Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

Bouchra Maurice 

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Google +, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

Facebook suivi

Refuge Protestant Google +
Refuge Protestant sur Google +
Google plus Refuge Protestant

 

Twitter Refuge Protestant
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 16:24
Le repos

Marc 6, 30-32 ; 2 Samuel 7, 18-29

 

Notre Seigneur est sensible aux besoins des siens.

 

C'est ce que nous voyons, par exemple, lorsque Jésus conduit ses disciples dans un lieu désert pour prendre un peu de repos, à l'écart des allées et venues de la foule.

 

« Venez à l'écart vous-mêmes dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. »

 

Quel beau témoignage de Ses Soins !

 

Mais il n'y a pas seulement le repos extérieur.

 

Le Seigneur veut que les siens soient fortifiés et enrichis intérieurement, que leur âme respire.

 

La communion avec Lui est particulièrement importante dans de tels moments.

 

C'est ce que David avait compris.

 

S'il a su se réfugier dans le coeur de Dieu au temps de la détresse, ainsi qu'en témoignent beaucoup de ses psaumes, nous le voyons aussi, lorsqu'il est confondu par la Bonté et la Grâce de Dieu, s'approcher de Lui pour y reposer son coeur.

 

« Et le roi David entra et s'assit devant l'Éternel, et dit : Qui suis-je, Seigneur Éternel ! Et quelle est ma maison, que tu m'aies amené jusqu'ici ? » (2 Samuel 7, 18).

 

Dieu venait de lui donner, par le prophète Nathan, de merveilleuses promesses pour lui-même et pour sa descendance, jusque dans un avenir lointain.

 

David s'assied devant l'Éternel.

 

Cette fois-ci, il ne s'agit pas de demandes ou de requêtes que l'on présente à genoux, mais de communion.

 

David veut partager avec Dieu ce qui touche son coeur, avoir un tête-à-tête avec Lui.

 

Dieu avait parlé à David par le prophète, et maintenant David parle à Dieu.

 

« Qui suis-je, Seigneur Éternel ! »

 

Cette estimation de lui-même glorifie Dieu.

 

En même temps, elle honore David, car il donne toute Gloire à Dieu.

 

Tout désir, toute aspiration, même les meilleurs, sont apaisés.

 

Le coeur ne jouit plus que de la Grâce de Dieu.

 

Il se repose.

 

David poursuit :

 

« C'est pourquoi, Éternel Dieu ! Tu t'es montré grand, car il n'y en a point comme Toi, et il n'y a point de Dieu si ce n'est Toi, selon tout ce que nous avons entendu de nos oreilles » (v. 22).

 

Telle est l'appréciation de David à l'égard de Dieu, sa vision de Dieu.

 

Le fondement de cette appréciation remonte loin en arrière dans le temps.

 

« Tout ce que nous avons entendu de nos oreilles » implique au moins la puissante délivrance d'Israël de l'Égypte, cette délivrance qui avait été « entendue » même parmi les païens idolâtres et les avait effrayés (Josué 2, 10).

 

Toutefois, la pensée de David englobe aussi sans doute l'appel d'Abraham et le choix de sa descendance comme peuple de Dieu, ainsi que la gloire du Dieu Créateur, qui de tout temps a été proclamée oralement.

 

Puis, de Dieu, les pensées de David vont vers le Peuple de Dieu :

 

« Et qui est comme ton peuple, comme Israël, seule nation sur la terre que Dieu soit allé racheter, afin qu'elle lui soit un peuple... et pour opérer en leur faveur cette grande chose, et des choses terribles pour ton pays » (v. 23).

 

Celui qui a des pensées élevées à l'égard de Dieu a aussi des pensées élevées à l'égard du peuple de Dieu et ceci sur l'arrière-plan de pensées humbles quant à lui-même.

 

Cela nous amène à nous demander quelles sont nos pensées au sujet de nous-mêmes, de Dieu et de son Peuple.

 

« Qui suis-je... que Tu m'aies amené jusqu'ici ? »

 

Il n'y a pas beaucoup à dire à ce sujet.

 

Tout est Grâce, tout est Miséricorde, rien n'est à porter à notre crédit si nous sommes arrivés jusqu'ici.

 

Mais vivons-nous et agissons-nous vraiment dans un tel sentiment ?

 

Et sous quel angle voyons-nous Notre Seigneur ?

 

Dans la parabole de Matthieu 25, l'esclave auquel il a été donné un seul talent dit :

 

« Maître, je te connaissais, que tu es un homme dur » (v. 24), et il prouvait par là qu'il ne Le connaissait pas du tout.

 

Evidemment, aucun d'entre les Chrétiens ne pourra se voir dans cet esclave ; sa fin ayant été « les ténèbres de dehors », ce qui ne peut arriver à aucun croyant racheté par le Don Ineffable de Christ Notre Sauveur à la croix.

 

Non, un tel Seigneur n'est pas un « homme dur » !

 

Cela ne devrait-il pas imprégner de façon plus marquée nos pensées et nos paroles à Son Sujet ?

 

Combien facilement arrive-t-il qu'en face des insuffisances et des difficultés, la pensée de l'Amour de Dieu pour gagner les coeurs, de Sa Grâce et de Sa Puissance, passe à l'arrière-plan !

 

Donnons nous une image sombre de Dieu ? Y-a-t-il  voile sur notre témoignage ? 

 

De quoi parlons-nous ? De persévérance, d'obéissance, de discipline saine et sainte... ?

 

Bien sûr, nous avons tout lieu de nous humilier là où nous avons manqué, mais l'humiliation, si nécessaire soit-elle, ne donne en elle-même aucune force ; c'est la joie dans le Seigneur qui est notre force (cf. Néhémie 8, 10).

 

N'oublions pas que le coeur du prophète Élie, dans un moment de crise, n'a été gagné ni par la tempête, ni par le tremblement de terre, ni par le feu, mais par la « voix douce, subtile » (1 Rois 19, 11, 12).

 

Et maintenant, en ce qui concerne l'Eglise, il n'y a aucune vision plus élevée que celle-ci :

 

Dieu s'est acquis Son Peuple « par le sang de Son Propre Fils » (Actes 20, 28).

 

Son Fils Bien-Aimé, le don qu'Il a consenti pour acquérir chaque homme et femme est la mesure de l'estimation qu'Il fait d'eux, du prix que chacun(e) a pour Lui.

 

Gardons aussi toujours à la mémoire que « mon frère » et « ma soeur » est « celui et celle pour lequel Christ est mort » (Romains 14, 15).

 

Quel lien noble et sain pour unir tous les croyants !

 

Amen,

 

 

 

E.E. Hücking,

 

.

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Refuge Protestant Refuge Protestant - dans Au Pays du Soleil
commenter cet article

commentaires

Album Refuge Protestant

Alors que nous étions encore sans Force,
Jésus au temps marqué par Dieu,
est mort pour nous
sauver et délivrer
 (La Bible)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch