Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

Jean Calvin

"Puisque Dieu, par conséquent, nous justifie par la Médiation du Christ, Il nous Acquitte, non pas par l'aveu de notre innocence personnelle, mais par une imputation de la justice ; de sorte que nous, qui sommes injustes en nous-mêmes, sommes considérés comme Justes en Jésus Christ."

 Nombres visites
depuis sa création
 
184 055

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

BM

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Pinterest, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

 

Facebook suivi

Refuge Protestant Pinterest
Twitter Refuge Protestant
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 08:03
Connaissons nous notre péché et notre misère ?

Catéchisme de Heidelberg

3.Question.
Par quoi connais-tu ta misère ?
 
Réponse.
Par la loi de Dieu1.
 
 
1.       Romains 3:20 ; Romains 7:7-25.
4. Question.
Qu’exige donc de nous la Loi de Dieu ?
 
Réponse.
Jésus-Christ nous l’apprend dans le sommaire qu’il en donne1:
 
      “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée
          et de toute ta force2C’est là le premier et le grand commandement.
      Et voici le second qui lui est semblable:
      Tu aimeras ton prochain comme toi-même3.
      De ces deux commandements
      dépendent toute la Loi et les Prophètes.”
 
 
1.       Matthieu. 22:37-40 ; Luc 10:27.
2.       Deutéronome. 6:5.
3.       Lévitique. 19:18 ; Galates 5:14.
5.Q.
          Peux-tu parfaitement observer tout cela ?
 
R.
          Non1, car par nature je suis enclin à haïr Dieu et mon                    prochain2.
 
 
 
1.       Romains 3:10-12,23 ; 1 Jean 1:8,10.
  1. 2.      Genèse 6:5 ; Genèse 8:21 ; Jérémie 17:9 ;
        Romains 7:23 ; Romains 8:7 ; Éphésiens 2:3 ; Tite 3:3.

— Catéchisme de Heidelberg, Q&R 3, 4 et 5

 

Le Catéchisme de Heidelberg est divisé en trois grandes parties :

 

  1. d’abord notre péché et notre misère,
  2. puis notre délivrance
  3. et enfin notre reconnaissance pour cette si grande délivrance.

 

Que cela nous plaise ou non, il nous faut bien commencer par notre péché et notre misère!

 

Un sujet pénible, mais salutaire

 

Avouons-le, ce sujet n’est pas très réjouissant, il est même plutôt déprimant.

 

Nous aimerions mieux parler de l’Amour de Dieu ou de la manière dont nous pouvons vivre dans la reconnaissance, des réalités plus joyeuses et encourageantes.

 

Mais nous n’avons pas le choix, il nous faut d’abord considérer ce sujet décourageant et déprimant.

 

Cette étape est essentielle pour parvenir à la joie d’une vie vécue dans la reconnaissance.

 

“Combien de choses dois-tu savoir pour vivre et mourir dans cette heureuse assurance ?”

 

La réponse proposée est sans équivoque :

 

Trois. D’abord, combien sont grands mon péché et ma misère...

 

Oui, pour pouvoir vivre et mourir dans cette “Heureuse Assurance” et dans ce puissant Réconfort d’appartenir tout entier à Jésus-Christ, nous avons absolument besoin d’être conscients de notre péché et de notre misère.

 

C’est ainsi que nous pourrons véritablement nous réjouir de la Rédemption qui nous est acquise en Jésus-Christ et que nous serons amenés à vivre d’un cœur reconnaissant pour cette merveilleuse Délivrance.

 

Les auteurs du catéchisme ne se sont pas attardés à décortiquer notre problème fondamental.

 

La première partie sur notre péché et notre misère compte seulement neuf questions et s’avère beaucoup plus courte que les deux autres.

 

Avons-nous d’ailleurs besoin de nous pencher longuement sur notre état misérable, comme un médecin qui se plairait à examiner son patient agonisant sur son lit de mort ?

 

Il nous importe plutôt d’étudier en détail comment nous sommes délivrés en Jésus et comment nous devrions exprimer notre reconnaissance.

 

Sauf qu’à notre époque où les gens ont perdu toute notion du péché, de la Sainteté de Dieu et de notre responsabilité devant Notre Créateur, une bonne connaissance de notre misère, jointe à un aveu sincère, ne pourra s’avérer que salutaire.

 

Quelqu’un a déjà dit que s’il avait soixante minutes pour présenter l’Évangile à un non-croyant, il en prendrait cinquante-neuf pour lui expliquer son problème et réserverait la dernière pour lui faire connaître la Solution.

 

Sans aller si loin, sachons tout de même reconnaître notre misère afin d’apprécier à sa juste valeur notre délivrance en Jésus-Christ.

 

Le miroir de la loi (Q&R 3)

 

“Par quoi connais-tu ta misère ?”

 

Voilà une question d’un importance fondamentale.

 

Quand nous essayons de parler de l’Évangile aux autres, comment pouvons-nous leur montrer qu’ils ont besoin de croire en Jésus-Christ ?

 

De quelle manière cherchons-nous à les convaincre qu’ils sont pécheurs, dans un état misérable, et qu’ils ont absolument besoin du Pardon de Dieu et du Sauveur appelé Jésus-Christ ?

 

De quelle façon sommes-nous nous-mêmes convaincus de notre péché et de notre misère ?

 

Certains ont suggéré que nous apprenons à connaître notre état misérable avant tout par notre expérience.

 

Il suffit de penser à tous ces criminels dans la société, aux atrocités commises par Adolf Hitler, à la haine qui déchire familles et nations, aux guerres qui font rage et qui détruisent.

 

Oui, avec tous ces moyens de communication qui nous transmettent instantanément quantité d’informations sur l’état de la planète, nos observations peuvent nous convaincre de la misère du monde en général.

 

Mais, avouons-le, il n’est pas facile pour chacun d’entre nous d’admettre que nous sommes personnellement de misérables pécheurs.

 

Après tout, comme on entend souvent :

 

“Je n’ai tué personne, je ne suis pas criminel, je ne suis pas une si mauvaise personne”.

 

Telle est la perception que nous avons de nous-mêmes.

 

D’autres ont proposé que nous pouvons évaluer notre condition morale et spirituelle au moyen de notre conscience.

 

En Romains 2:14-15, l’apôtre Paul dit d’ailleurs que les païens montrent par leurs actions qu’ils ont une conscience morale.

 

Dieu a inscrit en chacun de nous la notion du bien et du mal.

 

Mais la conscience n’est pas une norme absolue ni une règle infaillible.

 

Elle devient facilement élastique et subjective.

 

Nous avons cette grande capacité d’adapter notre conscience à nos désirs et à nos propres intérêts.

 

Ce qui autrefois était illégal ou immoral ne l’est plus aujourd’hui (pensons par exemple à l’avortement ou à la “libération” des moeurs sexuelles).

 

Nous avons perdu toute norme absolue par laquelle nous pourrions juger de ce qui est bien et de ce qui est mal.

 

L’expérience et la conscience ont certes leur utilité, mais elles sont incapables de nous donner une bonne connaissance de notre péché et de notre misère.

 

Il nous faut plus que des circonstances heureuses ou malheureuses et plus que des sentiments naturels de culpabilité pour nous amener à chercher Refuge en Jésus-Christ.

 

Comment alors reconnaître notre état misérable ?

 

Par quoi connais-tu ta misère ? Par la loi de Dieu.

 

De nous-mêmes nous refusons d’admettre que nous sommes de misérables pécheurs.

 

L’apôtre Paul a dit :

 

“Je n’ai connu le péché que par la loi de Dieu.” (Romains 7:7).

 

Ce sont les commandements de Dieu qui nous montrent précisément ce qu’est le péché.

 

Nous pensons parfois que le péché se définit comme étant un tort que nous faisons subir à d’autres personnes.

 

La Bible nous dit plutôt que pécher, c’est désobéir à Dieu et à Sa Loi (1 Jean 3:4).

 

Nous essayons par tous les moyens de nier cette réalité.

 

Un enfant qui joue dehors dans la boue en pleine obscurité ne verra pas l’état de ses vêtements.

 

Mais dès qu’il entre dans la maison, la lumière qui éclaire la pièce lui fait voir sa saleté.

 

C’est le rôle de la Loi de Dieu de nous montrer les péchés que nous commettons contre Dieu et de nous convaincre de notre misère qui en découle, comme un miroir qui nous fait voir notre vrai visage.

 

Soyons reconnaissants au Seigneur de nous avoir révélé Sa Loi par laquelle Il dévoile à nos yeux la gravité de nos péchés et nous montre notre Grand Besoin de nous réfugier en Jésus-Christ.

 

 

 

L’exigence de la Loi (Q&R 4)

 

Le mot “Loi” dans la Bible désigne les dix commandements, de même que l’ensemble des Règles et des Prescriptions que le Seigneur a communiquées à Son Peuple, mais il se rapporte aussi à toute la Parole de Dieu.

 

Loi signifie Révélation de Dieu.

 

En réalité, la Parole de Dieu tout entière nous fait voir nos péchés, pas seulement les dix commandements.

 

La croix de Jésus nous montre plus que tout la Gravité de nos péchés.

 

La punition épouvantable qu’Il a portée à notre place nous fait voir la profondeur de notre misère de laquelle Il est venu nous délivrer.

 

Mais c’est aussi à la lumière de la perfection des dix commandements que nous comprenons notre misère.

 

Nous avons une idée superficielle du péché.

 

Nous avons souvent une conception comptable du péché.

 

Nous faisons des bonnes choses et des mauvaises choses, nous mettons le tout sur la balance, et, bien sûr nous ne sommes pas parfaits, mais quand même, nous nous estimons pas si pires, après tout...

 

Dieu ne doit pas être si exigeant, pensons-nous.

 

Les pharisiens avaient une approche semblable.

 

Pour eux, l’obéissance était une affaire externe, une comptabilisation de nos actions bonnes et mauvaises.

 

Mais Jésus voit les choses de manière bien différente.

 

Il nous dit que l’obéissance vient du coeur !

 

Qu’exige donc de nous la Loi de Dieu ? Jésus-Christ nous l’apprend dans le sommaire qu’Il en donne : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force. C’est là le premier et le grand commandement. Et voici le second qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même...” (Matthieu 22:37-40).

 

Jésus aurait pu donner une liste de choses à faire.

 

Il va plutôt à l’essentiel : le cœur, une obéissance du cœur, motivée par l’amour !

 

L’amour pour Dieu et l’amour pour notre prochain.

 

Nous n’avons pas besoin d’une longue liste de règlements pour nous faire voir notre péché.

 

Ce bref résumé des commandements nous révèle notre échec lamentable.

 

Elle est une lumière suffisamment pénétrante pour nous faire voir la profondeur de notre péché et de notre misère.

 

Aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre pensée et de toute notre force ?

 

Aimer notre prochain comme nous-mêmes ?

 

Qui donc est à la hauteur de commandements si simples, mais si exigeants ?

 

Sans Jésus-Christ, nous sommes perdus, sans espoir devant le trône de Dieu !

 

Notre opposition à la loi (Q&R 5)

 

“Peux-tu parfaitement observer tout cela ? Non, car par nature je suis enclin à haïr Dieu et mon prochain.”

 

Qui d’entre nous aime se faire dire qu’il est “enclin à haïr Dieu et son prochain” ?

 

Il n’est pas fréquent d’entendre quelqu’un nous avouer candidement :

 

“Ma vie se résume en une phrase : Je suis porté à détester Dieu et mon prochain”!

 

Non, ce n’est sûrement pas par l’expérience ni par la conscience que nous apprenons cette triste réalité sur nous-mêmes.

 

C’est la Parole de Dieu Pure et Véritable qui nous l’apprend.

 

Nous sommes habiles à trouver des excuses de toutes sortes.

 

Nous accusons l’environnement, nous plaidons les circonstances atténuantes, nous confessons les péchés de nos parents bien avant d’avouer nos propres torts.

 

Mais la Parole de Dieu vient remettre les pendules à l’heure.

 

C’est Dieu Lui-même qui pose Son Diagnostic Infaillible sur l’état misérable de notre cœur.

 

Plutôt que d’écouter les hommes ou de chercher refuge derrière nos excuses, écoutons plutôt la Parole de Dieu.

 

Le prophète Jérémie avait la mission difficile de faire connaître au Peuple de Dieu son péché.

 

Il leur a dit :

 

“Le cœur est tortueux par-dessus tout et il est incurable : Qui peut le connaître ? Moi, l’Éternel, j’éprouve le cœur, je sonde les reins, pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses agissements.” (Jérémie 17:9-10).

 

Comprenons bien que notre problème n’est ni superficiel ni occasionnel.

 

Oui, nous sommes “enclins” au mal.

 

Nous avons un penchant naturel et une tendance continuelle à haïr Dieu et les autres.

 

Quel sombre tableau !

 

Nos cœurs sont mis à nus devant Dieu et devant Son Jugement.

 

Nous n’avons absolument rien en nous-mêmes qui puisse nous protéger devant Sa Colère et nous donner une quelconque assurance ou réconfort.

 

Courons nous réfugier auprès de Jésus-Christ afin d’être revêtus de Sa Justice !

 

Son Sacrifice Unique et Son Obéissance Parfaite ont suffi amplement à satisfaire la Justice de Dieu.

 

La Réconciliation et la Paix avec Dieu se trouvent en Lui Seul.

 

Notre Unique Réconfort et notre Seule Grande Joie, dans la vie comme dans la mort, c’est d’appartenir à Jésus-Christ !

 

Amen,

 

 

Pasteur Protestant Réformé Paulin Bédard

Paulin Bédard,

Pasteur Protestant Réformé

de l'Eglise Réformé de Beauce (Québec),

Auteur & Créateur

de Ressources Chrétiennes 

et du site Catéchisme de Heidelberg

 

 

 

Bible
Huguenot Cross

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Catéchisme de Heidelberg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Charles Spurgeon

" J'avoue que je donnerais à peine un penny pour tout salut que je pourrais perdre. La vie éternelle est la chose dont nous avons besoin, la Vie de Dieu, qui ne peut jamais changer ou être enlevée de nous, et c'est ce qui est donné à toutes celles et ceux qui croient en Jésus Christ."

Car, lorsque que nous étions
encore sans force,
Christ, au temps marqué,
est mort pour des impies
 (Romains 5-6)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite ?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch