Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vie Protestante Réformée

  • : Refuge Protestant
  • Refuge Protestant
  • : Blog Protestant Réformé
  • Contact

  Ouvrez votre maison

à l'homme sans asile.

Soyez heureux de partager ;

ne maltraitez pas l'étranger qui,

rongé de chagrin, sur vos terres s'exile...

Bouchra Maurice 

  Croix Huguenote

par theme
Croix Huguenote

Vous pouvez retrouver

Refuge Protestant

sur

Facebook, Google +, Twitter

en cliquant sur l'un des trois liens 

ci dessous

Facebook suivi

Refuge Protestant Google +
Refuge Protestant sur Google +
Google plus Refuge Protestant

 

Twitter Refuge Protestant
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 15:17
L'Admirable par Spurgeon, (Troisième Partie)

On appellera son nom : l'Admirable !

(Esaïe. 9, 6.)

 

 

Si Jésus-Christ, comme nous venons de le voir justifie le titre d'Admirable parce qu'il a  été dans le passé, le justifie t il par ce QU'IL EST DANS LE PRÉSENT?

Telle, est la question que nous allons examiner.

Seulement, comme ce sujet est aussi complexe qu'immense, je ne l'aborderai que, sous une seule de ses faces, et me plaçant sur le terrain de l'expérience personnelle, je me bornerai à demander à chacun de vous mes bien-aimés :

« Jésus est-il Admirable pour votre âme? »

 

A ce sujet, souffrez que je vous raconte une page de ma vie intime, et, en décrivant ce qui s'est passé en moi, je suis assuré que je décrirai aussi en quelque mesure, ce qu'ont éprouvé tous les enfants de Dieu.

Il fut un temps où je n'admirais pas Christ.

J'entendais, louer ses charmes, mais je ne les avais point vus ; j'en tendais exalter sa puissance, mais je ne la connaissais point ; tout ce qu'on me disait de lui était pour moi comme le récit de ce qui se serait passé dans un pays éloigné je n'y prenais aucun, plaisir.

Mais voici qu'un jour un personnage à l'aspect sinistre et menaçant frappa à ma porte.

Je m'empressai d'en tirer les verrous, puis je la tins de toutes mes forces.

Peines inutiles !

L'étranger frappe à coups redoublés jusqu'à ce  qu'enfin la porte cède.

Il entre, et m'appelant d'une voix sévère, il me dit : 

« Je suis porteur d'un message pour toi de la part de Dieu ; je viens te dire: tu es condamné à cause de tes péchés. ».

Je le regardai avec étonnement et lui demandai son nom.

« Je m'appelle La Loi, » me répondit-il ; ce qu'ayant ouï, je tombai à ses pieds, comme mort.

Quand j'étais sans la loi, je vivais, mais quand le commandement est venu, le péché a commencé à revivre, et moi je suis mort (Romains, 7, 9.).

Mon sombre visiteur commença alors à me frapper.

Il me frappa si impitoyablement, que tous mes os en furent meurtris.

Mon cœur se fondit comme de la cire ; il me sembla que j'étais étendu sur un chevalet, qu'on me brisait tous les membres, qu'on me labourait les chairs avec un fer rouge.

Une inexprimable angoisse régnait au dedans de moi.

Je n'osais lever les yeux; cependant, je me disais :

« Tout espoir n'est pas perdu. Le Dieu que j'ai offensé se laissera peut-être fléchir par mes larmes et mes bonnes résolutions. »

Mais chaque fois que cette pensée traversait mon esprit, les coups de mon ennemi redoublaient de violence.

Enfin mes souffrances devinrent intolérables, et le désespoir, s’empara de âme.

Il me sembla que d'épaisses ténèbres m’enveloppaient de leurs ombres, et que des voix lugubres, des pleurs et des grincements de dents parvenaient à mon oreille.

«, C’en est fait! » pensai-je alors ; « le Seigneur m'a rejeté pour toujours; je suis en abomination, devant ses yeux; il m’a foulé les, pieds dans sa juste colère... »

Mais soudain une autre figure m'apparut, figure triste et douloureuse, mais où se peignait une tendre compassion.

Je la vis se pencher sur moi, et j'entendis ces douces paroles :

« Réveille-toi, toi qui dors, et te relève d'entre les morts, et Christ t'éclairera (Ephésiens, 5.14.). »

Je me levai tout surpris ; alors, me prenant par la main, l'inconnu me mena dans un lieu sombre, où s'élevait une croix ; puis il disparut de devant mes yeux.

Mais, ô surprise !

Je le revis un instant après, je le revis, attaché à la croix !

Oui, c'était bien lui dont le sang ruisselait sur l'arbre maudit...

Il fixa sur moi un regard si plein d'un ineffable amour, que mon cœur en fut comme transpercé.

Je le regardai à mon tour, et au même moment toutes les plaies de mon âme furent guéries.

Mes blessures furent cicatrisées, les os brisés se réjouirent ; les haillons dont j'étais couvert furent enlevés ; mon âme devint aussi pure que les neiges immaculées des lointaines régions du Nord ; mon esprit éclatait en chants de louange, car j'étais lavé, purifié, pardonné, sauvé !

Oh ! Combien j'admirai l'amour de Celui qui s'était ainsi immole pour les pauvres pécheurs !

Combien sa grâce me parut merveilleuse !

Et ce qui me confondait plus que tout le reste, c'est que cette grâce se fût étendue jusqu'à moi ; c'est que mon céleste Ami eût été capable d'effacer des péchés aussi nombreux, des crimes aussi noirs que les miens ; c'est qu'aux orages d'une conscience accusatrice il eût fait succéder dans mon sein une paix sans mélange, et que mon âme, troublée jusque-là comme une mer en tourmente, fût devenue tout à coup aussi tranquille que la surface d'un lac, dont aucun souffle ne vient rider le limpide miroir.

Ce fut alors que pour la première fois Jésus m'apparut comme l'Admirable.

Frères et sœurs qui me lisez, vous qui avez éprouvé quelque chose de pareil à ce que je viens de décrire, rappelez vos souvenirs et dites si, à cette heure bénie où Jésus vous fit entendre une parole de pardon, vos cœurs ne furent pas, comme le mien, transportés d'étonnement et d'un saint enthousiasme ?

Et depuis lors, mes bien-aimés, que de fois votre Sauveur ne s'est-il pas montré admirable envers vous ?

Vous avez eu à traverser des jours de tristesse, de maladie et de deuil ; mais vos souffrances ont été légères, car Jésus s'est tenu au chevet de votre lit de douleur ; vos soucis ont été calmés, car vous avez pu vous en décharger sur lui.

L'épreuve qui menaçait de vous accabler n'a servi qu'à vous rapprocher du ciel, et vous vous êtes écriés :

« Qu'il est admirable Celui qui a pu répandre dans mon cœur une telle paix, une telle joie, de telles consolations! »

Permettez-moi de vous faire part encore de mes expériences personnelles.

Il y a quelques années, je fus appelé à boire une coupe plus amère que je ne saurais dire.

Le seul souvenir des angoisses intérieures auxquelles je fus alors en butte me glace d'épouvante...

Jamais personne ne vit peut-être d'aussi près que moi la brûlante fournaise de la démence sans y laisser sa raison...

Il me semblait que je marchais au milieu des flammes.

Une multitude de pensées affreuses torturait mon cerveau.

Je n'osais regarder vers Dieu, car la prière, qui jusque-là avait été mon refuge dans la détresse, ne faisait qu'augmenter ma souffrance.

Jamais je n'oublierai le moment où la paix me fut rendue.

Je me promenais, rêveur et solitaire, dans le jardin d'un ami, méditant tristement sur mes douleurs, et me disant que mon fardeau était plus lourd que je ne pouvais le porter, quand tout d'un coup le nom de Jésus traversa mon esprit.

Je m'arrêtai.

La personne de Christ se présenta vivante aux yeux de ma foi.

Au même instant, les torrents de lave qui bouillonnaient dans mon âme se refroidirent.

Mes angoisses furent apaisées.

Je me prosternai dans la poussière, et ce jardin qui m'avait paru un Gethsémané devint pour moi un paradis.

Je ne pouvais me lasser d'admirer la puissance du nom de Jésus.

Deux choses me surprenaient surtout : la première, c'était la miséricorde de mon Maître envers moi, la seconde, mon ingratitude envers lui.

Aussi puis-je dire qu'à dater de ce jour j'ai mieux compris tout ce qu'il y a en lui d'admirable, et je suis heureux de déclarer publiquement ce qu'il a fait pour mon âme.

Et à vous de même, frères et sœurs, n'en doutez pas, Jésus se manifestera comme l'Admirable, aux jours de vos tribulations et de vos douleurs.

Pareilles à la sombre feuille de métal que le joaillier place sous le diamant afin d'en rehausser l'éclat, vos épreuves sont destinées par le Seigneur à faire ressortir le glorieux éclat de son nom.

Vous ne connaîtriez jamais les choses magnifiques de Dieu, si vous ne descendiez dans les bas-fonds de l'adversité.

Vous vous souvenez des paroles du Psalmiste:

Ceux qui descendent dans la mer, sur les navires, et qui font commerce sur les grandes eaux, voient les œuvres de l'Eternel et ses merveilles dans les lieux profonds (Psaume. 107).

Ces paroles sont aussi vraies; dans un sens spirituel que dans le sens littéral.

Oui, c'est dans les lieux profonds que nous voyons le mieux les trésors de la sagesse et de l'amour divins ; c'est dans les grandes eaux de la souffrance que le fidèle reconnaît combien Jésus est admirable et puissant à sauver.

Un mot encore avant de quitter cette partie de mon sujet.

Il est des moments où l'enfant de Dieu peut s'écrier avec ravissement :

« Oui, le nom de Jésus est admirable, car ce nom m'a transporté, pour ainsi dire, au milieu des réalités du monde invisible. » (Je vous plains, mes bien-aimés, si vous ne connaissez rien de ces joies extatiques que je vais essayer de décrire.)

Il est des moments où il semble au chrétien que les mille charmes de la vie présente n'exercent plus aucun empire sur lui : libre et heureux, il déploie ses ailes et prend son essor vers les cieux.

Il monte, il monte toujours, et bientôt les douleurs de la terre ne lui apparaissent plus que comme un point à l'horizon.

Il monte encore, et les joies de la terre s'évanouissent à leur tour à ses regards ; il plane au-dessus d'elles, comme l'aigle qui vole à la rencontre du soleil plane au-dessus des plus hautes cimes.

L'image de son Sauveur brille devant ses yeux, et vers cette vision ineffable tendent tous, ses désirs.

Jésus remplit son cœur tout entier; son âme le contemple, et le nuage qui voilait pour lui la face de son Maître semble dissipé.

Alors le chrétien peut s'écrier avec saint Paul :

« Si c'est en mon corps ou sans mon corps, je ne sais, Dieu le sait! Mais je suis ravi jusqu'au troisième ciel (2 Corinthiens, 12, 2-4.). »

­Et qu'est-ce qui a produit ce ravissement ?

Est-ce le son de la flûte, de la harpe, de la sambuque, du psaltérion et de toute sorte de musique (Daniel, 3, 3, etc.)?

Non.

Qu'est-ce donc ?

Seraient-ce les richesses, la renommée, les honneurs, les enivrements de la prospérité ?

Pas davantage.

Serait-ce une brillante intelligence, une imagination vive ? Non plus.

Ces heures d'extase ont été causées uniquement par le nom de Jésus.

Ce seul nom a la vertu de transporter l'âme chrétienne à des hauteurs de béatitude, voisines de ces régions fortunées où les anges jouissent d'une félicité sans nuage.

 On appellera son nom l'Admirable.

Quel thème inépuisable que ces paroles du prophète !

Mais le temps me presse, et je dois, ayant de terminer, considérer mon texte à un troisième point de vue.

 

 

 

 

 

L’Admirable par Spurgeon (Dernière partie)

 

 

 

Bible (133)

Croix Huguenote

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Refuge Protestant Refuge Protestant - dans Au Pays du Soleil
commenter cet article

commentaires

Album Refuge Protestant

Alors que nous étions encore sans Force,
Jésus au temps marqué par Dieu,
est mort pour nous
sauver et délivrer
 (La Bible)

Croix Huguenote

  Une femme oublie-t-elle

l'enfant qu'elle allaite?

... Quand elle l'oublierait,

Moi je ne t'oublierai point.

Voici, je t'ai gravée sur mes mains

Esaïe 49.16

Croix Huguenote 

par theme

 

Google-Translate-English to French  drapeau-israel.gif   Traduire français en ItalianTraduire français en SpanishGoogle-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Arabic Traduire français en PortugueseTraduire français en Arabic Traduire français en Czech Traduire français en danish  Traduire français en Finnish Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Korean BETAGoogle-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Croatian Traduire français en NorwegianTraduire français en Arabic Traduire français en Polish  Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA   Traduire français en SwedishTraduire français en Dutch