Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

Jean Calvin

"Puisque Dieu, par conséquent, nous justifie par la Médiation du Christ, Il nous Acquitte, non pas par l'aveu de notre innocence personnelle, mais par une imputation de la justice ; de sorte que nous, qui sommes injustes en nous-mêmes, sommes considérés comme Justes en Jésus Christ."

 Nombres visites
depuis sa création
 
179 001

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

B. M.

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Pinterest, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

 

Facebook suivi

Refuge Protestant Pinterest
Twitter Refuge Protestant
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 20:41
Choisir ses amis en tant que Chrétien

Que tes ami(e)s les plus choisi(e)s soient parmi ceux qui ont fait de Jésus leur Principal Ami.

(x)

Nous avons tous besoin d’un ami.

 

La meilleure façon d’avoir des amis, c’est d’être soi-même un ami ou une amie sincère.

 

Proverbes 18:24 dit : « Celui qui a des amis peut les avoir pour son malheur, mais il est tel ami plus attaché qu’un frère. »

 

Jésus est l’ami plus attaché qu’un frère.

 

Il a donné sa propre vie sur la croix pour des pécheurs comme nous.

 

Personne n’aurait pu faire preuve d’un plus grand amour envers nous ! (Jean 15:13; 1 Jean 2:16; 4:9; Romains 5:8).

 

De plus, sa Parole nous dit qu’il ne nous abandonnera jamais (Hébreux 13:5).

 

Comme le dit le chant, « Quel ami fidèle et tendre nous avons en Jésus-Christ ! »

 

L’amour est la racine de l’amitié véritable.

 

Nous apprenons cela également du Seigneur.

 

Il a choisi les douze disciples, sachant que Judas allait le trahir.

 

La trahison d’un ami fait très mal ! Dieu a appelé Abraham « son ami » (Ésaïe 41:8; Jacques 2:23).

 

Jean-Baptiste était un ami de Jésus (Jean 3:29).

 

Le Seigneur a appelé ses disciples « amis » (Jean 15:15).

 

Il a pensé aux autres et il a servi les autres avant de penser à ses propres besoins.

 

Il était prêt à pardonner à son ami Pierre, même après que Pierre l’eut renié trois fois !

 

Proverbes 17:17 dit : « L’ami aime en tout temps. »

 

Le Seigneur Jésus est notre Sauveur et notre ami parfait !

 

Nous ne pourrons jamais avoir un plus grand ami que Jésus.

 

Il a porté nos péchés sur la croix pour que nous puissions être avec lui pour toujours.

 

Il est disposé à porter nos fardeaux et à écouter les cris de notre cœur sans que jamais il ne le regrette !

 

Nous ne dérangeons pas le Seigneur de gloire quand nous lui parlons de l’un ou l’autre de nos problèmes !

 

Non seulement Jésus nous écoute-t-il, mais en plus il intercède auprès de son Père en faveur de ses amis.

 

Il est toujours vivant pour intercéder en notre faveur (Hébreux 7:25).

 

Comment savoir si Jésus nous appelle son ami ?

 

Il nous appelle son ami si nous croyons de tout notre cœur qu’il est le Fils de Dieu et notre unique Sauveur et Seigneur (Jean 1:12; 3:16; Actes 16:31).

 

Si nous croyons vraiment cela, nous aurons le désir d’obéir à sa volonté en toutes choses.

 

« Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. » (Jean 15:14).

 

Lorsque nous choisissons nos amis en tant que chrétien, la question suprême est de savoir quelle est la volonté de Dieu.

 

La Bible nous dit clairement qu’il veut que nous soyons aimables, courtois et remplis d’amour envers tous les gens, en particulier envers tous les chrétiens (Galates 6:10).

 

Nous pouvons également nous lier d’amitié avec des non-chrétiens, mais toujours en vue de leur faire du bien dans une perspective éternelle.

 

Nous ne devons pas permettre au monde de nous influencer pour le mal.

 

Il s’agit ici d’une amitié entre compagnons.

 

Nous pouvons faire du bien à beaucoup de personnes, mais la question est de savoir avec qui nous nous tiendrons.

 

Dans un sens, le Seigneur s’est lié d’amitié avec des gens qui ne marchaient pas avec Dieu, mais il l’a fait dans le but de racheter leur vie.

 

Il ne faisait pas juste « se tenir » avec eux !

 

Les mauvais compagnons peuvent nous entraîner dans beaucoup de situations qui nous attireront des ennuis ; ils peuvent nous entraîner à faire le mal.

 

De nombreuses personnes en ont fait la découverte et se sont retrouvées dans un véritable pétrin !

 

L’apôtre Paul le dit bien dans 1 Corinthiens 15:33 : « Les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. »

 

Proverbes 13:20 dit : « Celui qui marche avec les sages devient sage, mais celui qui fréquente les insensés s’en trouve mal. »

 

Proverbes 12:26 nous exhorte de la manière suivante : « Le juste est un guide pour son compagnon, mais la voie des méchants les égare. »

 

Quelle sorte d’ami sommes-nous ? Nous devrions désirer être un ami comme Jésus l’a été envers nous et continue de l’être.

 

Nos amitiés devraient être des amitiés qui glorifient Dieu et qui cherchent à attirer les autres à Jésus-Christ.

 

Si nos amis ne nous aident pas à devenir plus semblable à Jésus-Christ, alors ils ne sont peut-être pas des amis véritables.

 

Attention aux mauvaises influences chez des "amis" qui peuvent nuire à notre croissance dans la grâce.

 

Il est vrai, comme je l’ai mentionné auparavant, que Jésus était l’ami des pécheurs (Luc 15:2), mais, s’il vous plaît, rappelons nous ceci : son but était de les sauver et non pas de devenir l’un d’entre eux.

 

Son but en se liant d’amitié avec eux n’était pas de devenir leur compagnon, mais de leur apporter la rédemption.

 

Nous pouvons en tant que chrétien faire preuve d’amour et démontrer notre souci envers les non-chrétiens.

 

Cependant nous avons été sauvé par la grâce, mais eux sont encore perdus !

 

Nous pouvons devenir leurs amis et essayer de les amener au Seigneur, comme les quatre amis qui ont amené leur ami paralysé à Jésus pour qu’il le guérisse (Marc 2:1-12).

 

Cependant, nos amis non chrétiens ne devraient pas être des amis intimes qui reçoivent nos confidences et à qui nous faisons pleinement confiance.

 

Si jamais un « ami » ou une « amie » vous déçoit, vous abandonne, fait preuve de méchanceté envers vous, parle dans votre dos ou vous trahit carrément, rappelez-vous que le Seigneur Jésus-Christ a subi les mêmes souffrances.

 

Les membres de sa propre famille l’ont rejeté jusqu’après sa résurrection.

 

Ses amis se sont dispersés et l’ont abandonné seul à ses souffrances.

 

En fait, Jésus a averti que certains de ceux qui le suivaient seraient « livrés même par des parents, des frères, des proches et des amis et ils feront mourir plusieurs d’entre vous » (Luc 21:16).

 

Vous n’avez pas besoin de beaucoup d’amis, mais développez des amitiés avec autant de personnes que vous pouvez, en vous rappelant toujours qu’il n’y a qu’un seul ami « plus attaché qu’un frère ».

 

Même les membres de votre famille naturelle peuvent vous décevoir ou vous abandonner, mais le Seigneur Jésus vous aimera toujours.

 

Il gardera ses promesses envers vous à tout jamais.

 

Il ne vous trahira jamais.

 

Il vous soutiendra dans toutes les difficultés et les déceptions de la vie.

 

Il guidera vos pas selon son plan.

 

Il vous conduira en toute sécurité dans la gloire, pour vous présenter irréprochables devant le trône de son Père (Jude 24).

 

Il dira alors : « Me voici, avec les amis que tu m’as donnés. Je n’en ai perdu aucun. Ces amis se tiennent devant toi, graciés. Je les ai rachetés par mon sang. Ce sont mes amis pour toujours. »

 

Le nombre d’amis que nous aurons ou avons dans cette vie n’est pas important.

 

En fait, peut-être aurez-vous seulement un ou deux bons amis, mais avoir Jésus comme ami fait de nous une personne très riche en amitié !

 

Cultivons notre amitié avec Jésus, lui qui nous a créé pour vivre en relation intime avec lui.

 

Nos autres amitiés dans votre vie deviendront alors des bénédictions et surtout pas des besoins désespérés.

 

Le non chrétien essaiera certainement de remplir le vide par d'autres amitiés.

 

Le chrétien lui, c'est que seul Jésus Christ peut remplir le vide. 

 

Il est le seul et unique ami qui soit un ami véritable, car il a donné sa vie pour ses amis.

 

Recherchons toujours l’amitié avec Jésus. Nous Chrétiens, nous l'avons avec lui ! (Jean 15:13-15).

 

Rien, absolument rien ne peut nous séparer de l’amour du Christ (Romains 8:35).

 

« Quel ami fidèle et tendre nous avons en Jésus-Christ, toujours prêt à nous comprendre quand nous sommes en souci ! »

 

Jésus sait, il se soucie de nous, il est plus attaché qu’un frère.

 

Lui faisons-nous confiance ?

 

Phillip Poe, Pasteur Eglise Réformée (RCUS) au Dakota

Phillip Poe,

pasteur de l’Église réformée aux États-Unis (RCUS)

Minot, Dakota du Nord.

.

 
Méditation Claude Maugeais Foi et Vie Réformées
Hugenot cross

.

 

 

 

 

 

 

 

Source

Rev. Phillip Poe

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 20:58
J’aime mon Dieu, qui, par un prompt secours, montre qu’Il a ma clameur entendue ; à mes soupirs son oreille est tendue
Psautier de Genève
PSAUME 116
J’aime mon Dieu, qui,
par un prompt secours
(1729)
Reconnaissance de David pour la délivrance
qu’il avait reçue de Dieu dans quelque grand péril.
 

1.

J’aime mon Dieu, qui, par un prompt secours,
Montre qu’il a ma clameur entendue;
À mes soupirs son oreille est tendue ;
Je veux aussi l’invoquer tous les jours.

2.

Je succombais sous le poids de mes maux,

Déjà la mort me tenait dans ses chaînes;

Mon cœur souffrait les plus cruelles peines,
Quand je lui fis ma prière en ces mots;

 

3.
Délivre-moi du péril où je suis;
Et dès lors même, il me fut favorable;
L’Éternel, dis-je, est juste et secourable,
Et toujours prompt à calmer nos ennuis.
 
4.
Quand j’étais prêt de périr de langueur,
Il me sauva, ce Dieu que je réclame;
Retourne donc en ton repos, mon âme,
Puisqu’il te fait éprouver sa faveur.
 
5.
Ta main puissante a détourné ma mort,
Séché mes pleurs, soutenu ma faiblesse;
Sous tes yeux donc, je veux, ô Dieu, sans cesse,
Suivre la voie où je t’eus pour support.
 
PAUSE
 
6.
J’ai cru, Seigneur, c’est pourquoi j’ai parlé;
La vie, hélas ! n’est qu’une ombre, qu’un songe
Tout homme est faux, il n’est rien que mensonge,
Disait mon cœur, de ses maux accablé.
 
7.
Mais que rendrai-je à Dieu pour ses bienfaits?
Ma main prendra la coupe de louanges;
Ma voix fera, jusqu’aux climats étranges
De sa bonté retentir les effets.
 
8.
Dès ce moment je lui rendrai mes vœux,
Devant son peuple et dans son sanctuaire;
Car de tous ceux qui cherchent à lui plaire,
Les jours lui sont et chers et précieux.
 
9.
Enfin, grand Dieu, tu sais ce que je suis,
Ton serviteur, le fils de ta servante;
Bisant mes fers, tu passes mon attente,
Je veux, au moins, t’offrir ce que je puis.
 
10.
Brûlant de zèle, et soumis, à tes lois,
Je veux chanter ta gloire et ta puissance;
Et devant tous, plein de reconnaissance,
Te célébrer du cœur et de la voix.
 
11.
Dans ta maison je dirai ton honneur,
Dans ta cité, Jérusalem la sainte;
Que chacun donc, avec zèle, avec crainte,
M’aide en ce jour à louer le Seigneur.

Psautier de Genève (1729)
Bible Huguenote
Croix Huguenote

.

 

Découvrez la production musicale de la Chorale Protestante Timothée, le but étant qu’elle soit avant tout inspirée par la Parole de Dieu et à son service. Les voix accompagnées des instruments expriment la foi chrétienne et cherchent à communiquer une grâce à ceux qui l’écoutent. Les interprètes sont des membres de l’équipe de la maison d’accueil d’Anduze ainsi que des assemblées du Gard et de l’Hérault. Réunie régulièrement pour des répétitions, la chorale participe occasionnellement aux cultes et réunions d’Églises, sollicitée également à l’occasion d’événements particuliers dans les temples des Cévennes ou ailleurs. si vous souhaitez entendre et/ou acheter leurs CD,

cliquer sur le lien ci-dessous.

chants mission protestante timothée

https://www.avecdescrisdejoie.fr/

 

 

Mission Timothée Œuvre Protestante

 

 

Mission Timothée, Œuvre Protestante

Partager cet article
Repost0
6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 20:27
Nous ne pouvons approcher de Christ sinon étant tirés par l’Esprit de Dieu (Jean Calvin)

 

Nous sommes empêchés de comprendre les mystères de Dieu lesquels ne sont point révélés sinon aux petits.

 

Même ce n’est point la chair et le sang qui les révèle et l’homme naturel n’est point capable d’entendre les choses spirituelles.

 

Mais au contraire ce lui est folie de la doctrine de Dieu d’autant qu’elle ne peut être connue que spirituellement.

 

Par conséquent l’aide du Saint-Esprit nous est en cet endroit nécessaire, ou plutôt il n’y a que sa seule vertu qui règne ici.

 

Il n’y a nul homme qui ait connu le secret de Dieu ou ait été son conseiller ; mais l’Esprit enquiert de tout, jusqu’aux choses cachées, par lequel nous connaissons la volonté de Christ.

 

Comme donc nous ne pouvons approcher de Christ, sinon étant tirés par l’Esprit de Dieu, aussi quand nous sommes tirés nous sommes totalement ravis par dessus notre intelligence.

 

Car l’âme, étant par lui illuminée, reçoit quasi un œil nouveau pour contempler les secrets célestes de la lueur desquels elle était auparavant éblouie.

 

Par ainsi, l’entendement de l’homme étant éclairé par la lumière du Saint-Esprit commence lors à goûter les choses qui appartiennent au Royaume de Dieu, desquelles il ne pouvait auparavant avoir aucun sentiment.

 

Grâce à quoi notre Seigneur Jésus-Christ, combien qu’il déclare les mystères de son Royaume très bien et proprement aux deux disciples dont fait mention s. Luc (Luc 22), toutefois cela ne sert de rien jusqu’à ce qu’il ouvre le sens pour entendre les Écritures.

 

En cette manière, après que les Apôtres ont été instruits de sa bouche divine, encore est-il besoin que l’Esprit de vérité leur soit envoyé, lequel donne entrée en leurs entendements à la doctrine qu’ils avaient reçue des oreilles auparavant.

 

La Parole de Dieu est semblable au soleil, car elle reluit à tous ceux auxquels elle est annoncée ; mais c’est sans efficace entre les aveugles.

 

Or nous sommes tous aveugles naturellement en cet endroit, par conséquent elle ne peut entrer en notre esprit sinon que l’Esprit de Dieu, qui est le maître intérieur, lui donne accès par son illumination. 

 

Il reste en après que ce que l’entendement a reçu soit planté dedans le cœur.

 

Car si la Parole de Dieu voltige seulement en la tête, elle n’est point encore reçue par la foi.

 

Mais alors, sa vraie réception quand elle a pris racine au profond du cœur pour être une forteresse invincible à soutenir et repousser tous assauts des tentations.

 

Or, s’il est vrai que la vraie intelligence de notre Esprit soit illumination de l’Esprit de Dieu, sa vertu apparaît beaucoup plus évidemment en une telle confirmation du cœur. 

 

Jean Calvin

Jean Calvin

Institution IV, p. 203-204

 

 

 

Bible
Croix Huguenote

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 20:05
O Seigneur Notre Dieu, Donne-nous Ta Sagesse !

Salomon aimait l’Éternel, et suivait les coutumes de David, son père. (...) l’Éternel apparut en songe à Salomon pendant la nuit, et Dieu lui dit: Demande ce que tu veux que je te donne. Salomon répondit : Tu as traité avec une grande bienveillance ton serviteur David, mon père, parce qu'il marchait en ta présence dans la fidélité, dans la justice, et dans la droiture de cœur envers toi ; tu lui as conservé cette grande bienveillance, et tu lui as donné un fils qui est assis sur son trône, comme on le voit aujourd'hui. Maintenant, Éternel mon Dieu, tu as fait régner ton serviteur à la place de David, mon père; et moi je ne suis qu'un jeune homme, je n'ai point d'expérience. Ton serviteur est au milieu du peuple que tu as choisi, peuple immense, qui ne peut être ni compté ni nombré, à cause de sa multitude. Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent, pour discerner le bien du mal ! (...)  Cette demande de Salomon plut au Seigneur. Et Dieu lui dit: Puisque c'est là ce que tu demandes, puisque tu ne demandes pour toi ni une longue vie, ni les richesses, ni la mort de tes ennemis, et que tu demandes de l'intelligence pour exercer la justice, voici, j'agirai selon ta parole. Je te donnerai un cœur sage et intelligent (...)Et si tu marches dans mes voies, en observant mes lois et mes commandements, comme l'a fait David, ton père, je prolongerai tes jours. (1 Rois 3)

Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu'il la demande avec foi, sans douter

Jacques 1-5/8

Une prière pour aujourd'hui

Prière quotidienne écrite par Benjamin Shaw *

et tirée de sa lecture quotidienne de la Bible.

Prière protestante
Croix Huguenote

 

O Seigneur Notre Dieu,

 

Donne-nous la sagesse ! 

 

Nous sommes un peuple ignorant et fou,

 

Susceptible de prendre des décisions

 

Sur la base de nos émotions et de nos biais.

 

Donne-nous plutôt la Sagesse de Ton Esprit.

 

Donne-nous la sagesse de compréhension,

 

Des conseils et de la force. 

 

Donne-nous la sagesse

 

De la Vraie Connaissance

 

Et de la Crainte de Ton Saint Nom. 

 

Donne-nous la sagesse qui se réjouit

 

Dans la Saine et Sainte Crainte du Seigneur. 

 

Donne-nous la Sagesse qui juge

 

Sur la base du droit et du vrai. 

 

Donne-nous Ô Christ, car Tu as fait de Toi

 

Notre Sagesse, Notre Justice,

 

Notre Sanctification, et Notre Rédemption.

 

Nous prions en Ton nom.

 

 

Amen.

 

Puis un rameau sortira du tronc d'Isaï, et un rejeton naîtra de ses racines. L'Esprit de l’Éternel reposera sur lui : Esprit de sagesse et d'intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel. Il respirera la crainte de l’Éternel ; Il ne jugera point sur l'apparence, Il ne prononcera point sur un ouï-dire. Mais il jugera les pauvres avec équité, et il prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre

Ésaïe 11-1/4

Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption

1 Corinthiens 1-3

Prière quotidienne écrite par Benjamin Shaw et tirée de sa lecture quotidienne de la Bible.

 

 
 
Dr Ben Shaw Reformation Bible College
Le Dr Ben Shaw est professeur de l'Ancien Testament au Reformation Bible College, créé par RC Sproul et dont l'actuel Président est le  Dr Stephen Nichols. Il fut également enseignant de l'Église presbytérienne en Amérique. Il a auparavant été doyen universitaire et professeur d'hébreu et de l'Ancien Testament au Greenville Presbyterian Theological Seminary.
Partager cet article
Repost0
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 19:25
Nous étions autrefois tiré d'Ephésiens 2

1

 

Nous étions autrefois éloignés de Dieu,

Appelés infidèles et sans espérance,

Privé du droit de cité, nous étions tous étrangers,

Aux alliances de la Promesse.

Nous étions étrangers par toutes nos œuvres,

Par toutes nos pensées, ennemis de Dieu

Egarés par l'ignorance et notre cœur endurci, 

Nous étions dignes d'être haïs.

 

Refrain

 

Mais par le sang de jésus,

Nous avons tous été rapprochés,

Le mur d'inimitié a été renversé.

Jésus vient annoncer la Paix

A tous ceux qui étaient loin.

Nous ne sommes plus des étrangers.

Nous sommes tous citoyens,

Habitants de la Maison de Dieu,

Edifiés sur le Roc, le Seigneur  jésus christ,

Nous sommes tous Héritiers 

Formant un même Corps en Jésus Christ

Et nous participons à la même Promesse par l'Evangile

 

2

 

Nous étions des brebis bien loin du troupeau

Nous n'avions pas reçu la Miséricorde,

Nos cœurs étaient arides, nos regards étaient privés

de la lumière de l'Evangile

 

Refrain

 

Mais par le sang de jésus,

Nous avons tous été rapprochés,

Le mur d'inimitié a été renversé,

jésus vint annoncer la Paix

A tous ceux qui étaient loin,

Nous ne sommes plus des étrangers,

Nous sommes tous Citoyens,

Habitants de la Maison de Dieu,

Edifiés sur le Roc, le Seigneur Jésus christ,

Nous sommes tous Héritiers,

Formant un même Corps en Jésus Christ,

Et nous participons à la même Promesse par l'Evangile

 

Ephésiens 2

 

Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion.

Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres...

Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ c'est par grâce que vous êtes sauvés ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ.

Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi.

Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.

Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.

Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. 

C'est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu'on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l'homme, souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.

Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.

Car il est notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, et qui a renversé le mur de séparation, l'inimitié, ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l'un et l'autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l'inimitié.

Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près ; car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit. 

Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu.

Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.

En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur.

En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit.

Bible Huguenote
Croix Huguenote

.

 

Découvrez la production musicale de la Chorale Protestante Timothée, le but étant qu’elle soit avant tout inspirée par la Parole de Dieu et à son service. Les voix accompagnées des instruments expriment la foi chrétienne et cherchent à communiquer une grâce à ceux qui l’écoutent. Les interprètes sont des membres de l’équipe de la maison d’accueil d’Anduze ainsi que des assemblées du Gard et de l’Hérault. Réunie régulièrement pour des répétitions, la chorale participe occasionnellement aux cultes et réunions d’Églises, sollicitée également à l’occasion d’événements particuliers dans les temples des Cévennes ou ailleurs. si vous souhaitez entendre et/ou acheter leurs CD,

cliquer sur le lien ci-dessous.

chants mission protestante timothée

https://www.avecdescrisdejoie.fr/

 

 

Mission Timothée Œuvre Protestante

 

 

Mission Timothée, Œuvre Protestante

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 10:34
Bonne année en Christ

En cette nouvelle année,

Refuge Protestant

vous souhaite

tous ses vœux les meilleurs.

Que la Grâce et la Paix 

dans Notre Sauveur et Seigneur Jésus Christ

vous entoure tout au long de celle ci

pour vous et vos proches.

 

Que Dieu vous bénisse !

 

Très belle et bonne année 2021 !

 

Jésus Christ est le même

hier, aujourd'hui et éternellement. 

(Hébreux 13-8)

Tasse Refuge Protestant

 

Nouvelle année, même Jésus. Il est le même hier, aujourd'hui et pour toujours. Reposez-vous et comptez sur Lui Seul.

 

Rev. Chris Larson Ligonier Ministries

Rév. Chris Larson 

Président & CEO, à Ligonier Ministries

 

 

 

 

Le principal motif d'allégresse et de joie est lorsque Dieu rétablit pour nous une pure et saine doctrine ; car aucune pénurie de froment ne devrait nous terrifier et nous alarmer autant qu'une pénurie de la Parole.

 

Jean Calvin Refuge Protestant

Jean Calvin,

Ne chanterai-je pas de tout mon cœur à Celui qui me rend si heureux ? **

Ne chanterai-je pas de tout mon cœur à Celui qui me réjouit tant ? Car je ne vois rien en toutes choses que Son Affection. Le rythme cardiaque de la vie n'est-il pas l'Amour de Mon Seigneur ? L'Amour porte de plus en plus ceux qui se donnent au service de Dieu. Toutes choses ont leur temps, mais l'Amour de Dieu est Eternel. Parce que Tu fais brûler mon cœur, parce que Tu M'aimes Tellement, Seigneur, je lève les mains vers Toi : Père, voici, je suis Ton Enfant. Donne moi Ta Grâce de Te Servir ici et maintenant ; Ô Dieu qui es Amour, je désire me tenir près de Toi toute ma vie, jusqu'à ce qu'après ce temps sur terre, je t'aime enfin pour Toujours au Ciel. Amen,

 

Lecture 

Psaumes 103, 104 & 146 / Psaume 119,96 / Ecclésiaste 3 / Psaume 103,17 / Esaïe 40, 6-8 / 1 Pierre 1,24 / Psaume 139 /Psaume 17.8; 36.8 ; 57.2 ; 61.5 ; 91.4 ; Matthieu 23:37

Reform Church

 

Tout Seigneur t'appartient **

Toutes choses sont à Toi, ô Dieu, de Toi Seul sont les bénédictions que je souhaite en prière. Ton Amour et Ta Fidélité m'entoure. Tu veux m'entourer d'Amour Sage et Tendre, et tout le bien que nous ayons jamais reçu, c'est de Toi Seul Seigneur. Tu m'as appelé à la Vie pour Ta Gloire ; Tu m'as donné Ta Parole pour mon salut ; Tu m'as guidé avec frénésie, et Tu m'as élevé une corne de salut préparée par Toi. Avant de Te demander quoi que ce soit, Tu as considéré mon besoin avant de me plaindre. Tu nous aides à porter notre fardeau, Tu nous soutiens à chaque pas, même dans les pires fléaux, Tu es Notre Dieu qui nous sauve. Ô combien Tu Connais tous mes besoins auxquels Tu réponds si fidèlement ! Tu ne donnes pas une pierre pour du pain, ni un serpent pour du poisson. Qui fuit vers Toi, que Tu n'aides pas ? Tu rends un pécheur requis* (*Demandé, exigé comme nécessaire, être conforme à ce qui est demandé pour telle chose.)  avant qu'il ne s'enfuie vers Toi.  Tu guéris ô Jésus dans Tes Plaies, Tu Réconfortes même dans le malheur, et sous tous les coups, Tu donnes Ta Paix à mon cœur. Oh quelle Gloire a été trouvée, Ta Bénédiction de Grâce envoyée aux perdus à Bethléem ! Tu m'as vaincu dans mes péchés, et Christ pour moi a porté ses blessures sur le Golgotha. Oh ! Puis-je T'aimer comme Tu M'aimes ! Qu'une Sainte Crainte me conduise, Conduis-moi comme Ton Enfant ! Daigne permettre de gagner ces Richesses de Toi que ni la rouille ni la teigne ne dévorent, et que mes sens ne soient jamais aveuglés par un vain regard ! Je T'honorerai à jamais, ô Dieu de Majesté ! O Seigneur des Seigneurs, Toi qui es La Bonté Eternelle, tout mon cœur veut T'être consacré. Que me manquerai-je, quand Ta Main me Conduit ? Il n'y a rien à désirer, à part Ta Gloire ! Amen,

 

Refuge Protestant

 

Fais-moi dès le matin entendre ta bonté ! Car je me confie en toi. Fais-moi connaître le chemin où je dois marcher ! Car j'élève à toi mon âme. (...) Auprès de toi je cherche un refuge. Enseigne-moi à faire ta volonté ! Car tu es mon Dieu. Que ton bon esprit me conduise sur la voie droite !  (Psaume 143 :8-10)*

.*Merci à Jacky Barbier pour le partage de ce verset ce 1er janvier 2021

 

 

 

Bible Huguenote
Croix Huguenote

.

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

** La source même des endroits n'engagent pas sur certains domaines Refuge Protestant du point de vue doctrinal ou autres, ces sources trouvées pour la connaissance de chants communs restent libres & responsables pour eux-mêmes de leur contenu et direction.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 18:18
Noël, l'espoir pour les désespérés !

Noël - l'espoir pour les désespérés

_______


Jésus dit : " Venez à moi, tous ceux qui travaillent et sont lourds en charge, et je vous donnerai le repos." (Matthieu 11:28)

Le sang de Jésus-Christ parle aux gens à qui rien d'autre ne parle.

 

Le sang du Christ ne donne Son Invitation qu'à certaines personnes.

 

A qui l'Invitation de la croix du Christ est elle adressée ?

 

Il s'agit de ceux vivant d'échecs, ces gens qui savent qu'ils ont mal tourné, ces gens qui sont remplis d'un sentiment de honte, les gens qui sont fatigués et malheureux dans la lutte.

 

Jésus dit : " Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai le repos." (Matthieu 11-28)

 

Il parle de gens qui travaillent pour vivre une propre, bonne et saine vie.

 

C'est ce que cela signifie en travaillant et en étant lourd en charge - la Loi de Dieu, les Commandements, les idéaux moraux.

 

Vous avez essayé, sué et jeûné, mais vous avez échoué misérablement.

Est-ce que vous pensez que tout dans votre vie est un échec, que tout est sans espoir ?

 

Est-ce que vous vous méprisez et ne vous sentez pas bien ?

 

Fatigué, désespéré, et au-dessus de tout, triste et misérable !

 

Rien ne peut vous réconforter.

 

Les plaisirs du monde se moquent même de vous.

 

La vie vous a déçu, et vous êtes triste, malheureux, et en plus de tout cela, vous avez un sentiment de culpabilité en vous.

 

Votre conscience vous harcèle, et vous savez que vous êtes indigne ; vous savez que votre vie est un échec cuisant ; vous savez  qu'il n'y a pas d'excuse, vous vous savez coupable.

 

Mais encore pire, vous savez que vous êtes impur, vous savez que votre cœur est impur.

 

Car c'est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols et tout le reste. (Matthieu 15-19)

 

Le cœur est le problème, et vous en êtes venu à constater que vous êtes pourri, qu'en vous il n'y a rien de bon.

 

Malheureux, dites-vous, qui me délivrera ? 


Et ensuite, en plus de tout cela, vous êtes envahi par un sentiment de peur.

 

Vous avez peur de la vie, vous avez peur de vous-même et de vos propres faiblesses, vous avez peur de demain.

 

Vous avez peur de la mort, vous savez que cela arrive et vous ne pouvez rien faire à ce sujet.

 

Oh, qu'est-ce qu'il y a au-delà ? Les pensées viennent à vous de ce " voyage inconnu à partir duquel aucun voyageur ne revient. "

 

La mort approche, arrive, et vous êtes là, vous ne pouvez rien faire, vous vous sentez coupable, pleins de peur envers Dieu, du jugement, de l'enfer, la terreur et l'alarme vous possèdent.

 

Vous vous sentez totalement sans espoir, sans défense, complètement impuissant. 

 

Vous avez essayé si souvent, seulement pour échouer.

 

Vous avez pris vos résolutions, mais vous ne les avez jamais gardées...

 

Vous vous dites, je ne suis pas bon, je suis damné, je suis perdu, je suis indigne, je suis une masse de pollution.

 

" Oh, misérable homme que je suis ! " en moi ( c' est-à-dire dans ma chair ) n'habite aucune bonne chose" (Romains 7:24, 18).


Et c'est ce qui est chose incroyable avec la Croix de Christ.

 

Cela arrive à une telle personne, et c'est à elle plus que tout autre, je dirai même, au-dessus de tous les autres, qu'elle apporte Sa Gracieuse et Sa Glorieuse Invitation.

 

Qu'est-ce que cela vous dit ?

 

Je ne parle pas à des personnes auto-satisfaites et pieuses en ce moment, convaincu que vous vous êtes vu dans toute l'horreur de votre auto-duperie.

 

Je parle bien à ceux qui sont sur le terrain, qui traînent, rampent dans leur impuissance totale, avec la culpabilité et le sentiment d'impureté et de honte, ayant perdu leur chasteté, leur pureté, leur moralité, leur tout.

 

Pour quelqu'un comme cela, je dirais : " vous qui êtes loin, la Croix vous parle avec sympathie." 

 

Cet homme (Jésus-Christ) mourant sur cette croix était connu comme l'ami des publicains et des pécheurs.

 

Il a été honni et insulté par les "bons" et les "religieux" parce qu'Il s'est assis, a mangé et bu avec des publicains et des pécheurs. Christ avait de la sympathie.


Mais pas seulement cela, Christ vous dira qu'Il est prêt à vous accepter.

 

Le monde "retrousse sa jupe" et passe. Il vous laisse seul, il ne veut pas s'associer avec vous, vous êtes descendu, tombé, vous appartenez aux ordures et aux caniveaux, et le monde est trop "respectable" pour avoir un quelconque intérêt pour vous.

 

MAIS en voici un (Jésus-Christ) qui est Prêt à vous recevoir et à vous accepter.

 

En voici un avant tout qui vous donne le Repos.

 

Christ promet, en disant : "Venez à moi, vous tous qui travaillez et êtes chargés, lourds, et je vous donnerai le repos" -

 

Fin à cette lutte vaine, futile et inutile.

 

"Asseyez-vous" dit-Il, "et écoutez Mon Sang coulant pour vous est en train de parler. "

 

"Arrêtez, abandonnez vos activités. Tout comme vous êtes, Je suis Prêt à vous Recevoir ; dans vos guenilles, dans votre crasse et saleté, dans votre bassesse - reposez-vous enfin !"


Qu'est-ce qu'il y a d'autre ? Pardon, Le Pardon.

 

La Croix de Jésus-Christ parle de Pardon, de Pardon ! De Joie et de Paix avec Dieu.

 

Il vous dit que Dieu est Prêt à vous Pardonner ; le Sang de Jésus-Christ vous dit ça.

 

Il dit : " Écoutez-moi, votre péché a été puni. Je suis ici (sur la croix) parce que c'est la punition du péché. Écoutez-Moi, dit le sang de Jésus-Christ. Mon Sang a été versé pour que vous puissiez et soyez Pardonné, Pardonné, en Paix avec Dieu."

 

Oh, Dieu merci, il y a aussi une Purification ici.

 

Lorsque vous sentez votre bassesse et que vous voyez les imperfections et les taches de l'iniquité sur vous, vous apprenez que :


Il y a une fontaine remplie de sang,
Tiré des veines d'Emmanuel,
Et les pécheurs plongés sous ce flot, sous cette inondation,
Perdent toutes leurs taches de culpabilité.

Le voleur mourant s'est réjoui de voir,
Cette Fontaine dans son jour ;
Et moi, aussi vil que lui,
Lavé de tous mes péchés.


 

C'est ce que dit le Sang de Jésus-Christ.

 

Pour que cela vous dise que dans votre misère, de votre misère ! Vous pouvez avoir de la Joie, de la Beauté au lieu des cendres.

 

Vous serez une Nouvelle Nature. vous aurez ENFIN un Nouveau Départ dans la Vraie Vie.

 

Il vous donnera la capacité et force pour résister à tout ce qui vous a fait tomber, abattu, et Il vous donnera ENFIN un espoir Éternel.

 

Le Sang de Jésus-Christ dit que le fils de Dieu a Porté Toute votre punition, que tout ce qui se tenait, se trouvait entre Dieu et vous pardonner a été enlevé.

 

Que Dieu vous pardonne tout, librement et immédiatement.
 

La Croix de Jésus-Christ annonce un Don Gratuit de Pardon, de Réconciliation et de Restauration, ainsi que Tout ce dont vous avez besoin : une Nouvelle Vie dans le Christ et une Espérance Éternelle tout à la fois.

 

Tout vient de cette Personne Bénie, dont le Corps a été brisé et dont le Sang a commencé à couler, sur la croix.

 

Il vous Invite, Il vous Appelle. Vous L'entendez, êtes-vous prêt ?

Mais oh, dit quelqu'un, tu n'as aucune idée de ce que je suis, tu n'as aucune idée de ce que j'ai fait, tu n'as aucune idée de ce que j'ai été.

 

Mais mon cher ami, vous n'êtes pas le premier à avoir dit ça.

 

Un homme a écrit un hymne que l'on chante souvent, et il le présente ainsi :


" si je Lui demande de me recevoir, va-T-Il me dire non ? 
Va-t'-Il vraiment me recevoir si je Lui demande de me recevoir, ou va-t'-Il me dire non ? 
C'est la réponse : 
" pas avant que la terre et pas avant que le ciel ne disparaisse".
Encore une fois, vous demandez :
" trouver, suivre, garder, lutter,
Est-ce qu'Il est sûr de bénir ? ' 
Voici à nouveau la réponse :
Des Saints, des Apôtres, des Prophètes, des Martyrs, des Martyrs, des Martyrs,
Répondez  "oui".

Certains des plus grands saints que l'Eglise ait jamais connus étaient autrefois des pécheurs ignobles, vils et odieux, mais ils ont entendu l'Invitation venant du Sang de Jésus-Christ coulant pour eux, ils L'ont cru, et ils ont trouvé que c'était vrai.

 

Donc trouver, suivre, garder, se battre, est-ce qu'Il est sûr de Bénir ? Voici la réponse.

 

Non seulement la Parole de Dieu le dit, non seulement Le Sang de Jésus-Christ le dit, mais également les saints des siècles le disent :

 

" les Saints, les Apôtres, les Prophètes, les Martyrs, la réponse est  " oui ".

 

Faites-Lui confiance. Il n'a jamais Brisé et Rompu Sa Parole ; Il n'a jamais perdu, ni ne revient ou repris Sa Promesse.

 

Croyez !

Il est écrit : "le Sang de Jésus-Christ Son Fils nous Purifie de tous les péchés" (1 Jean 1:7).

 

Je vous demande donc de vous joindre à l'auteur de l'hymne pour dire :

J'entends Ta Voix de Bienvenue,
Qui m'appelle, Seigneur, à Toi,
Pour Purifier dans Ton Sang Précieux
Qui a coulé sur le calvaire.

J'arrive, je viens Seigneur !
Je viens à Toi maintenant !
Lave-moi, Purifie-moi, dans le sang.
Celui coulé sur le calvaire.

Faites-cela et vous verrez que cela est vrai.

 

Amen,

 

Martyn Lloyd-Jones

Martyn Lloyd-Jones,

Ministre, Théologien et Médecin Protestant Calviniste Gallois

 

 

 

Bible Protestante
Croix Huguenote

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Source :
Extrait de " la croix du Christ parle ", chapitre 7, de " la croix " de Martyn Lloyd-Jones ( Ministre, Théologien et Médecin Protestant Calviniste Gallois, influent au sein de l'aile Réformée du mouvement Méthodiste Britannique au XXème siècle, il fut pendant près de 30 ans, Ministre de la Westminster Chapel à Londres. ) 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 20:57
La lumière dans les ténèbres

Dans quel monde de ténèbres l’homme ne vit-il pas depuis la chute de nos premiers parents !

 

Aujourd’hui l’iniquité relève la tête plus impudemment que jamais et revendique le droit de s’appeler bien.

 

L’occultisme sous toutes ses formes se proclame le chemin vers la vraie spiritualité.

 

L’humanisme sans Dieu prétend nous libérer de tous les maux.

 

Les hommes en viennent, en excluant l’oeuvre victorieuse de Christ à la croix, à croire pouvoir même apprivoiser la mort, se la rendre amie.

 

L’immoralité réclame le droit d’être considérée l’égal, voire le supérieur du bien tel qu’il est défini par Dieu dans Sa Loi.

 

Celui qui n’adore pas l’humanitarisme ambiant, qui ne s’incline pas devant le pluralisme des valeurs, qui ne se vautre pas dans ce marais qu’est l’égalitarisation de toutes choses (et surtout du bien et du mal) est considéré comme anormal en attendant d’être persécuté, voir éliminé, comme ennemi du consensus antichrétien universel qui se construit sous nos yeux.

 

C’est ainsi que l’on travaille à la construction de cette bienheureuse démocratie qui regrouperait toute l’humanité dans un bien-être programmé pour tous sauf, bien sûr, pour ces gêneurs sous-humains - unmensch - de la béatitude matérialiste universelle que sont embryons, handicapés de toutes sortes et vieux.

 

Voici le paradis que nous prépare une humanité qui ne veut décidément plus entendre parler ni de repentance, ni de conversion, ni de retour à Dieu et moins encore d’une quelconque soumission à Ses Saintes Lois.

 

On peut bien dire d’une telle civilisation :

 

“Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes les ténèbres!” (Matthieu 6:23)
 

Mais la lumière qui est en Christ, lumière qui éclaire toute la création de Dieu, est réellement venue dans le monde.

 

Elle s’est révélée pour nous dans cette fête que nous célébrons à Noël, fête placée de la naissance du Seigneur des seigneurs, du Roi des rois, de Jésus-Christ, de toute éternité Lumière Divine et, aujourd’hui encore, Lumière Unique des nations.

 

Comme l’annonçait Zacharie :

 

par ce petit enfant, vrai Dieu et vrai homme, est venue la connaissance du Salut, le Pardon des péchés, l’ardente Miséricorde du Dieu Juste et Saint.

 

  • “C’est par elle que le soleil levant nous visitera d’en haut
  • Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort
  • Et pour diriger nos pas dans le chemin de la paix.” (Luc 1:78-79)

 

C’est cette Lumière venue parmi les hommes, qui se trouve à la base, qui est la raison d’être de tout notre travail.

 

Cette Lumière est déjà victorieuse de tous les ténèbres de ce pauvre monde perdu.

 

C’est elle qui nous conduit à travailler à percer les brouillards si épais de ce temps où les hommes se dressent plus que jamais et follement contre leur Dieu.

 

Que la Parole de Dieu éclaire notre chemin et que, par cette Lumière qui illumine tout homme, nos yeux puisse aussi voir la Lumière.

 

Amen,

 

Jean-Marc Berthoud,

Théologien Baptiste Réformé

 

 

 

 

.

.

Source : Calvinisme d'aujourd'hui

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 17:52
Tendre attention protectrice de Dieu

Car Il a rassasié l’âme qui était vide,

et rempli de biens l’âme affamée.

(Psaume 107.9.)

 

 

Il est bon d’avoir des soupirs, et plus ils sont intenses, plus ils ont de valeur.

 

Dieu aime à satisfaire ces désirs de nos âmes, quelque profonds et absorbants qu’ils puissent être.

 

Désirons beaucoup, afin que Dieu donne beaucoup.

 

Notre état d’âme n’est jamais sain, tant que nous sommes satisfaits de nous-mêmes et ne sentons pas de besoins.

 

Ces soifs d’une grâce plus grande, ces soupirs qui ne peuvent s’exprimer sont des peines qui vont croissant d’intensité; mais ces peines, nous voudrions les ressentir toujours davantage.

 

Oh, que ton Esprit de grâce nous fasse soupirer et crier toujours plus ardemment pour des choses toujours meilleures !

 

La faim n’est jamais une sensation agréable ; mais heureux ceux qui ont faim et soif de justice.

 

Non seulement leur faim sera apaisée, mais elle sera entièrement rassasiée.

 

Ils recevront, non une nourriture grossière et ordinaire, mais il leur sera servi des aliments dignes de leur Seigneur, et fourni des biens provenant de l’abondance de Dieu.

 

Qu’ils ne se tourmentent donc point, ceux qui soupirent à cause des besoins et de la faim qu’ils éprouvent, mais qu’ils joignent leur voix à celle du Psalmiste, qui, lui aussi, languit que Dieu se magnifie, et « qu’ils célèbrent les bontés de l’Eternel et ses merveilles parmi les fils des hommes ».

 

Amen,

 

 

 spurgeon rp2

Charles Haddon Spurgeon,

Pasteur Baptiste Réformé

 

Bible

Croix Huguenote

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 19:35

refuge protestant oiseaux

« Le sang de Jésus-Christ
nous purifie de tout péché »
 

 

Un jour le révérend écossais Mac-All, fondateur des réunions populaires, fondation Protestante à Paris, reçut une lettre dans laquelle on lui signalait une pauvre femme habitant l’un des quartiers les plus misérables de la ville.

 

Cette femme allait mourir et se trouvait dans le plus absolu dénuement.

 

A l’issue d’une réunion au Temple, le révérend Mac-All lut cette lettre à haute voix et demanda si, parmi les chrétiens qui l’assistaient dans son œuvre, il se trouvait quelqu’un qui fût disposé à visiter cette malheureuse femme et à s’informer de ses besoins.

 

Un chrétien s’offrit pour le faire.

 

L’auteur inconnu de cette lettre prévenait le révérend que ce ne serait pas chose facile de parvenir jusqu’à cette femme, car son fils chez lequel elle demeurait était un homme grossier, qui ne permettait à personne de s’approcher de sa mère.

 

Sans se laisser rebuter par ces détails, le chrétien partit sur le champ pour accomplir sa mission d’amour.

 

Après beaucoup de difficultés, il découvrit enfin, dans la partie la plus misérable du quartier de Belleville, le bouge où la malade se trouvait.

 

Près de la porte se tenait un individu à l’air rébarbatif qui ne pouvait être que le fils en question.

 

Il ne se trompait pas et, s’adressant poliment à lui, il lui demanda si Mme X ne demeurait pas dans la maison.

 

—    Oui, que lui voulez-vous ?

 

—    J’ai appris qu’elle était malade et j’ai pensé qu’elle serait peut-être contente de voir quelqu’un.

 

—    Est-ce pour lui parler de religion que vous êtes venu ?

 

—    Quand on est malade on aime avoir la visite d’un ami. Si vous étiez malade vous-même, ne seriez-vous pas heureux qu’on vint demander de vos nouvelles ?

 

L’homme parut s’adoucir quelque peu, en considérant la chose de ce point de vue ; mais revenant sur le motif de la visite, il déclara qu’il ne permettrait à personne de parler de religion à sa mère.

 

—    Vous êtes un homme raisonnable, dit le chrétien. Faisons un accord. Je n’entrerai pas auprès de votre mère sans votre consentement. Vous lui direz que je suis là et vous lui demanderez si elle désire me voir. Si elle refuse, je me retirerai ; si elle consent, vous me permettrez d’entrer n’est-ce-pas ?

 

Après quelque résistance, l’homme consentit pourtant à ouvrir la porte.

 

—    Mère, cria-t-il, voici un monsieur qui désire te parler, veux-tu le voir ou non ?

 

La réponse parvint claire et distincte à l’oreille du visiteur :

 

—    S’il vient me parler du sang qui purifie, je le recevrai, sinon, je ne le recevrai pas !

 

L’étonnement du chrétien à l’ouïe de ces paroles est plus facile à imaginer qu’à décrire.

 

Il se tourna vers l’homme en disant :

 

—    C’est précisément le sujet qui m’amène maintenant, vous êtes un homme d’honneur et vous allez me laisser entrer.

 

— Oui, un accord, c’est un accord, grommela l’homme en ouvrant la porte et en recommandant au visiteur de ne pas rester longtemps.

 

Il eut quelque peine à trouver en tâtonnant le misérable grabat sur lequel gisait la mourante et, s’agenouillant près d’elle, il lui dit combien il était heureux qu’elle connaisse « le sang qui purifie de tout péché ».

 

—    Mais je ne le connais pas ! Je n’en sais rien du tout ! s’écria-t-elle avec énergie.

 

—    C’est pourquoi j’ai dit que je vous recevrais si vous pouviez me dire quelque chose a ce sujet.

 

—    Mais comment se fait-il que vous parliez du sang qui purifie, si vous n’en connaissez pas la valeur ? remarqua le visiteur. Comment savez-vous qu’il y a un sang qui purifie ?

 

—     Il y a trente ans, répondit-elle, j’avais été surprise un jour par un violent orage et j’étais entrée dans un temple pour y chercher un abri. C’était l’heure du culte. J’entendis le pasteur qui disait ces mots : « Le sang de Jésus-Christ nous purifie de tout péché ». Ce fut la première et la dernière fois que j’entrai dans une église et je ne me rappelle rien de plus. Mais depuis lors, ces paroles sont restées gravées dans ma mémoire. Je vais mourir, je ne sais ou je vais. Pouvez-vous me parler du sang qui purifie ?

 

Ce fut une tâche bien douce d’annoncer à cette âme la nouvelle du salut parfait et déjà accompli.

 

Ce fut avec avidité qu’elle reçut l’Evangile.

 

« Le pain qui avait été jeté sur la face des eaux » se retrouvait enfin « après plusieurs jours ». (Ecclésiaste 11 : 1)

 

Elle accepta le sacrifice de l’Agneau avec une foi qui ne vacilla pas, et pendant les quelques semaines de vie qui lui furent encore accordées, elle rendit un témoignage clair et joyeux de la fidélité de Dieu qui l’avait ainsi, à sa dernière heure, appelée des ténèbres à Sa merveilleuse lumière.

 

 

 

Bible (119)

Croix Huguenote

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Theonoptie 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 19:13
Nourrir les brebis ou amuser les boucs ?

Un mal s’est introduit parmi les croyants chrétiens, si grossier et si incongru, que les plus "myopes" spirituels ne peuvent manquer de le voir.

 

Au cours des dernières années, il s’est répandu fort rapidement comme du levain qui agit jusqu'à ce que toute la pâte soit levée.

 

Rarement Satan a proposé aux assemblées quelque chose d’aussi rusé :

 

II les a amenées à admettre la nécessité de présenter aux gens des distractions afin de les gagner.

 

Le témoignage de l’Eglise n’a cessé de perdre de son Influence.

 

Les puritains parlaient encore droitement.

 

On est alors devenu indifférent, et l’on n’a plus ressenti tragiquement les influences mondaines, qui ne tardèrent pas à être tolérées en marge par les assemblées.

 

Aujourd’hui, elles sont officialisées par cet argument : l’on peut ainsi atteindre les grandes masses.



Voici une première réponse :

 

Nulle part l’on ne trouve dans l’Ecriture qu’il faille, comme mission d’une Assemblée Chrétienne, présenter des distractions aux gens.

 

Si cela était du domaine des œuvres spirituelles, Christ ne l’aurait-Il pas mentionné ?

 

II a recommandé :

Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création.(Marc 16;15).


C’est clair, n’est-ce pas ?

 

Et tout aussi clair eût été ceci, qu’Il aurait ajouté :

 

"...et offrez des distractions à ceux qui n’accueillent pas l’Evangile avec beaucoup d’intérêt".

 

Mais nous ne trouvons pas de tels mots.

 

II semble bien qu’Il n’y pensait nullement.

Prenons un autre passage biblique:

 

Ephésiens 4 : 11-12   Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, 12 pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ,


Où placer là les amuseurs ?

 

L’Esprit Saint ne les mentionne pas.

 

Les prophètes furent-­ils persécutés pour avoir fait rire les auditeurs ?

 

Ne serait-ce pas plutôt parce qu’ils refusaient de le faire? (...)

Deuxièmement : Offrir des distractions est en opposition directe à la Doctrine et à la Vie de Christ et de tous Ses Apôtres.

 

Quelle était la position de l'Eglise vis-à-vis du monde ?

 

"Vous êtes le sel..." (Matthieu 5,13), et non pas ceux qui sucent une tétine !

 

Le sel est rejeté, il n’est pas absorbé pour le plaisir.

 

Brève et sèche, cette déclaration "...laisse les morts ensevelir leurs morts" (Mathieu 8,22).

 

Jésus le pensait avec une Sainte Solennité !

Si Jésus-Christ avait introduit davantage d'éléments gais et agréables dans Ses Prédications, Il n’aurait pas perdu de Sa popularité (dans le cas exposé en Jean 6, 60-69).

 

Je ne vois nulle part qu’Il ait dit :

 

"Cours après eux, Pierre, et dis-leur qu’à partir de demain, nous présenterons un nouveau genre de religion, attrayant avec de brèves prédications. Nous offrirons au peuple une soirée agréable. Dis-leur que les gens s’y sentiront certainement très bien. Vite, Pierre, nous devons absolument attirer du monde!"

Jésus éprouvait de la compassion pour les pécheurs ; Il soupire et pleure sur eux, mais Il n’essaya jamais de les distraire.

 

C’est en vain que l'on chercherait dans les épîtres néo-testamentaires une trace d'un Evangile distrayant.

 

Le Message Biblique est : "Sortez du monde, restez en dehors, et tenez-vous purs de ses œuvres !"

Les premiers Chrétiens avaient une confiance illimitée dans l'Evangile ; ils ne se servaient d’aucune autre arme.

 

Après que Pierre et Jean eurent été emprisonnés pour avoir prêché publiquement, une Assemblée se réunit pour prier (Actes 4).

 

La prière formulée ne fut pas :

 

"Seigneur, fais que Tes serviteurs puissent montrer à ces gens, par des distractions inoffensives et bien mûries, quel peuple joyeux nous, chrétiens, nous sommes."

 

Ils ne se laissaient pas dissuader de prêcher Christ.

 

Ils n’avaient pas de temps à consacrer à l'organisation de distractions.

 

Dispersés par des persécutions, ils allèrent partout pour prêcher l'Evangile.

 

Le monde en fut remué.

 

Là réside la différence avec nous, chrétiens d’aujourd'hui.

 

"Oh Seigneur, purifie l’Assemblée de toute la pourriture et de toute l’absurdité dont le diable l’a chargée, et ramène-nous aux méthodes apostoliques !"

Finalement, "l'amusement chrétien" rate le vrai but.

 

Il provoque des ravages chez les nouveaux convertis.

 

Que les insouciants et les moqueurs, qui remercient Dieu de ce que l’Eglise les a rencontrés à mi-chemin, se lèvent et rendent témoignage.

 

Que ceux qui portent de lourds fardeaux prennent la parole, eux qui auraient trouvé la paix lors d’un concert "chrétien".

 

Qu’ils se lèvent, les alcooliques à qui une pièce de théâtre "chrétienne" aurait donné une impulsion décisive vers leur conversion !

 

Personne portant en vérité la réalité Chrétienne justement ne se lèvera !

 

L'évangélisation au moyen de la distraction n’a amené personne à se convertir.

Ce dont nous avons besoin aujourd’hui est une étude, faite avec foi, de la Parole de Dieu, allant de pair avec une vie spirituelle sérieuse, où un élément découle de l'autre comme le fruit procède de la racine.

 

II nous faut un enseignement biblique, qui touchera notre intelligence et nos coeurs d’une manière telle que nous en deviendrons ardents pour le Seigneur.

 

Amen,

 

spurgeon

Charles Spurgeon,

Pasteur Baptiste Réformé

 

Bible 2010

259541-pendentif-croix-huguenote GD

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 18:42
Nous ne cacherons pas à nos descendants combien Notre Seigneur Seul est Tout Puissant

Chant interprété par l'Eglise Protestante Timothée

Mission Timothée
Mission Timothée

 

1 

Oh, prête l’oreille à mes instructions :
Voici la sagesse des temps anciens.
Elle fut donnée aux générations,
À tous les fidèles témoins.

Refrain 

Nous ne cacherons pas à nos descendants
(Nous dirons à nos descendants)
Combien notre Seigneur seul est tout puissant.
(Que Dieu est tout puissant)
Nous ne cacherons pas les œuvres de Dieu.
(Gloire et puissance)
Gloire, honneur et puissance au plus haut des cieux !
(Au plus haut des cieux !)
Plaçons notre confiance en Dieu, dans le seul vrai Dieu !
(Il est le seul vrai Dieu.)

2

Ce que nous avons appris à connaître,
Toute vérité reçue de nos pères,
Disons-le aussi à ceux qui vont naître ;
Que nos enfants croient et espèrent !

 

Psaume 78

Nous ne cacherons pas à nos descendants combien Notre Seigneur Seul est Tout Puissant

1.

Sois attentif, mon peuple, à ma parole,
Prête l’oreille à ma voix qui console;
Et, méprisant les vanités du monde,
Viens méditer ma doctrine profonde;
Car sur des tons et graves et hardis,
Je veux chanter les œuvres de jadis.

2.

Nous les avons avec soin écoutées,
Quand nos aïeux nous les ont racontées;
À nos enfants nous les ferons connaître,
Et même à ceux qui sont encore à naître;
Nous leur dirons du Monarque des cieux
La force immense et les faits glorieux.

3.

Avec Jacob Dieu fit son alliance,
Et d’Israël sa loi fut la science;
Il commanda qu’elle fût enseignée
De père en fils, de lignée en lignée,
Et qu’on transmît à la postérité
Ce monument de sa rare bonté.

4.

Dieu veut qu’en lui soit toute leur attente,
Qu’à leur esprit sa gloire soit présente,
Qu’à son service ils demeurent fidèles,
Loin d’imiter leurs ancêtres rebelles,
Quand, obstinés dans leurs égarements,
Ils furent sourds à ses commandements.

PAUSE 1

5.

Tels d’Éphraïm les enfants se montrèrent.
Bien qu’exercés à l’arc dont ils s’armèrent,
Dans les combats on les vit tous en fuite,
Perdre courage, et manquer de conduite.
À l’Éternel ils faussèrent leur foi,
Abandonnant les sentiers de sa loi.

6.

Du Souverain les divines merveilles,
Qu’il fit pour eux grandes et sans pareilles,
En un moment se virent oubliées;
Ses vertus, dis-je, en Tsoan déployées,
Et que l’Égypte éprouva sous les yeux
De leurs ingrats et perfides aïeux.

7.

Son bras fendit les eaux les plus profondes;
Il fit passer son peuple entre les ondes,
En retenant la mer amoncelée.
De jour la troupe est conduite et voilée
Par le nuage, et la flamme à son tour
Fait dans la nuit pour eux un nouveau jour.

8.

Des durs rochers, frappés par sa puissance,
Il fit sortir des eaux en abondance;
On vit soudain de leurs arides veines,
Par mille endroits, couler mille fontaines,
Et se former des lacs et des ruisseaux,
Pour rafraîchir le peuple, et ses troupeaux.

PAUSE 2

9.

Mais, endurcis dans leur vieille habitude,
Ils n’ont montré que de l’ingratitude;
Péchant toujours contre le Dieu suprême,
Ils ont douté de sa puissance même,
Et désiré, comme en dépit des cieux,
Des mets exquis aux plus stériles lieux.

10.

Dieu, dirent-ils, dans ces terres désertes
Nous ferait-il voir nos tables couvertes?
Du roc frappé mille sources s’ouvrirent,
Qui de leurs eaux notre soif éteignirent;
Ne pourrait-il apaiser notre faim,
Nous envoyer de la chair et du pain?

11.

Dieu les ouït; sa colère enflammée
Contre Jacob fut enfin allumée,
Et d’Israël l’injuste défiance,
De l’Éternel réveilla la vengeance,
Quand, méprisant sa force et son appui,
Ils n’eurent plus leur confiance en lui.

12.

Car, même avant ces plaintes avenues,
Il avait fait commandement aux nues,
Comme s’il eût du ciel ouvert la porte,
Que de la manne il plût en telle sorte
Que ces mutins pour apaiser leur faim,
Vissent tomber du ciel même du pain.

PAUSE 3

13.

L’homme mortel, ô merveilles étranges!
Était nourri du pain même des anges
Qu’à pleines mains on recueillait sans peine.
Ce n’est pas tout, d’une force soudaine
Dieu fit lever en l’air un double vent,
L’un au midi, l’autre vers le levant.

14.

Un tourbillon de vent et de poussière
Est moins obscur que n’est la fourmilière
D’oiseaux volants tombés dans cet orage;
La mer a moins de sable en son rivage
Qu’il n’est d’oiseaux par tout le camp semés,
Pour contenter ces ventres affamés.

15.

De tous aussi l’avidité si grande
Avec excès se gorgea de viande;
Dieu remplissant leur vaste convoitise,
Leur faim cessa, non pas leur gourmandise;
Car on voyait les corps froids et mourants
Avoir encor la chair entre les dents.

16.

Du Tout-puissant la main juste et sévère
Sur les plus grands fit tomber sa colère;
Il retrancha de son saint héritage
Les plus vaillants dans la fleur de leur âge;
Et toutefois ce peuple criminel
N’entendit pas la voix de l’Éternel.

PAUSE 4

17.

Aussi, depuis ils virent leurs années
Par son courroux à peu de jours bornées;
Chacun enfin sentant sa mort présente,
Craint, mais trop tard, de Dieu la main pesante;
Dès le matin on les voit disposés
À réclamer du Seigneur les bontés.

18.

Chacun alors dit et redit sans cesse
Qu’en tous les temps Dieu fut leur forteresse,
Que du Très-Haut la force souveraine
Fut leur refuge et les tira de peine;
Mais ce langage, et soumis et flatteur,
Est en leur bouche et ne part point du cœur.

19.

Jamais leur âme inconstante et légère
Ne fut soumise aux lois de Dieu leur Père;
Et cependant sa pitié secourable
Couvrit souvent leur crime détestable;
Dieu modéra le feu de son courroux,
Et se retint, tant il est tendre et doux.

20.

Il se souvint que la nature humaine
N’est après tout qu’une figure vaine,
Qui fuit soudain comme le vent qui passe.
Combien de fois, abusant de sa grâce,
Ce peuple fier l’a-t-il mécontenté!
Combien de fois dans le désert tenté!

PAUSE 5

22.

L’Égypte vit ses miracles terribles;
Tsoan trembla des prodiges horribles
Que fit sa droite en cent et cent manières;
L’eau devint sang aux sources, aux rivières;
Et loin d’en boire après ce changement,
On frémissait à la voir seulement.

23.

On vit dans l’air, par millions volantes,
Des légions de mouches dévorantes;
Par son pouvoir des grenouilles formées
À les punir se montraient animées.
Il donne aux vers les fruits de ces méchants,
Et leurs moissons aux insectes des champs.

24.

Leurs pampres verts sentirent ses tempêtes;
De leurs figuiers il abattit les têtes;
Et leurs troupeaux, confondus pêle-mêle,
Furent frappés des feux et de la grêle;
Tout éprouva son courroux rigoureux,
Et sa fureur fondit toute sur eux.

25.

Les messagers de sa juste vengeance
Les poursuivaient partout à toute outrance.
Pour leur supplice, une mortelle peste
Fit en tous lieux un ravage funeste;
Et tout d’un coup, leurs yeux virent périr
Tout le bétail qui devait les nourrir.

PAUSE 6

26.

Leurs premiers-nés, par un choix mémorable,
Furent frappés de l’ange redoutable.
Aux pavillons de Cam, race traîtresse,
Dieu retrancha les chefs de la jeunesse;
Puis il mena son peuple, à grands troupeaux,
Dans le désert par des sentiers nouveaux.

27.

D’un roi barbare on vit l’armée éteinte
Dans cette mer où nos aïeux, sans crainte,
Tous à pied sec avaient trouvé passage.
Dieu les mena, soutenant leur courage,
Vers le saint mont qu’après divers combats
Il s’est acquis lui-même par son bras.

28.

De Canaan les nations il chasse;
Il établit Israël en leur place,
Lui partageant leur maisons désolées:
Mais oubliant ces grâces signalées,
Ce peuple indigne offensa l’Éternel,
Et méprisa son traité solennel.

29.

Leurs coeurs ingrats, et leurs âmes légères
L’ont irrité, comme avaient fait leurs pères;
À l’arc qui trompe ils ont été semblables,
Servant l’idole, en leurs haut lieux damnables.
Ils firent tant, que le grand Dieu jaloux
Laisse sur eux déborder son courroux.

PAUSE 7

30.

Dieu fut enfin si las de leurs caprices,
Si mécontent de leurs noires malices,
Qu’il retira d’Israël sa clémence,
Et que Silo, le lieu de sa présence,
Où si longtemps il avait habité,
Dans son courroux fut pour toujours quitté.

31.

Son bras livra son arche prisonnière
À la merci d’une main meurtrière;
Et délaissant les siens dans les alarmes,
Les fit périr par la force des armes;
Tant son dépit fut alors enflammé
Contre Israël, jadis son peuple aimé.

32.

Des feux ardents les jeunes dévorèrent;
Dans le mépris les vierges demeurèrent,
Sans posséder l’honneur du mariage;
Des prêtres saints on fit un grand carnage;
Les veuves même à peine, en ces malheurs,
Eurent le temps de répandre des pleurs.

33.

Enfin pourtant, comme l’on voit qu’un homme
Plein de vapeurs et vaincu par le somme
Tout en sursaut s’écrie et se réveille,
Dieu se leva pour rendre la pareille
Aux ennemis du peuple d’Israël,
Et les couvrit d’un opprobre éternel.

PAUSE 8

34.

Mais il priva Joseph de sa présence;
Pour Éphraïm il n’eut plus d’indulgence,
Et Juda seul fut sa tribu chérie.
C’est en Sion qu’il règne, et qu’on le prie,
C’est sur ce mont, agréable à ses yeux,
Qu’il éleva son palais glorieux.

35.

Cette montagne, à son nom consacrée,
Est par sa main pour toujours assurée,
Autant et plus que le globe du monde;
Et Dieu, qui voit les cœurs et qui les sonde,
Choisit David qu’à peine on connaissait,
Le retirant des troupeaux qu’il paissait.

36.

Il le chercha jusqu’en ce lieu champêtre,
Et lui donna son peuple pour le paître;
Il lui commit Israël son partage,
Son peuple acquis et son saint héritage;
Ainsi David avec soin l’a mené,
Et sous sa main justement gouverné.

 

Psautier de genève 78

 

 

 

Holy Bible
Croix Huguenote

 

 

 

 

 

 

 

Source : Psautier de Genève (1729)

undefined

 

Mission Protestante Timothée

 

Partager cet article
Repost0

Charles Spurgeon

" J'avoue que je donnerais à peine un penny pour tout salut que je pourrais perdre. La vie éternelle est la chose dont nous avons besoin, la Vie de Dieu, qui ne peut jamais changer ou être enlevée de nous, et c'est ce qui est donné à toutes celles et ceux qui croient en Jésus Christ."

Car, lorsque que nous étions
encore sans force,
Christ, au temps marqué,
est mort pour des impies
 (Romains 5-6)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite ?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch