Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

Bouchra Maurice 

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Google +, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

Facebook suivi

Refuge Protestant Google +
Refuge Protestant sur Google +
Google plus Refuge Protestant

 

Twitter Refuge Protestant
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 15:10
Quel fondement Biblique pour la famille ?

A l’heure où les questions de politique familiale occupent les esprits, et – plus encore – une redéfinition radicale de la famille dans les sociétés occidentales est à l’ordre du jour – il est nécessaire que ceux qui se veulent les héritiers de la civilisation dite « judéo-chrétienne » se posent la question du fondement de la famille sur une assise Biblique.

Sur la base d’une quelconque philosophie de la nature, on peut parfaitement refuser d’accorder l’institution du mariage aux couples homosexuels ou s’opposer à l’idéologie du trans-genre et à ce qu’elle soit inculquée dans la tête de nos enfants dès leur plus jeune âge par le biais de l’école publique, mais ce refus ou cette opposition ne se fondent pas en tant que tels sur une vision biblique claire des choses.

Au mieux, ils s’en inspirent vaguement sans toutefois oser s’en réclamer, par crainte des quolibets ou du politiquement correct.

Dans ce cas, si on en a honte, il est tout à fait inutile de se réclamer de la civilisation « judéo-chrétienne »

Au sens Biblique, il y a d’abord famille parce qu’il y a une dualité homme-femme porteuse de l’image de Dieu dès la Création (Genèse 1:27-28).

Dans le texte de la Genèse cette union dans la différence complémentaire (physique, sexuelle, affective) est d’ailleurs ce qui caractérise l’image de Dieu en nous.

Même s’il en existe beaucoup d’autres, aucun autre trait humain n’est mentionné directement dans le texte pour qualifier cette image, ce qui est tout à fait remarquable.

En effet on ose rarement souligner le fait que le Créateur – qui est lui-même Esprit et non une créature en chair et en os amenée à l’existence par une puissance supérieure – a choisi en tout premier lieu de refléter son image dans Sa créature par la différentiation et la complémentarité sexuelles.

Dès lors, comment nous comprendre nous-mêmes par rapport à cette affirmation du texte Biblique ?

Avant tout, comprenons que nous ne sommes des « personnes » distinguées d’autres « personnes » que dans des rapports particuliers et structurés avec ces autres « personnes ».

Des rapports qui présupposent à la fois similarité et différence.

La Genèse nous enseigne que le tout premier rapport personnel qui fonde la personne c’est cette différentiation/complémentarité homme-femme se reconnaissant comme image de Celui qui l’a créée.

Mais, demandera-t-on, en quoi cela reflète-t-il quelque chose de l’être même de Dieu ?

Ce reflet est dû uniquement au fait que le Dieu éternel est à la fois Un et Trois, un Seul Dieu en trois personnes distinguées l’une de l’autre : le Père, le Fils et le Saint Esprit, ce que d’ailleurs aucune philosophie naturelle n’a jamais dit, expliqué ou révélé, car Seule la Bible le fait.

Le Dieu Eternel vit dans une relation personnelle d’Amour parfait entre les trois personnes divines qui font de ce Dieu Unique la source de tout amour entre les personnes qu’Il crée à Son Image.

C’est là seulement que se situe la source de la vie, et à la base de cette vie, la famille centrée autour du couple homme-femme.

Que dans la Bible ce Dieu se manifeste de plus comme Père Céleste (puisque c’est bien comme cela que Son Fils Jésus-Christ a invité Ses disciples à s’adresser à Lui dans leur prière), ne fait que souligner le rapport de nature familiale qui unit Dieu à Ses « Enfants ».

C’est dans cet esprit que l’apôtre Paul peut écrire aux chrétiens d’Éphèse (chapitre 3, verset 14-16) : C’est pourquoi, je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille [les peuples ou les nations sont inclus dans le mot grec patria traduit par famille] dans les cieux et sur la terre tire son nom, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur ; que le Christ habite dans vos cœurs par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l’amour (…)

Il y a au sein de la Trinité une génération éternelle du Fils par le Père – c’est ce qu’affirme et confesse la Foi Chrétienne depuis les origines - : cela demeure bien sûr pour nous un mystère dans la mesure où cela concerne l’Essence Eternelle de Dieu.

Cependant, ce mystère nous devient partiellement connaissable par la Bible, mais seulement dans la mesure de notre compréhension limitée de créatures, qui ne pourra jamais connaître l’être de Dieu tel que Lui Seul se connaît.

Ce que ce mystère de la génération éternelle du Fils par le Père nous fait connaître, c’est que dans l’ordre structuré mis en place pour Ses Créatures, le Dieu trinitaire imprime Son image en nous en instituant de génération en génération la génération (au sens d’engendrement) d’enfants par des parents – homme et femme – et ce depuis les origines de l’humanité.

Même si cette humanité est tombée très bas et cherche constamment à nier cet ordre créationnel, celui-ci subsiste par la Volonté et la Providence du Créateur.

C’est un ordre qui ne peut être totalement effacé, en dépit de toutes les caricatures ou déformations qu’il subit, souvent de manière volontaire de la part des humains en rupture d’Alliance avec le Père céleste, souvent aussi de manière involontaire, accidentelle, sans qu’on puisse comprendre les causes immédiates de la déformation.

Pourtant, quelles que soient ces caricatures ou déformations volontaires, quels que soient aussi les accidents qui affectent la vie des uns ou des autres, on ne peut jamais éteindre la notion de cet ordre, pas plus qu’on ne peut abolir la notion de bonne santé par rapport à celle de maladie.

Seule une compréhension spirituelle de l’enseignement Biblique (spirituelle c’est-à-dire en accord avec l’intention de l’Esprit divin dans l’Écriture Sainte) peut nous mener sur la voie de la guérison et le renouvellement de notre intelligence sur toutes ces questions qui travaillent tant l’esprit de nos contemporains.

 

Pasteur Protestant Réformé Eric Kayayan,

Eric Kayayan,

Pasteur Protestant Réformé

.

 

 

 

 

Bible Refuge Protestant

Croix Huguenote

 

 

 

 

Source : Foi & Vie Réformées

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Refuge Protestant Refuge Protestant, - dans Réflexion
commenter cet article

commentaires

Album Refuge Protestant

Alors que nous étions encore sans Force,
Jésus au temps marqué par Dieu,
est mort pour nous
sauver et délivrer
 (La Bible)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch