bon Berger :

 

Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. (1 Pierre 5:8-9 )


L’apôtre Paul parle du casque du salut.  

 

L’adversaire, le diable, n’a personne pour le sauver tandis que le Bon Berger nous oint d’une huile de salut.

 

Le Seigneur ne nous perd pas de vue dans la mêlée de l’adversité, car non seulement Il nous a oint, mais Il a aussi marqué nos cœurs du sceau de son Esprit :

 

Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu, lequel nous a aussi marqués d’un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit. (2 Corinthiens 1:21-22 )


L’apôtre Pierre nous donne de précieux conseils pour faire face à l’adversité :

 

Mes bien-aimés, ne trouvez pas étrange d’être dans la fournaise de l’épreuve, comme s’il vous arrivait quelque chose d’extraordinaire. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. (1 Pierre 4:12-14)

 

Au jour de l’adversité le Bon Berger dresse une table devant ses enfants, prenons le temps de nous y asseoir.

 

6°. Fidélité au quotidien pour l’éternité.


Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j’habiterai dans la maison de l’Eternel Jusqu’à la fin de mes jours. (Psaumes 23:6 )


Sa maison, c’est nous écrit l’auteur de la lettre aux Hébreux :

 

Le Christ, lui, est digne de confiance en tant que Fils, à la tête de sa maison. Et sa maison, c’est nous, si du moins nous gardons jusqu'à la fin la ferme confiance et l'espérance dont nous nous glorifions. (Hébreux 3:6 )


Ce n’est pas un édifice de pierre, de bois et de briques qui change notre relation avec le Seigneur.

 

Mais c’est le Seigneur, le Bon Berger, qui fait de nous sa maison.  

 

Ayons donc tous les yeux sur ce Berger qui n’a pas hésité à donner sa vie pour nous.

 

Avec Lui nous ne manquerons de rien pour accomplir Sa Volonté :

 

Que le Dieu de paix, qui a ramené d’entre les morts le Grand Berger des brebis, par le sang d’une alliance éternelle, notre Seigneur Jésus, vous rende capables de toute bonne œuvre pour l’accomplissement de Sa Volonté ; qu’Il fasse en vous ce qui Lui est agréable, par Jésus-Christ, auquel soit la Gloire aux siècles des siècles !

Amen ! (Hébreux 13:20-21 )

 


Pasteur Alain Monclair,

Bible (133)

Croix Huguenote

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Bible en Cornouailles

Partager cet article
Repost0

commentaires

Charles Spurgeon

" J'avoue que je donnerais à peine un penny pour tout salut que je pourrais perdre. La vie éternelle est la chose dont nous avons besoin, la Vie de Dieu, qui ne peut jamais changer ou être enlevée de nous, et c'est ce qui est donné à toutes celles et ceux qui croient en Jésus Christ."

Car, lorsque que nous étions
encore sans force,
Christ, au temps marqué,
est mort pour des impies
 (Romains 5-6)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite ?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch