Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

Bouchra Maurice 

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Google +, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

Facebook suivi

Refuge Protestant Google +
Refuge Protestant sur Google +
Google plus Refuge Protestant

 

Twitter Refuge Protestant
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 18:55
Déclaration de Cambridge en 1996

''On nous dit que le plus grand besoin de l'Eglise aujourd'hui est de se repentir de son “manque d'unité”...Nous disons qu'avant de se repentir de son “manque d'unité”, l'Eglise ferait mieux de se repentir de son apostasie. Elle doit se repentir d'avoir perverti et cherché à remplacer la “foi confiée aux saints une fois pour toutes”. Elle doit se repentir d'avoir placé sa propre pensée et ses méthodes au dessus de la révélation divine des Saintes Ecritures. C'est là la raison de son manque de puissance spirituelle et de son incapacité à délivrer un message vivant dans la puissance de l'Esprit à un monde qui périt''
Martin Lloyd-Jones (1899-1981) 
enclumemarteau.jpg

Croix Huguenote

Refuge Protestant s'associe pleinement avec les Luthériens confessionnels sur ce que les croyants issus des traditions réformée, anglicane, luthérienne, baptiste ont déclarés, et que l'on retrouve encore dans la vie de Chrétiens véritables qu'ils soient de ces dénominations ou d'autres en France par la Grâce et immense Bonté de Dieu.

 

Beaucoup de Chrétiens issus du monde évangélique ou protestant, se désespèrent, s'inquiètent ou quittent leurs églises dans ce qu'il y a encore quelques années en arrière n'avait jamais atteint d'aussi grandes proportions désastreuses.

 

Des unions, rassemblements, ententes diverses s'entendent au détriment de la Parole de Dieu pour accueillir ce qui n'aurait jamais été imaginé d'antan sur le plan aussi bien spirituel que moral. 

 

C'est malheureusement ce qui se passe dans beaucoup d'églises aujourd'hui, en France, tout comme ailleurs. 

 

Même les vocables "doctrine", "obéissance", "repentance", "péché", "mensonge", "hypocrisie" et autres tant la liste serait longue, crééent une "allergie" sans précédent, donnant en certains lieux désormais, une linéature moins "traumatisante", plus philosophique, sociologique, romantique, voire ailleurs enflammée parfois, sensorielle surtout, mais toujours assaisonnée de versets sortis du contexte dans une concoction peace and love version ne rien voir, ne rien dire, ne rien entendre de contraire à cette "révolution printanière" si bien inspirée...

 

"Sagesse", "tempérance", "amour", "patience" deviennent dans leurs spécifications d'ahurissantes antinomies d'avec sa vraie définition et ce que Dieu entend Lui par ces termes, avec tout ce que cela représente et se vit au sens Chrétien.

 

On ne ment plus, mais l'on se trompe.

 

A supposer qu'on ne vole plus, l'on emprunte à longue durée. ...Indéterminée... certainement....

 

Un ancien premier ministre dernièrement lors d'une grande soirée électorale ironisait qu'on ne pouvait plus reprocher au criminel après tout que l'acte répréhensible qu'il eut pu accomplir serait de sa faute, c'était celle de la société, de son ...ADN et autres onguents bien arrangeants.

 

Mais, il reprenait avec une parfaite objectivité : nous sommes responsables.

 

Peu porteur de nos jours, mais la réalité dans toute sa lumière.

 

Sur le plan spirituel, comme moral, nous sommes responsables devant Dieu.

 

Si la notion d'enfant roi que l'on connaît tant existe et se trouve à être déploré et plaint pour les conséquences évidentes qu'elle créée, il n'y a aucune hésitation d'affirmer qu'aujourd'hui cette même situation s'implante tranquillement par "absorption homéopathique" mais certain, dans beaucoup d'églises, toute étiquette ou dénomination confondue.

 

Ce n'est plus Notre Sauveur qui règne, mais ce que pense et définit l'ambiance du moment, relooké, reformulé, réadapté.

 

Ce n'est toujours plus Notre Sauveur qui conseille, instruit et conduit, mais le sentiment ou l'intérêt humain trempé dans un peu de christianisme à senteur s'affirmant presque plus ..."humanisé"...et... vrai...

 

C'est se faire traducteur à la place de Dieu dans une "translation" express, relative et légère à teneur "googlelienne".

 

Et l'on confond dès lors rapidement et "exquise" aisance l'humanisme et esprit d'humanité, deux cadres forts différents même s'il semble se ressembler en apparence.

 

L'esprit d'humanité du Chrétien se soumet et obéit à Christ.

 

L'humanisme lui, tend et obéit vers l'homme, par l'homme, pour l'homme, mais surtout sans Dieu, ou du moins seulement là où çà l'arrange, lui convient et surtout suffit.

 

Ce n'est en tout cas certainement pas l'unité "chrétienne" ou le témoignage démonstratif de l'amour entre frères et soeurs, mais conciliance à fermer les yeux sur ce que Dieu demande non seulement de régler, mais rejeter dans ce qui fait horreur à Sa Sainteté.

 

Un spot publicitaire des années 80 vantait la marque Canada Dry en ces termes :

 

"çà ressemble à de l'alcool, mais ce n'est pas de l'alcool".

 

Quelle tristesse profonde que de remplacer l'authenticité magnifique et solennelle beauté en Jésus par du fermentée, macérée, distillée.

 

Tout ceci se trouve encore, avec beaucoup de tristesse devant le regard de Dieu, bien souvent encouragée par des pasteurs, conducteurs, ou responsables, là même parfois où l'on aurait le moins imaginée, mais aussi par ce que Spurgeon aurait nommé "bouc" plutôt que brebis, preuve et démonstration d'indépendantisme où il devient interdit d'interdire, où par un de ces "hauts faits" provenant plus du "génie" charnel (ou malhonnêteté ?) que de l'authenticité d'appartenance à Christ, on ne veut plus indirectement ni Dieu ni Maître, amenant à une réaction sur un autre domaine d'un grand auteur musicien du siècle dernier : Bien sûr, plus de pères, rien que des fils !....

 

L'appellation "évangélique" aujourd'hui fait honte au regard du constat visible, tant de "l'esprit"  qui l'anime dans sa grande majorité, et où l'on s'interroge peu si, en beaucoup d'endroits, en être "remplis" se situe plus soit dans l'illuminisme, le mysticisme, ou dans le sensoriel et balancement d'arrière train que dans le coeur.

 

Les enfants de parents Chrétiens dans une grande majorité hélas, connaissent de moins en moins le Dieu de leurs pères, ou si mal...

 

On ne se pose plus guère question aujourd'hui face à un étrange libéralisme, un attrait à ciment social, un idéal romantique ou philosophique, plutôt qu'authenticité transformant et libérant toute âme captive. 

 

On ne se pose plus guère interrogation quant à la légèreté marqué par la tolérance au silence coupable, l'hypocrisie, le mensonge, et autres traits paradoxaux en totale opposition avec ce que Dieu attend de chaque véritable enfant de Dieu.

 

Inutile de souligner ou d'apporter d'eau au moulin quant aux regards extérieurs tour à tour choqués par l'émotionnalisme démesurée, ou uniquement attirés par un certain attrait faisant appel en d'autres endroits à ce qui s'apparenterait à de l'atticisme, ou un intérêt et force politique, enfin ou presque débarrassé de Dieu si gênant dans ses exigences.

 

Rien de nouveau sous le soleil encore où, en relisant le livre de Jérémie, Dieu avec Amour prévenait, avertissait le Peuple d'Israël des dangers encourrus, et ce, pour son unique bien.

 

Nous pouvons retrouver aisément à travers Ses appels à revenir vers Lui, partager aujourd'hui la même supplication envers Notre Père Céleste :

 

(...) Ils m'ont abandonné, moi, la source d'eau vive, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées, qui ne retiennent pas l'eau. (...)  Éternel, tes yeux ne (cherchent-ils) pas la fidélité ?(...)et ils n'en souffrent pas ; (...) ils ont refusé de recevoir la leçon ; ils ont durci leur visage plus qu'un roc. Ils ont ...refusé de se convertir. Je disais ce ne sont que des pauvres gens, ils agissent follement parce qu'ils ne connaissent pas la voie de l'Eternel, le droit de leur Dieu. Je m'en irai plutôt vers les grands et je leur parlerai ; car eux, ils connaissent la voie de l'Eternel, le droit de leur Dieu ; mais eux aussi ont tous ensemble brisé le joug, rompu les liens. (...) Regardez, informez vous, cherchez dans les places, s'il s'y trouve un homme, s'il y en a un qui pratique la justice, qui s'attache à la vérité, et Je pardonnerai (...) Oh ! Si ma tête était remplie d'eau, si mes yeux étaient une source de larmes, je pleurerais jour et nuit les filles et les fils (...)

 

Si Refuge Protestant rejette et refuse l'étiquette "évangélique" dans son attribution actuelle dénominative, il n'en écarte pas cependant, bien au contraire l'être de coeur, mais dans toute l'essence qu'appelle sa définition de Bonne Nouvelle, et dans tout ce que Dieu en chacune et chacun a opéré par Sa Grâce.

 

Tout Véritable Chrétien est évangélique dans la réalité profonde, tout comme le furent avant nous Luther, Calvin, Monod, Spurgeon, Müller, Taylor, Darby, Dhombres et bien d'autres, et comme le sont encore aujourd'hui, celles et ceux que Dieu connaît comme Ses Fils et Ses Filles.

 

Mais certainement pas dans la démonstration tristement étiquetée visible de nos jours.

 

Evolution oblige ? Réalité Chrétienne ? Ou "réforme" de l'autorité de Dieu ? Dieu a t-Il réellement dit...

 

Puisse le Seigneur bénir et aider toutes celles et ceux désireux non d'aimer ou d'embrasser un glacial dogmatisme orthodoxe ; la froideur orgueilleuse comme despotique n'ont aucune place non plus chez le Chrétien ; mais voulant être attaché au Roc Divin en rejetant toute parodie, apostasie, aimant Notre Dieu et Sauveur pour le don ineffable accompli pour notre rachat, en gardant cet esprit huguenot dans toute l'essence même qu'il représente de la réalité Chrétienne, l'enracinement dans la Bible, la foi de l'Eglise Primitive, de la Réforme et affection des exemples bibliques, tels sont les aspirations pour chacune et chacun dans notre prière quotidienne en associant la même direction que Josué : Moi et ma maison, nous servirons l'Eternel.

 

Gardons ces versets attachés à notre coeur qu'alors que nous étions encore sans force, Jésus au temps marqué par Dieu, est mort pour nous sauver et délivrer.

 

Je serai Leur Dieu. Je leur donnerai un même coeur et une même voie, afin qu'ils me craignent toujours, pour leur bonheur et celui de leurs enfants après eux. (Jérémie 32/38-39)

 

N'oublions pas que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable,  tout ce qui mérite l’approbation,  ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de nos pensées selon  Philippiens 4. 8 ne s'émancipe ou ne s'abstrait aucunement de se souvenir des conducteurs qui annoncent la Parole de Dieu, de considérer quelle a été la fin de leur vie, et d'imiter leur foi selon Hébreux 13-7, et que, l'excellent témoignage des Béréens soit de celui auquel nous voulons rester ancrés pour affirmer « Ta Parole est la vérité, Sanctifie-nous uniquement par Ta Vérité» et non nos impressions ou préférences.

 

Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur ! Eprouve-moi, et connais mes pensées !  Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis-moi sur la voie de l'éternité ! Tel est le magnifique témoignage de tout Chrétien s'alliant en Christ au texte ci dessous avec ses Frères et ses Soeurs de l'Eglise Universelle.

 

 

Refuge Protestant,

Refuge Protestant

 

------

livre et bougie

 

 

 

Ci dessous, la Déclaration de Cambridge, rédigée en 1996 par l'Alliance des Evangéliques Confessants, un groupe de chrétiens réunissant des croyants issus des traditions réformée, anglicane, luthérienne et baptiste.
 

Ce beau texte pointait déjà du doigt des tendances délétères qui n'ont fait hélas que se renforcer, notamment en France.
 
En se joignant en tant que Luthériens confessionnels, nous invitons nos frères et soeurs attachés à l'autorité de la Bible "à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes" (Jude 1.3) et à résister aux vents mauvais des fausses doctrines.

 

Aujourd’hui, les églises évangéliques sont de plus en plus soumises à l’esprit du siècle, plutôt qu’à l’Esprit du Christ.
 
En tant qu’évangéliques, nous nous exhortons les uns les autres à nous repentir de ce péché et à retrouver la foi chrétienne historique.
 
Au fil de l’histoire, les mots changent de sens. C’est ce qui est arrivé au mot « évangélique ».
 
Dans le passé, il exprimait l’accord qui unissait des chrétiens appartenant à une grande diversité de traditions ecclésiastiques.
Etre « évangélique », c’était être soucieux de confesser sa foi.
 
C’était croire les vérités essentielle du christianisme telles qu’elles ont été définies par les grands conciles œcuméniques de l’Eglise.
 
De plus, les évangéliques se partageaient l’héritage commun des sola de la Réforme protestante du XVIe siècle.
 
Aujourd’hui, la lumière de la Réforme s’est nettement affaiblie et le mot « évangélique » s’est mis à recouvrir des réalités tellement diverses qu’il a perdu sa signification.
 
L’unité forgée pendant des siècles est en grand danger.
 
Face à cette crise et à cause de notre amour pour le Christ, pour son Evangile et pour l’Eglise, nous souhaitons formuler tout à nouveau notre adhésion aux vérités centrales de la Réforme, telles qu’elles ont été confessées historiquement par les évangéliques.
 
 

I. Sola Scriptura: l’érosion de l’autorité

 

 

L’Ecriture seule, telle est la règle inerrante pour la vie de l’Eglise. Or, à l’heure actuelle, une dissociation est effectuée entre elle et sa fonction d’autorité.
 
L’Eglise – y compris parmi les « évangéliques » – se laisse trop souvent diriger, en pratique, par la culture ambiante.
 
Techniques thérapeutiques, stratégies de marketing, rythme de la civilisation des loisirs correspondent mieux que la Parole de Dieu à ce qu’elle souhaite, à sa manière de fonctionner, à ce qu’elle offre.
 
Nombre de pasteurs ont négligé, comme c’est leur rôle, de veiller de près sur le culte, y compris sur la substance doctrinale des chants.
 
Au fur et à mesure que l’autorité biblique se diluait en pratique, que les vérités scripturaires s’estompaient dans l’esprit des chrétiens et que les doctrines perdaient leur pointe, l’Eglise a progressivement été dépouillée de son authenticité, de son autorité morale et du sens de sa vocation.
 
Au lieu de nous efforcer d’adapter la foi chrétienne pour qu’elle corresponde mieux aux besoins des consommateurs, nous devons proclamer la Loi de Dieu comme étant la norme de toute justice véritable et l’Evangile comme l’unique vérité qui sauve.
 
L’Eglise a besoin de la vérité biblique pour comprendre ce qu’elle doit faire, pour s’édifier et pour exercer la discipline en son sein.
 
L’Ecriture doit nous faire percevoir, au-delà des apparences trompeuses, quels sont nos besoins réels, et nous libérer de l’habitude de tout évaluer à l’aune des images séduisantes, des clichés, des promesses et des priorités d’une culture de masse.
C’est à la seule lumière de la vérité de Dieu que nous pouvons nous comprendre et découvrir comment Dieu a pourvu à nos besoins.
Il importe donc de prêcher et d’enseigner la Parole de Dieu dans l’Eglise.
Les sermons ont à présenter et à expliquer les enseignements bibliques et non à exposer les opinions du prédicateur ou les idées du moment.
Nous ne devons rien accepter d’autre que ce que Dieu a donné.
 
L’œuvre du Saint-Esprit dans une expérience personnelle ne saurait être dissociée de l’Ecriture.
L’Esprit ne s’exprime pas d’une manière qui s’écarte de l’Ecriture.
Sans l’Ecriture, nous n’aurions jamais connu la grâce de Dieu en Christ.
Le critère de la vérité, c’est la parole biblique et non l’expérience spirituelle.
 

Première thèse: Sola Scriptura

 

Nous réaffirmons que l’Ecriture inerrante est l’unique source de la révélation divine écrite et qu’elle seule peut lier notre conscience.
Seule, la Bible enseigne tout ce qui est nécessaire pour notre salut et notre délivrance du péché; elle est la norme du comportement chrétien.
 
Nous nions qu’un credo, un concile, ou quiconque puisse lier la conscience du chrétien ; que l’Esprit saint parle de manière indépendante de l’Ecriture ou s’oppose à elle ; que l’expérience spirituelle d’une personne puisse servir de véhicule à la révélation.
 
 

II. Solus Christus: l’érosion de la foi centrée sur Christ

 

 

Au fur et à mesure que la foi « évangélique » s’est sécularisée, ses intérêts se sont confondus avec ceux de la culture ambiante.
 
Il en est résulté une perte de toute valeur absolue, le développement d’un individualisme permissif, la substitution du bien-être à la sainteté, de la guérison à la repentance, de l’intuition à la vérité, du feeling à la foi, du hasard à la providence et de la satisfaction immédiate à l’espérance persévérante.
 
Le Christ et sa croix ne sont plus au centre de nos préoccupations.
 

Seconde thèse: Solus Christus

 

Nous réaffirmons que notre salut est accompli par l’œuvre de médiation du seul Christ historique.
 
Sa vie sans péché et l’expiation qu’il a endurée à notre place sont pleinement suffisantes pour assurer notre justification et notre réconciliation avec le Père.
 
Nous nions que l’Evangile soit prêché si l’œuvre expiatoire du Christ n’est pas proclamée et si la foi en Christ et en son œuvre n’est pas sollicitée.
 
 

III. Sola Gratia: l’érosion de l’Evangile

 

 

La nature humaine déchue a suscité une confiance injustifiée dans les capacités de l’homme.
 
Cette confiance dénuée de fondement existe maintenant dans la mouvance évangélique, qu’il s’agisse de l’Evangile de l’estime de soi ou de celui de la santé et de la richesse, que l’Evangile y soit transformé en produit à vendre et les pécheurs en consommateurs désireux de l’acheter, ou qu’on apprécie la vérité de la foi chrétienne à son efficacité.
 
Tous ces dérapages portent atteinte à la doctrine de la justification en dépit des textes officiels de nos Eglises.
 
La grâce de Dieu en Christ est non seulement nécessaire, mais la seule cause efficace du salut.
 
Nous confessons que les êtres humains naissent spirituellement morts et sont incapables de toute coopération avec la grâce qui régénère.
 

Troisième thèse: Sola Gratia

 

Nous réaffirmons que le salut par la grâce seule nous délivre de la colère de Dieu.
 
L’œuvre surnaturelle du Saint-Esprit nous conduit au Christ en nous délivrant de l’esclavage du péché et en nous faisant passer de la mort à la vie spirituelles.
 
Nous nions que le salut soit, en quelque manière, une œuvre humaine.
 
Les méthodes, les techniques et les stratégies sont, en elles-mêmes, incapables de susciter cette transformation. La nature humaine non régénérée ne peut pas susciter la foi.
 
 

IV. Sola Fide: l’érosion de l’article de foi principal

 

 

La justification est acquise par la seule grâce, au moyen de la foi seule, à cause de Christ et seulement de lui.
Tel est l’article de foi sur lequel l’Eglise est fondée, autrement elle s’écroule.
 
Aujourd’hui, nombre de responsables, de théologiens et de pasteurs qui se prétendent évangéliques le négligent, le déforment ou vont même jusqu’à le contester.
 
L’homme déchu a, certes, toujours refusé d’admettre qu’il avait besoin que lui soit imputée la justice de Christ; aussi la modernité n’a-t-elle eu qu’à attiser cette opposition à l’Evangile biblique.
 
Nous avons permis à cet état d’esprit d’influer sur la nature de notre ministère et sur notre prédication.
 
Nombre des membres du « mouvement de la croissance de l’Eglise » croient qu’une bonne compréhension sociologique de la mentalité des participants au culte est tout aussi importante pour la diffusion de l’Evangile que la proclamation de la vérité biblique.
 
D’où un divorce entre les convictions théologiques et les pratiques du ministère.
 
Dans de nombreuses églises, le recours aux techniques du marketing accentue cette tendance en effaçant la différence entre Parole biblique et monde, en supprimant le scandale de la croix du Christ et en réduisant la foi chrétienne à des principes et des méthodes qui assurent le succès du business corporatif.
 
Même s’ils disent adhérer à la théologie de la croix, ces mouvements vident celle-ci de sa substance.
 
Il n’y a pas d’autre Evangile que celui qui affirme que Christ s’est substitué à nous en prenant notre place, Dieu lui imputant notre péché et nous imputant sa justice.
 
C’est parce que Christ a enduré le jugement que nous méritions que nous pouvons vivre de la grâce, Dieu nous ayant définitivement pardonnés, acceptés et adoptés comme ses enfants.
 
En dehors de l’œuvre salvatrice du Christ, rien… pas même notre insertion sociale, notre engagement ou notre bonne volonté, ne fonde notre acceptation par Dieu.
 
L’Evangile déclare ce que Dieu a fait pour nous en Christ et non ce que nous pouvons faire pour nous approcher de Dieu.
 

Quatrième thèse: Sola Fide

 

Nous réaffirmons que la justification est acquise par la seule grâce, au moyen de la foi seule, à cause de Christ et seulement de Lui.
 
Par la justification, la justice de Christ nous est imputée, car elle seule est capable de satisfaire la justice parfaite de Dieu.
 
Nous nions que la justification repose sur quelque mérite qui nous soit propre ou provienne d’une infusion en nous de la justice de Christ.
 
Nous nions aussi qu’une institution, se prétendant une Eglise, puisse légitimement être reconnue comme telle si elle récuse ou condamne l’article de foi : Sola Fide.
 
 

V. Soli Deo Gloria: l’érosion d’une adoration centrée sur Dieu

 

 

Partout où, dans l’Eglise, l’autorité de la Bible est perdue, le Christ n’est plus au centre, l’Evangile est gauchi ou la foi pervertie, cela a toujours été pour une seule raison : nos intérêts ont supplanté ceux de Dieu et nous appliquons nos méthodes pour accomplir la mission qu’il nous a confiée.
 
Il est malheureusement courant, aujourd’hui, que Dieu ne soit plus au centre de la vie de l’Eglise.
C’est pourquoi le culte se transforme en divertissement, la prédication de l’Evangile en opération de marketing, la foi en technique, l’éthique en feeling positif à notre endroit et la fidélité en réussite.
 
Résultat : Dieu, le Christ et la Bible ont perdu beaucoup de leur sens et de leur importance à nos yeux.
 
Dieu n’est pas là pour satisfaire nos ambitions humaines, nos convoitises et nos appétits, ni même nos intérêts spirituels personnels.
 
Aussi convient-il de centrer notre adoration sur Dieu lui-même plutôt que de rechercher la satisfaction de nos propres besoins.
 
Dans le culte, Dieu est souverain, pas nous.
 
Nous avons à nous soucier du Royaume de Dieu et non de notre puissance, de notre popularité ou de notre succès.
 

Cinquième thèse: Soli Deo Gloria

 

Nous réaffirmons que le salut, puisqu’il est de Dieu et a été accompli par lui, est à sa gloire; nous devons toujours l’en glorifier.
 
Jusqu’à notre mort, nous avons à vivre devant la face de Dieu, sous son autorité et pour sa seule gloire.
 
Nous nions qu’il soit possible de glorifier Dieu en confondant culte et divertissement, en négligeant la Loi ou l’Evangile dans notre prédication ou en substituant à l’Evangile la recherche de l’épanouissement du moi, celle de l’auto-estime ou de la réalisation personnelle.
 
 

VI. Un appel à la repentance et à la réformation

 

 

La fidélité dont les Eglises évangéliques ont fait preuve dans le passé s’inscrit en net contraste avec leur infidélité présente.
 
Au début de ce siècle, les Eglises ont soutenu un effort missionnaire remarquable et édifié de nombreuses institutions ou œuvres au service de la vérité biblique et du Royaume du Christ.
 
Le comportement des chrétiens et leurs aspirations différaient, profondément, de ceux de leurs contemporains.
 
Aujourd’hui, il en va souvent autrement.
 
De nos jours, la mouvance évangélique est en train de perdre sa fidélité à la Bible, sa boussole morale, et son zèle missionnaire.
 
Aussi nous repentons-nous de notre trop grande conformité au monde.
 
Nous avons succombé à l’attrait des faux « évangiles » de notre culture sécularisée.
 
Nous avons affaibli le témoignage de l’Eglise par notre manque de vraie repentance, notre aveuglement face à nos propres péchés alors que nous les discernons si bien chez autrui, et par notre refus inexcusable de faire connaître autour de nous l’œuvre salvatrice de Dieu en Jésus-Christ.
 
Nous invitons donc avec instance les évangéliques qui s’écartent d’elle sur les points évoqués jusqu’ici à revenir à la Parole de Dieu.
 
Notre appel s’adresse aussi à ceux qui affirment l’existence d’une espérance de vie éternelle en dehors d’une foi explicite en Jésus-Christ, à ceux qui prétendent que les hommes qui rejettent le Christ dans cette vie seront annihilés dans l’autre et ne subiront pas le juste jugement de Dieu dans une souffrance éternelle, ou à ceux qui affirment qu’évangéliques et catholiques romains sont un en Christ même là où la doctrine biblique de la justification est abandonnée.
 
L’Alliance des évangéliques confessants exhorte tous les chrétiens à tenir compte de la présente déclaration dans le culte de leur Eglise, comme dans son ministère, ses actions, sa vie et son annonce de l’Evangile.
 
Pour l’amour de Christ.
 
Amen.
 
Sola scriptura

 

Eglise Luthérienne du Poitou

 

 
 
 
 
 
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Refuge Protestant Refuge Protestant - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

Album Refuge Protestant

Alors que nous étions encore sans Force,
Jésus au temps marqué par Dieu,
est mort pour nous
sauver et délivrer
 (La Bible)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch